ESTUAIRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Reliant à la mer rivières et fleuves, les estuaires représentent la forme la plus classique de transition entre le domaine continental et le domaine marin. L'origine latine de ce terme est très significative : aestus (la marée) est le substantif du verbe aesto (je bouillonne), ce qui suggère bien l'effet bouillonnant de la marée montante à l'embouchure du fleuve au moment du mélange des eaux. Les règlements maritimes sont restés conformes à cette étymologie : l'estuaire forme la partie océanique externe du système. La zone continentale située en amont étant appelée « rivière maritime ».

En géographie, on oppose classiquement la notion d'estuaire à celle de delta. En 1907, de Lapparent considère que seules les mers à marées possèdent un estuaire, alors que les deltas n'existent que dans les mers sans marées. De nombreux exemples contredisent cette affirmation.

En 1964, l'océanographe F. P. Shepard propose comme critère de reconnaissance la présence en zone deltaïque de fibres de bois et l'abondance d'huîtres en milieu estuarien. Mais ce critère est aussi peu efficace que ceux que l'on peut tirer des propriétés dynamiques ou de la morphologie de l'environnement pour faire une séparation tranchée entre estuaire et delta. La meilleure définition semblerait être celle de C. Francis Bœuf (1947), pour lequel l'estuaire correspond au cours inférieur du fleuve remonté sur une certaine distance par la marée.

Pour les géologues, le phénomène estuarien est particulier au Quaternaire. La transgression flandrienne, due à la fonte des glaciers, correspond à une remontée brutale du niveau de la mer dont l'équivalent n'a pas été reconnu au cours des temps géologiques, à tel point que l'on ne connaît pas de forme estuarienne fossile.

En hydrologie, l'estuaire correspond à une zone de mélange entre les eaux marines salées et les eaux douces fluviales. C'est ainsi que l'on définit dans ce milieu mixte une marée de salinité et une marée dynamique.

Fairbridge (1968), dans son Encyclopédie, propose d'opposer les estuaires en forme d'entonnoir aux estuaires « barrés ». Les premiers, entièrement ouverts à la mer, ressentent fortement les effets de la marée (hautes vagues, forte salinité et grandes profondeurs). C'est l'exemple de la baie de Fundy, de nombreux fjords et rias. Les autres, isolés de l'océan par un promontoire rocheux, par des bancs de sable ou par quelque barrière d'îles, ont une hydrologie beaucoup plus fluviatile : les effets de la marée sont réduits, l'action des vagues négligeable. L'obstacle peut même fermer temporairement l'estuaire et la stagnation s'installe avec production de H2S et formation de concrétions pyriteuses.

Dionne, en 1963, propose de subdiviser longitudinalement les estuaires sur la base des études de l'estuaire du Saint-Laurent (l'un des plus longs). On définirait ainsi un estuaire marin ou inférieur (salinité supérieure à 10 p. 100 et forte inversion de courant), un estuaire moyen (salinité de l'ordre de 2 à 5 p. 100 et inversion sensible des courants) et un estuaire fluviatile ou supérieur, zone à pulsation de niveau sans inversion de courant.

Les estuaires sont des zones d'accumulations sédimentaires privilégiées. L'origine des sédiments est souvent matière à controverse : chaque fleuve reste en fait un cas particulier. Graviers et sables n'occupent qu'une place réduite (dans les chenaux, sous forme de bancs, de flèches, de pouliers) et le sédiment essentiel est la vase (J. Bourcart et C. Francis Bœuf, 1942). En théorie, le dépôt de vase se fait quand la mer est étale.

La rencontre de la marée montante et de l'eau du fleuve conduit souvent à la formation d'un « bouchon vaseux », capable de se déplacer longitudinalement au rythme du flot, soit dans l'axe du fleuve (cas de la Gironde, selon L. Glangeaud, 1938), soit latéralement, se déposant sur les berges par accrétion ou colmatage (cas de la Loire, selon L. Berthois, 1938).

La coupe transversale d'un estuaire permet de définir les chenaux, toujours immergés, même à marée basse, et les berges, qui prennent un profil convexe vers le ciel (le slikke). Le schorre (prés salés) est l'étendue d'anciennes vases consolidées poreuses et thixotropes (boues thixotropiques) recouverte d'un tapis végétal de salicorne et de spartine [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ESTUAIRES  » est également traité dans :

ACCUMULATIONS (géologie) - Accumulations marines

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 7 920 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Flèches »  : […] La formation des flèches résulte de l'action complémentaire de deux facteurs : en premier lieu, la dérive littorale sur les plages voisines fournit les matériaux constitutifs (avec un petit apport complémentaire dû au balayage de l'estran ou de l'avant-côte par la houle) ; la coalescence des barres d'avant-côte détermine ensuite l'agencement de ces matériaux, aboutissant à différentes positions d […] Lire la suite

BARRE, océanographie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 1 385 mots

Dans le chapitre « Barres de débouchés »  : […] Les barres d'estuaires, et leurs homologues du précontinent, sont façonnées, non par les houles seules, mais, surtout, par les courants. […] Lire la suite

CONSERVATOIRE DU LITTORAL

  • Écrit par 
  • François LETOURNEUX
  •  • 2 034 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le développement du Conservatoire du littoral »  : […] Au fil des années, le Conservatoire du littoral devient ainsi propriétaire de dizaines de milliers d’hectares . Ses compétences sont élargies, son fonctionnement adapté à sa nouvelle échelle, successivement par les lois du 27 février 2002, du 23 février 2005 et du 14 avril 2006. Son intervention est étendue au domaine public maritime, qu’il peut se voir remettre en gestion pour mieux prendre en co […] Lire la suite

CÔTES, géomorphologie et géographie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 6 699 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'arrière-côte »  : […] L'arrière-côte est beaucoup plus difficile à définir, parce que, si les mouvements de sédiments directement liés à l'action de la mer ne s'étendent pas très loin vers l'intérieur des terres (quelques dizaines de mètres au maximum, pour les projections de galets par gros temps derrière les cordons de galets les plus exposés), la morphogenèse subaérienne est modifiée par la proximité du littoral sur […] Lire la suite

EMBOUCHURES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 3 324 mots

Dans le chapitre « Les estuaires »  : […] Un estuaire est une embouchure bordée par des anfractuosités colmatées. Les berges et les chenaux, calibrés par le jusant que renforce le fleuve, ne tolèrent de dépôts nouveaux qu'au terme d'une lente évolution de l'équilibre, de sorte que les apports fluviaux excédentaires sont exportés. Le chenal a, en chaque point, une section mouillée en rapport avec le débit du fleuve, mais aussi avec les su […] Lire la suite

EUTROPHISATION

  • Écrit par 
  • Roger CHESSELET
  •  • 523 mots

Lorsque, par son activité, l'homme introduit par inadvertance des éléments nutritifs comme le phosphore (principalement sous forme d'orthophosphates) ou l'azote (sous forme d'ammonium, de nitrates ou de nitrites) dans le milieu marin ou lacustre, un phénomène appelé eutrophisation se produit souvent, qui se manifeste par un changement au niveau de la diversification des algues. On constate en effe […] Lire la suite

MONT-SAINT-MICHEL BAIE DU

  • Écrit par 
  • Jean Claude LEFEUVRE
  •  • 3 258 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Nouvelle conception des aménagements et modèles actuels »  : […] L'apport de l'écologie . Après l'abandon du projet sur le Couesnon, de nouvelles solutions dites « douces » ont été envisagées, éliminant les interventions considérées comme trop agressives pour l'environnement et la qualité paysagère du site. Après avoir été centrées sur le Mont-Saint-Michel et ses abords, les études prennent en compte désormais la baie dans son ensemble qui est constituée d'éco […] Lire la suite

SAINT-LAURENT

  • Écrit par 
  • Pierre CAMU, 
  • Universalis
  •  • 3 080 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La voie navigable »  : […] Le bassin hydrographique du Saint-Laurent et des Grands Lacs couvre une superficie d'à peu près 498 500 milles carrés (780 000 km 2 ) ; il s'étend depuis la frontière est de la province du Manitoba et du centre de l'État américain du Minnesota jusqu'à l'Atlantique, soit une distance de 3 700 kilomètres. Selon les géologues, après le retrait de la calotte glaciaire, au Quaternaire, le Saint-Lauren […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michèle LE GOAZIGO, « ESTUAIRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/estuaires/