Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MARAIS & VASIÈRES

Les marais sont des terrains dont le drainage naturel est imparfait. Même lorsqu'ils ont été drainés artificiellement, ils conservent en général cette appellation : marais Pontins en Italie, marais de Dol en France, etc. Selon leur situation à l'intérieur des terres ou sur le littoral, on les divise habituellement en marais intérieurs et en marais maritimes, bien que, dans les vallées inférieures des grands fleuves comme le Rhin, la limite ne soit pas toujours franche entre ces deux grandes catégories.

Les conditions de formation des marais intérieurs sont assez semblables à celles des lacs dont ils constituent souvent la frange ou les reliques. Les causes de leur formation peuvent être tectoniques, lithologiques, climatiques. Comme les lacs, ils sont destinés à disparaître par comblement ou par établissement, par érosion régressive, d'un drainage naturel efficace. Les marais maritimes sont des plaines de niveau de base et leur permanence est liée à la stabilité du niveau de la mer.

Roseaux

Roseaux

Les eaux d'inondation des marais, qu'ils soient intérieurs ou maritimes, peuvent être douces, saumâtres ou salées selon les cas. La nature de ces eaux détermine, dans une large mesure, le type de végétation : roseaux, joncs, laîches, saules, aulnes, salicornes, spartines, palétuviers. Les marais maritimes sont le plus souvent bordés du côté de la mer par des vasières qui couvrent et découvrent au gré des marées et que colonise progressivement une végétation halophile.

Les marais sont d'un accès difficile aussi bien par voie d'eau que par voie de terre. Ils constituent, déjà à ce titre, des milieux assez hostiles à l'homme ; ils ont en outre été longtemps des foyers de paludisme et c'est souvent d'abord pour des raisons de salubrité que les marais ont été drainés artificiellement, par le creusement de réseaux de fossés et de canaux parfois associés à des stations de pompage. L'aménagement a permis de distinguer des catégories de marais selon leur régime hydraulique ou leur utilisation : marais desséchés, marais mouillés, polders... La position particulière des marais maritimes a été favorable au développement des marais salants dans certaines conditions climatiques et économiques.

Si beaucoup de marais ont été drainés, certains ont été créés volontairement par l'homme, notamment aux temps modernes pour des raisons stratégiques. Aujourd'hui, un certain nombre de marais apparaissent dans d'anciennes carrières, ou dans les zones de déversement des eaux usées des villes, mais ils sont d'une surface assez limitée.

Qu'ils soient intérieurs ou littoraux, artificiels ou naturels, les marais sont considérés comme utiles à l'équilibre biologique de la Terre. Ils abritent une faune et une flore à la fois riches et originales. Ces zones sont en particulier le refuge des oiseaux migrateurs et l'on se préoccupe de plus en plus de les sauvegarder.

Les vasières littorales

Les vasières constituent le milieu de formation des marais maritimes sur les rivages des mers à marée. Elles sont faites de dépôts fins, argileux, plus ou moins calcaires. Tantôt l'essentiel des sédiments provient des fleuves comme dans la baie de Chesapeake, aux États-Unis, tantôt la majeure partie est fournie par les fonds marins proches comme c'est vraisemblablement le cas pour la mer des Wadden, en arrière des îles frisonnes sur la rive méridionale de la mer du Nord. Les mouvements marins provoquent une certaine homogénéisation des stocks sédimentaires. La mise en place de ces alluvions fines se produit dans des zones calmes comme les estuaires (par ex. Gironde), les fonds de baie (baie de Fundy, au Canada), les estrans protégés par des cordons littoraux (baie de Somme, en arrière du cordon littoral du Hourdel). Les dépôts s'effectuent essentiellement lors des pleines mers et au début de la marée[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur des Universités, directeur de laboratoire à l'École pratique des hautes études

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Roseaux

Roseaux

Schorre et slikke

Schorre et slikke

Jardins de vase de la mer du Nord

Jardins de vase de la mer du Nord

Autres références

  • ACCUMULATIONS (géologie) - Accumulations marines

    • Écrit par Jean-Pierre PINOT
    • 7 916 mots
    • 26 médias
    Une vasière où s'est installée la végétation peut être, sous certaines conditions, fermée de digues et transformée en terres agricoles. On lui donne alors le nom de marais.
  • BONIFICATION DES SOLS

    • Écrit par Roger BÉTEILLE
    • 591 mots

    Bonifier une terre, c'est la rendre productive. Cependant, le terme italien bonifica et la politique qui s'y attache ne concernent pas seulement la production agricole. L'œuvre de bonification intéresse des domaines naturels improductifs ou déshérités : marécages, montagnes ruinées par l'érosion,...

  • FER - Minerais de fer

    • Écrit par Louis BUBENICEK, Éric HESS, Richard PAZDEJ
    • 5 195 mots
    • 6 médias
    Dansles régions nordiques d'Europe et d'Amérique, de nombreux marais présentent sur leur fond et certaines rives des formations ferrugineuses qui ont été exploitées comme minerai de fer et le sont encore localement. Les amas sont peu importants en tonnage. Ils sont formés de limonite, chlorites, ...
  • LACS

    • Écrit par Bernard DUSSART
    • 9 347 mots
    • 9 médias
    Les marais sont à la limite entre milieu terrestre et milieu aquatique. Ils ont en commun avec le premier un sol hydromorphe et des échanges physico-chimiques rapides, soit avec l'atmosphère, soit avec les horizons inférieurs, et avec le second la flore et les dépôts de sédiments quand ils sont remplis...
  • Afficher les 10 références

Voir aussi