MARABOUTISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'élément mystique

Le sūfisme s'est développé en face de l'islam officiel des juristes (fuqahā') et de l'administration califienne, souvent même contre lui. Ses adeptes prétendent remonter au temps du Prophète, soit par les deux premiers califes, Abū Bakr et ‘Umar, objets d'une particulière vénération, soit surtout par ‘Alī, gendre de Mahomet, époux de sa fille Fāṭima, père de Ḥasan et de Ḥusayn, personnages sacrés par qui, aux yeux des shī‘ites, se transmet une lumière, source de la connaissance initiatique (ma‘rifa) des « secrets » divins (asrār). Les croyances shī‘ites ont joué un rôle déterminant dans la conception et l'organisation de la vie mystique. L'imām, descendant du Prophète, est le détenteur de la vérité cachée au-delà de la vérité manifeste de la Loi ; il peut transmettre, par délégation, et sa science et le pouvoir de la dévoiler aux postulants. Les initiés, à leur tour, initient leurs disciples. Il se constitue ainsi, au long des siècles, des chaînes de transmetteurs des mystères, suite continue de maître à disciple, qu'on appelle isnād initiatique. Dans cet isnād, on trouve, entre autres, après ‘Alī, des mystiques importants tels que Hasan al-Baṣrī (mort en 772), Ma‘rūf Karkhī (mort en 813), Sarī al-Saqaṭī (mort en 867) et surtout Djunayd (mort en 910). En effet, les sūfīs, qui furent peut-être isolés au début, ne tardèrent pas à se grouper pour vivre en cénobites dans des ribāṭ dont on signale l'existence en Orient dès le iie siècle de l'hégire. Les relations de maître à disciple se précisent et font l'objet d'une véritable règle de noviciat. L'idée essentielle est que, pour progresser dans la vie mystique (ṭarīqa), il est indispensable d'avoir un guide auquel on doit une obéissance passive absolue et que l'on doit croire aveuglément. Car, par la formation et la délégation qu'ils ont reçues, ainsi que par leur piété personnelle, ces maîtres (shaykh [cheikh] en arabe, pir en persan, c'est-à-dire vieillard, cf. en grec presbuteros) sont des amis de Dieu, des « saints » qui très vite apparaîtront non seulement comme des initiateurs spirituels, mais comme des protecteurs temporels. Néanmoins, avant de tomber dans les superstitions populaires, cette idée s'est traduite, au niveau de la pensée ésotérique, par l'établissement d'une hiérarchie, qui varie dans le détail d'une école à l'autre, mais au sommet de laquelle se trouve le Ghawth (le « Secours »), qui prend sur lui la peine des hommes, le Qutb (le « Pôle ») autour de qui tourne toute la direction des affaires de ce monde. Les saints (awliyā'), au sens technique du mot, sont au bas de cette hiérarchie.

Chaque école de sūfīs se caractérise par l'enseignement et la méthode d'élévation de l'âme vers Dieu (ṭarīqa). Le progrès pratique sur la voie mystique s'accomplit par des exercices greffés sur le culte que la Loi impose, surtout sur les cinq prières obligatoires : toutes sortes de pratiques surérogatoires s'y ajoutent, lectures du Coran, invocations, rak‘āt (élément de la prière canonique faite de gestes, de postures et de formules consacrées) supplémentaires, récitation répétée (cent fois par exemple) de la shahāda (profession de foi en Dieu et en son Envoyé), des noms divins, des prières sur le Prophète, etc. Cet ensemble de pratiques, dont l'agencement caractérise chaque ṭarīqa, porte le nom général de wird. Quand l'aspirant a reçu de son maître le wird, c'est qu'il a été initié à la ṭarīqa, encore que le wird ne soit pas l'initiation, laquelle comporte un enseignement des vérités transmises selon l'isnād initiatique, et surtout exposées par le fondateur de la confrérie, dans un « testament » (waṣiya).

Les confréries mystiques ne sont pas toutes, loin de là, « maraboutiques ». Mais parmi les traits qui les caractérisent, beaucoup se retrouvent à un niveau inférieur, plus ou moins altérés et travestis par suite de l'influence de croyances populaires. C'est de ce contact avec les masses qu'allait naître la confrérie maraboutique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  MARABOUTISME  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 611 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Marabouts et confréries »  : […] L'islam noir est marqué par l'importance du «   maraboutisme » et des confréries. Les fidèles se réunissent et vivent autour d'un personnage savant et saint qui les instruit et maintient une collectivité pieuse de subsistance. Les confréries ont joué un rôle comparable à celui des sociétés initiatiques traditionnelles. Outre les mouvements classiques de l'islam, Qadriya (née en Irak au xi e  siècl […] Lire la suite

GAMBIE

  • Écrit par 
  • Christian COULON, 
  • Universalis
  •  • 3 881 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'administration britannique »  : […] En 1821, la Gambie devint colonie de la Couronne ; mais, jusqu'en 1843, celle-ci fut administrée par le gouverneur de Freetown en Sierra Leone. En 1857, la France céda aux Anglais le comptoir d'Albréda, contre celui de Portendick en Mauritanie. Dans la seconde moitié du xix e  siècle, l'histoire de la Gambie fut traversée par un important renouveau religieux islamique qui prit les autorités tra […] Lire la suite

MAURITANIE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BALANS, 
  • Pierre BOILLEY, 
  • François BOST, 
  • Universalis
  •  • 10 129 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'organisation sociale »  : […] La coexistence initialement forcée et difficile des groupes berbères et arabes donne progressivement naissance à la société maure, dont les principales caractéristiques survivent encore aujourd'hui. Sur le plan ethnique, la « race maure » se constitue sur la base d'un métissage dominant arabo-berbère, auquel s'ajoutent, au gré de contacts et de mélanges particuliers de populations, des apports ma […] Lire la suite

SÉNÉGAL

  • Écrit par 
  • François BOST, 
  • Vincent FOUCHER
  •  • 10 068 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le Sénégal colonial : islam, arachide et assimilation »  : […] L'instabilité de la seconde moitié du xix e  siècle a facilité la poussée de l'islam maraboutique qui, bien qu'anciennement établi en Afrique de l'Ouest, était resté limité. Dans le contexte d'effervescence socio-politique, des marabouts pacifiques réussissent là où leurs prédécesseurs, avec leurs méthodes guerrières et prédatrices, avaient échoué. Ils procèdent à des conversions massives, en par […] Lire la suite

SOUFISME ou ṢŪFISME

  • Écrit par 
  • Jacqueline CHABBI
  •  • 4 023 mots

Dans le chapitre « Problèmes de terminologie : soufi, marabout, fakir et derviche »  : […] Le terme de soufi, entré dans l'usage français, dérive de l'arabe ṣūfī (le ū est à prononcer ou – pluriel, ṣūfiyya ), qui signifie le mystique. L'équivalent de soufisme est le nom verbal taṣawwuf . Le mystique du type ṣūfī peut également être dit mutaṣawwif (pluriel, mutaṣawwifa ). Cette famille de mots se rattache, selon l'étymologie la plus vraisemblable, au substantif ṣūf , la laine ou la ro […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger ARNALDEZ, « MARABOUTISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/maraboutisme/