MARABOUTISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les chorfa

Le mot chorfa est la forme dialectale de shurafā', pluriel de sharīf (chérif). Ce sont les descendants du Prophète et de sa fille Fāṭima (Fatma). Ce qu'on a dit sur les chaînes initiatiques remontant à ‘Alī explique l'importance qu'ils ont prise. Si certaines familles, comme les Idrīsides et plus tard les Filaliens et les Sa‘diens, ont donné naissance à des dynasties qui ont régné sur le Maroc, beaucoup de ces « nobles » étaient de pauvres gens qui s'adonnaient à la recherche de la sainteté. Mais leur qualité leur conférait un grand prestige. On les appelait du titre de moulay (classique mawlāya), alors que sīdī (classique sayyidī, abrégé en quand on s'adresse à un lettré) s'emploie pour tous les saints. On connaît le sanctuaire de Moulay Idris à Fez. Mais la « vogue » des chorfa encouragea d'une part la fabrication de fausses généalogies et d'autre part elle favorisa la formation de lignées de chorfa qui ne descendaient que d'un murābiṭ notoire, mais non chérif. Le mouvement fut tel que certaines tribus reléguèrent le nom ancestral pour prendre celui d'un marabout, chérif réel ou supposé. On les a appelées tribus maraboutiques.

Cette importance des chorfa est due également à la part que prirent ces familles, surtout au xvie siècle, à la lutte contre les infidèles espagnols et portugais. Leur baraka était un gage de victoire, comme au temps du Prophète de qui ils la tenaient. Il ne faut donc pas s'étonner que l'idée shi‘te du Maḥdi, le maître de l'Heure, qui doit, à la fin des temps, faire régner la justice et rétablir le culte pur de l'islam, ait reparu dans ce milieu sunnite du Maghreb. Plusieurs légendes indiquent l'endroit d'un lieu maraboutique où le Maḥdi apparaîtra. L'idéal du maḥdisme explique le rôle religieux, social et politique joué par les marabouts.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages





Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  MARABOUTISME  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 611 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Marabouts et confréries »  : […] L'islam noir est marqué par l'importance du «   maraboutisme » et des confréries. Les fidèles se réunissent et vivent autour d'un personnage savant et saint qui les instruit et maintient une collectivité pieuse de subsistance. Les confréries ont joué un rôle comparable à celui des sociétés initiatiques traditionnelles. Outre les mouvements classiques de l'islam, Qadriya (née en Irak au xi e  siècl […] Lire la suite

GAMBIE

  • Écrit par 
  • Christian COULON, 
  • Universalis
  •  • 3 881 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'administration britannique »  : […] En 1821, la Gambie devint colonie de la Couronne ; mais, jusqu'en 1843, celle-ci fut administrée par le gouverneur de Freetown en Sierra Leone. En 1857, la France céda aux Anglais le comptoir d'Albréda, contre celui de Portendick en Mauritanie. Dans la seconde moitié du xix e  siècle, l'histoire de la Gambie fut traversée par un important renouveau religieux islamique qui prit les autorités tra […] Lire la suite

MAURITANIE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BALANS, 
  • Pierre BOILLEY, 
  • François BOST, 
  • Universalis
  •  • 10 127 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'organisation sociale »  : […] La coexistence initialement forcée et difficile des groupes berbères et arabes donne progressivement naissance à la société maure, dont les principales caractéristiques survivent encore aujourd'hui. Sur le plan ethnique, la « race maure » se constitue sur la base d'un métissage dominant arabo-berbère, auquel s'ajoutent, au gré de contacts et de mélanges particuliers de populations, des apports ma […] Lire la suite

SÉNÉGAL

  • Écrit par 
  • François BOST, 
  • Vincent FOUCHER
  •  • 10 065 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le Sénégal colonial : islam, arachide et assimilation »  : […] L'instabilité de la seconde moitié du xix e  siècle a facilité la poussée de l'islam maraboutique qui, bien qu'anciennement établi en Afrique de l'Ouest, était resté limité. Dans le contexte d'effervescence socio-politique, des marabouts pacifiques réussissent là où leurs prédécesseurs, avec leurs méthodes guerrières et prédatrices, avaient échoué. Ils procèdent à des conversions massives, en par […] Lire la suite

SOUFISME ou ṢŪFISME

  • Écrit par 
  • Jacqueline CHABBI
  •  • 4 023 mots

Dans le chapitre « Problèmes de terminologie : soufi, marabout, fakir et derviche »  : […] Le terme de soufi, entré dans l'usage français, dérive de l'arabe ṣūfī (le ū est à prononcer ou – pluriel, ṣūfiyya ), qui signifie le mystique. L'équivalent de soufisme est le nom verbal taṣawwuf . Le mystique du type ṣūfī peut également être dit mutaṣawwif (pluriel, mutaṣawwifa ). Cette famille de mots se rattache, selon l'étymologie la plus vraisemblable, au substantif ṣūf , la laine ou la ro […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger ARNALDEZ, « MARABOUTISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maraboutisme/