MADRID

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre d'urbanisation des Bourbons

L'arrivée de la nouvelle dynastie crée des conditions entièrement différentes : volonté de rénovation économique et intellectuelle, de réintégration à l'Europe, volonté de créer une résidence et une capitale dignes d'un grand monarque. Philippe V, élevé à Versailles dont il gardera toujours la nostalgie, songe dès son arrivée à transformer l'Alcázar et le Retiro : des plans sont demandés à Robert de Cotte. Mais les vicissitudes de la guerre de Succession, puis l'édification à La Granja d'un Versailles montagnard (qui sera surtout un « contre-Escorial »), détournent le roi de Madrid jusqu'aux dernières années de son long règne. En revanche, une phase assez brillante d'urbanisme municipal se déroule entre 1715 et 1730, grâce à un corregidor très actif, le marquis de Vadillo, et un grand architecte, baroque jusqu'à l'excès, Pedro de Ribera. L'hospice de San Fernando (aujourd'hui Académie royale qui groupe surtout des peintures des xviie et xviiie siècles), le majestueux pont de Tolède, avec ses rampes d'accès, obélisques et oratoires (1718-1722), la promenade de la Vírgen del Puerto le long du Manzanares, la création de fontaines monumentales attestent un souci nouveau d'allier l'utilité publique et la magnificence. Mais, tandis qu'après l'incendie de 1734, la reconstruction du Palais royal, confiée aux architectes italiens Filippo Juvara et Giovanni Battista Sacchetti, sera pendant vingt-cinq ans le souci majeur des souverains et dotera Madrid d'un des plus imposants monuments d'Europe, c'est la période suivante, le règne de Charles III (1760-1788), qui marque l'âge d'or de l'urbanisme madrilène. Rien n'échappe à la sollicitude de ce souverain, type parfait du « despote éclairé », ni à celle de ses ministres : éclairage et pavage des rues, institution des serenos (veilleurs de nuit), création de manufactures (fabrique de porcelaine du Retiro), construction de grands édifices publics néo-classiques (Poste sur la Puerta del Sol, par le Français Marquet, Douane et Hôpital général par l'Italien Francisco Sabatini), réforme de la Puerta del Sol qui devient le cœur de Madrid, bruyant et gai. Mais l'œuvre essentielle du règne est « périphérique » : c'est l'embellissement des accès de la capitale (portes monumentales d'Alcalá, de San Vincente, etc.), l'urbanisation de la zone située entre les quartiers populeux du sud et le Manzanares, avec la promenade de Delicias ; c'est surtout le grand ensemble de jardins associés à des centres de culture qui se réalise à l'est, entre 1775 et 1790, sous la direction de Sabatini et de l'Espagnol Ventura Rodríguez : le Prado, replanté, décoré de statues et de fontaines dans sa partie centrale (« Salón del Prado »), puis bordé par le musée des Sciences naturelles (aujourd'hui célèbre musée de peinture), construit par Juan de Villanueva, et par un jardin botanique que domine l'Observatoire. L'ensemble, incomplet, reste très séduisant. À l'aube du xixe siècle, les voyageurs étrangers s'accordent à louer les accès de Madrid, « beaux chemins, belles avenues plantées d'arbres », et cette ville qui, « si rien n'excède l'ordinaire, si rien n'étonne par la grandeur des proportions », est « très digne d'être visitée », où « tout est bien, convenable et digne ».

Hospice de San Fernando, Madrid

Photographie : Hospice de San Fernando, Madrid

Portail de l'hospice de San Fernando (aujourd'hui Musée municipal), Madrid. Architecte : Pedro de Ribera. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

La fontaine de Cybèle à Madrid

Photographie : La fontaine de Cybèle à Madrid

La fontaine et la place de Cybèle à Madrid, avec la poste centrale au second plan. La fontaine, qui date du XVIIIe siècle, est devenue le symbole de la ville. 

Crédits : Joe Cornish/ Getty Images

Afficher

Palais Royal à Madrid

Photographie : Palais Royal à Madrid

Le Palais Royal, à Madrid, reconstruit entre 1738 et 1764, marque symboliquement la rupture entre l'Espagne des Habsbourg et la nouvelle dynastie des Bourbons, imposée par Louis XIV en 1700. Au premier plan, les jardins d'hiver. 

Crédits : Joe Cornish/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Espagne : carte administrative

Espagne : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Plaza Mayor, Madrid

Plaza Mayor, Madrid
Crédits : Françoise Weyl

photographie

Hospice de San Fernando, Madrid

Hospice de San Fernando, Madrid
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La fontaine de Cybèle à Madrid

La fontaine de Cybèle à Madrid
Crédits : Joe Cornish/ Getty Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : agrégé de géographie, docteur d'État, directeur de recherche émérite au C.N.R.S.
  • : professeur honoraire à l'université de Toulouse

Classification

Autres références

«  MADRID  » est également traité dans :

CASTILLE

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  • , Universalis
  •  • 10 288 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'architecture et la sculpture baroques »  : […] Dans un fléchissement général de l'activité, la Castille conserve une situation relativement privilégiée grâce au mécénat de la Cour et de quelques grands seigneurs. En outre, l'Église ouvre un certain nombre de chantiers pour satisfaire les besoins religieux de Madrid, la nouvelle capitale. Sur le plan stylistique, la sévérité classique de l'Escorial fait place progressivement au baroque . Cette […] Lire la suite

COMEDIA, Espagne

  • Écrit par 
  • Charles Vincent AUBRUN
  •  • 2 606 mots

Dans le chapitre « Histoire du genre. Succès et influence »  : […] Le genre fit véritablement fureur. On écrivit des milliers de comédies ; on les représenta aux champs et à la ville, sous les formes les plus pures et les plus corrompues, refontes et adaptations, plagiats et mélanges. Mais c'est Madrid qui donna toujours le ton. Sous Philippe III et ses successeurs, la capitale était devenue une « Babylone » monstrueuse par l'afflux d'une jeune population désœuv […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN
  •  • 9 612 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Madrid »  : […] La région de Madrid compte, en 2009, 6,3 millions d'habitants, soit 13,4 p. 100 de la population de l'Espagne. Le contraste entre la ville et les campagnes environnantes reste d'ailleurs encore accusé, à l'exception des axes ferroviaires et routiers le long desquels s'étirent les édifices à usage commercial et industriel. Capitale politique longtemps dépourvue d'industries, enjeu symbolique durant […] Lire la suite

GÓMEZ DE MORA JUAN (1586-env. 1648)

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 294 mots

Neveu et élève de Francisco de Mora, Gómez de Mora poursuivit l'œuvre de libération de l'architecture espagnole commencée par son oncle et conduisit celle-ci jusqu'au baroque. Ses principales sources d'inspiration furent les traités d'architecture italiens ; il s'intéressait particulièrement à la théorie de la construction et aux principes du décor des monuments. Devenu maître des œuvres royales e […] Lire la suite

HERRERA JUAN DE (1530-1597)

  • Écrit par 
  • Catherine WILKINSON-ZERNER
  •  • 4 879 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Travaux publics et urbanisme »  : […] Le style abstrait de Herrera avait des affinités avec l'architecture des ingénieurs civils et militaires, à laquelle d'ailleurs il se consacra. Ici, on peut parler d'un vrai projet de réforme de l'architecture, conçu par le roi et effectué par son architecte. Cela commence avec les jardins d' Aranjuez où Philippe II lui-même avait imaginé une vaste urbanisation du paysage dans les années 1550. He […] Lire la suite

LOGEMENTS COLLECTIFS DE L'APRÈS-GUERRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 811 mots

1947-1952 Unité d'habitation, Marseille, Le Corbusier (1887-1965). Grâce à l'appui du ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, Le Corbusier peut, pour la première fois, mettre à l'épreuve son projet de « Cité radieuse » imaginé avant-guerre. Ce bâtiment, posé sur pilotis, accueille environ 400 logements de 23 types différents, desservis à chaque étage par une rue intérieure, ainsi que de […] Lire la suite

NINI JEAN-BAPTISTE (1717-1786)

  • Écrit par 
  • Marie-Cécile FOREST, 
  • Barbara SIBILLE-PUCCINI
  •  • 2 057 mots

Dans le chapitre « Le séjour madrilène : Nini graveur sur verre »  : […] Après son séjour bolonais, Nini émigre en Espagne où sa présence est attestée en 1747, après un court passage à Vérone où il réalise le portrait de son hôte Pier Antonio Serpini, négociant en soie et grand collectionneur de dessins et d'estampes. Les échanges culturels entre Bologne et Madrid s'étaient accrus depuis le xiv e  siècle avec la création du Collège d'Espagne à Bologne. Nini signe en 17 […] Lire la suite

PRADO MUSÉE DU, Madrid

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 522 mots
  •  • 3 médias

Situé à Madrid, le musée d'art du Prado possède la plus belle et la plus vaste collection de peintures espagnoles au monde, ainsi que des chefs-d'œuvre appartenant à d'autres écoles européennes, en particulier italiennes et flamandes. La construction du bâtiment du Prado, de style néoclassique, débute en 1785 lorsque Charles III fait appel à l'architecte Juan de Villanueva pour dessiner les plan […] Lire la suite

RIBERA PEDRO DE (1681-1742)

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 355 mots
  •  • 2 médias

Architecte espagnol qui appartient à la catégorie des « fous délirants » dénoncés par le néo-classicisme. On condamnait ainsi la liberté dans la création et le caractère proprement espagnol de celui qui fut le grand architecte madrilène du xviii e  siècle, par opposition aux architectes étrangers pratiquant à la cour un art international. Formé d'abord par son père Juan, un maître charpentier d'or […] Lire la suite

TIEPOLO LES

  • Écrit par 
  • Aldo RIZZI
  •  • 2 611 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le peintre des cours européennes »  : […] À la fin de 1750, Tiepolo, accompagné de ses enfants Giandomenico et Lorenzo, s'installe à Würzburg ; il y restera trois ans pour décorer la résidence du prince-évêque Karl Philipp von Greiffenklau. Dans la Kaisersaal, il représente Apollon conduisant à Frédéric Barberousse son épouse Béatrice de Bourgogne , les Noces de Frédéric Barberousse et l' Investiture de l'évêque Harold  ; au plafond de l' […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

18 mars - 7 avril 2022 Espagne – Maroc. Approbation par Madrid de la position marocaine sur le Sahara occidental.

Elle suscite des réserves de la part du parti Podemos, membre de la coalition gouvernementale au pouvoir à Madrid. Cette décision vise à mettre un terme à la crise diplomatique avec le Maroc provoquée par l’accueil en Espagne en avril 2021, pour raison médicale, du chef du Front Polisario Brahim Ghali. Rabat avait alors exercé une pression sur Madrid en facilitant l’entrée de migrants dans les enclaves espagnoles au Maroc. […] Lire la suite

14 mars 2022 Allemagne. Annonce de l'achat d'avions de chasse américains Lockheed Martin F-35.

Christine Lambrecht annonce également l’achat de quinze avions de combat Eurofighter fabriqués par le constructeur européen Airbus et réaffirme son engagement dans le projet d’avion de combat européen SCAF (système de combat aérien du futur) développé avec Paris et Madrid. […] Lire la suite

13-22 juin 2021 Espagne. Grâce accordée aux dirigeants indépendantistes catalans emprisonnés.

Le 13, plusieurs dizaines de milliers de personnes manifestent à Madrid contre l’intention exprimée par le gouvernement socialiste de Pedro Sánchez de gracier les neuf dirigeants indépendantistes catalans condamnés en octobre 2019 à des peines de prison pour « sédition » et « malversations », à la suite de la proclamation unilatérale de l’indépendance de la Catalogne en octobre 2017. […] Lire la suite

4 mai 2021 Espagne. Retrait de la vie politique de Pablo Iglesias.

Pablo Iglesias annonce sa démission de la direction de Podemos (gauche radicale) et son retrait de la vie politique, à la suite du revers subi par la liste qu’il conduisait aux élections régionales à Madrid, remportées par la droite deux jours plus tôt. Pablo Iglesias avait déjà quitté la vice-présidence du gouvernement en mars pour se présenter à Madrid. […] Lire la suite

15 mars 2021 Espagne. Retrait de Pablo Iglesias du gouvernement.

Pablo Iglesias, chef du parti Podemos (gauche radicale) et deuxième vice-président du gouvernement de coalition dirigé par le socialiste Pedro Sánchez, annonce qu’il démissionnera de son poste en avril pour se présenter aux élections régionales anticipées à Madrid, prévues en mai. Les tensions s’accroissent depuis quelques mois entre le Parti socialiste et Podemos. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel DRAIN, Paul GUINARD, « MADRID », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/madrid/