GÓMEZ DE MORA JUAN (1586-env. 1648)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Neveu et élève de Francisco de Mora, Gómez de Mora poursuivit l'œuvre de libération de l'architecture espagnole commencée par son oncle et conduisit celle-ci jusqu'au baroque. Ses principales sources d'inspiration furent les traités d'architecture italiens ; il s'intéressait particulièrement à la théorie de la construction et aux principes du décor des monuments. Devenu maître des œuvres royales en 1611, il donna la pleine mesure de son talent.

Sa réalisation la plus ancienne, l'église de l'Incarnation à Madrid (1611-1616), imite celle de San José d'Ávila, bâtie par son oncle. Gómez de Mora met au point un type d'église qui connaîtra, auprès des ordres religieux, un grand succès au xviie siècle. En 1617, il fournit les plans de la Clerecía, l'immense collège des jésuites de Salamanque. L'œuvre, lentement réalisée, fut modifiée en cours de construction par ses successeurs. L'église des jésuites d'Alcalá de Henares (Nouvelle-Castille), terminée en 1625, est la plus italienne de ses œuvres. Ses fonctions officielles conduisirent Juan Gómez de Mora à réaliser la Plaza Mayor de Madrid (1617-1619), longtemps le seul ensemble vraiment urbain de la capitale espagnole, mais qui fut reconstruite après lui. Entre 1619 et 1621, il édifia une façade monumentale pour l'Alcázar de Madrid. Toujours dans la ville, on lui attribue la Cárcel de Corte (1629-1634), actuel palais de Santa Cruz. Il éleva ensuite la Quinta de la Zarzuela (1634-1637) ainsi que l'Ayuntamiento (à partir de 1640), sensiblement modifié plus tard par Teodoro Ardemans, qui y introduisit le pittoresque baroque de ses tours et de ses portes.

—  Marcel DURLIAT

Écrit par :

  • : professeur émérite d'histoire de l'art à l'université de Toulouse-Le-Mirail

Classification


Autres références

«  GÓMEZ DE MORA JUAN (1586-env. 1648)  » est également traité dans :

CASTILLE

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  • , Universalis
  •  • 10 283 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'architecture et la sculpture baroques »  : […] Dans un fléchissement général de l'activité, la Castille conserve une situation relativement privilégiée grâce au mécénat de la Cour et de quelques grands seigneurs. En outre, l'Église ouvre un certain nombre de chantiers pour satisfaire les besoins religieux de Madrid, la nouvelle capitale. Sur le plan stylistique, la sévérité classique de l'Escorial fait place progressivement au baroque . Cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/castille/#i_12079

MADRID

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN, 
  • Paul GUINARD
  •  • 4 129 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La « pseudo-capitale » des Habsbourg »  : […] La présence de la cour à Madrid provoque un afflux rapide et continu de population : fonctionnaires, ordres religieux (qui tous veulent avoir un couvent à la cour), aristocratie et, par contrecoup, artisans et commerces de luxe (orfèvres, armuriers, brodeurs, tailleurs) qui se groupent le long de la calle Mayor sur le chemin du Palais. La superficie de la ville décuple ; l'extension se produit da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/madrid/#i_12079

Pour citer l’article

Marcel DURLIAT, « GÓMEZ DE MORA JUAN (1586-env. 1648) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-gomez-de-mora/