MACROÉCONOMIEEmploi

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les théories alternatives de l'emploi

Si, depuis longtemps, bien des travaux ont insisté sur les composantes conflictuelles de la relation d'emploi, à commencer par les analyses célèbres de Karl Marx sur l'exploitation de la force de travail et l'aliénation du salarié, deux références américaines datant du début des années 1970 constituent, pour l'essentiel, les fondements modernes des théories alternatives de l'emploi.

Tout d'abord, la distinction, proposée avec force par Albert Hirschman, entre les comportements de défection (exit) et de protestation (voice) montre que l'issue d'un désaccord entre employé et employeur peut bien être le départ de l'employé pour rechercher un patron plus satisfaisant (défection), attitude qui fait jouer la concurrence du marché, mais aussi, et bien plus fréquemment, l'action collective organisée sur place (protestation). Dès lors, les interrelations discutées plus haut ne cernent qu'une part, effective mais minoritaire, de l'économie de l'emploi.

Ensuite, une série de thèses, développées par Michael Piore, Peter Doeringer et Barry Bluestone, a posé la discontinuité fonctionnelle du marché du travail. Ces théories du dualisme ou de la segmentation du marché du travail partent précisément des parcours professionnels construits pour une main-d'œuvre fixée, syndiquée, bien formée et rémunérée, parcours qui obéissent à une série de règles valables en général (grille de qualification, promotion interne, ancienneté) et non à des transactions de marché. Il s'agit alors de « marchés internes » aux entreprises (le terme est relativement malheureux, puisqu'il ne s'agit précisément pas de marchés), alimentés par un « marché primaire » réservé à une main-d'œuvre stabilisée et privilégiée, tandis que le « marché secondaire » rassemble le reste des salariés et les entreprises qui n'ont pu ou voulu constituer des marchés internes. Il y a ainsi partition du marché du travail, avec, d'un côté, des firmes puissantes bénéficiant d'une demande stable, cherchant à stabil [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Médias de l’article

Courbe de Phillips

Courbe de Phillips
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Courbe de Phillips de longue période

Courbe de Phillips de longue période
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Diagramme WS/PS (« wage setting/price setting »)

Diagramme WS/PS (« wage setting/price setting »)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique


Écrit par :

  • : professeur émérite de sciences économiques à l'université de Paris-I

Classification

Autres références

«  MACROÉCONOMIE  » est également traité dans :

MACROÉCONOMIE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Jean-Olivier HAIRAULT
  •  • 908 mots

La macroéconomie a pour objet l'étude des grandeurs globales d'une économie : production, investissement, consommation, taux de chômage, inflation... Ces grandeurs globales, dont les médias abondent chaque jour, permettent de mesurer les performances moyennes d'une éc […] Lire la suite

MACROÉCONOMIE - Théorie macroéconomique

  • Écrit par 
  • Edmond MALINVAUD
  •  • 8 114 mots

Les informations entendues ou lues par le public font couramment état de grandeurs économiques. Elles peuvent concerner une entreprise ou une collectivité locale particulière. Mais les grandeurs en question résultent souvent de la synthèse d'informations détaillées et contribuent à caractériser l'activité économique d'une entité plus large, souvent même de tout un pays. On les dit alors […] Lire la suite

MACROÉCONOMIE - Croissance économique

  • Écrit par 
  • Jean-Olivier HAIRAULT
  •  • 9 667 mots
  •  • 1 média

Le terme « croissance » désigne l'augmentation du volume de la production de biens et de services d'une année sur l'autre. Les chroniqueurs économiques parlent ainsi d'accélération ou de ralentissement de la croissance pour caractériser une année particulière. Toutefois, les économistes préfèrent réserver le terme de croissance à une augmentation tendanci […] Lire la suite

MACROÉCONOMIE - Politique économique

  • Écrit par 
  • Antoine d' AUTUME
  •  • 4 871 mots

Les économies modernes sont des économies de marché. Le marché constitue le moteur de l'activité économique, et l'expérience du xxe siècle – en Europe de l'Est ou ailleurs – a montré combien il était difficile de s'en passer. Ses défauts sont non moins visibles. Son extension au monde entier semble loin de profit […] Lire la suite

MACROÉCONOMIE - Systèmes financiers

  • Écrit par 
  • Jean-Paul POLLIN
  •  • 6 875 mots

Un système financier se définit par l'ensemble des règles, des pratiques et des institutions (Bourses de valeurs, banques, etc.) qui permettent de mobiliser des capitaux pour les mettre à disposition d'agents à besoins de financement. Ces besoins correspondent pour l'essentiel à des projets d'investissement d'entreprises, d'administrations ou de parti […] Lire la suite

AGRÉGAT ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Marc PÉNIN
  •  • 1 482 mots

Au sens premier, un agrégat est un assemblage de parties qui forment un tout. Dans le vocabulaire économique moderne, le mot désigne une grandeur caractéristique de l'économie nationale et, plus généralement, une grandeur globale synthétique représentative d'un ensemble de grandeurs particulières. Le passage d'un sens à l'autre a été favorisé par le fait qu'en anglais, langue à laquelle la notion […] Lire la suite

ANTICIPATIONS, économie

  • Écrit par 
  • Christian de BOISSIEU
  •  • 6 068 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Anticipations et ajustements macroéconomiques »  : […] Les principales fonctions de comportement sont, d'une manière ou d'une autre, influencées par les anticipations. Ainsi la consommation des ménages dépend moins de leur revenu courant que du revenu « normal » anticipé pendant un certain horizon temporel (revenu « permanent »), voire du revenu moyen anticipé pendant la durée de vie (théorie du « cycle vital »). L'investissement des entreprises est […] Lire la suite

CAPITAL

  • Écrit par 
  • Ozgur GUN
  •  • 1 382 mots

Dans le chapitre « Le capital en tant que rapport social »  : […] Cette première acception du mot capital est à l'origine d'expressions telles que capitalisme ou société capitaliste, qui désignent un système économique où les moyens de production sont, en bonne partie, détenus par des personnes privées. Celles-ci, les capitalistes, recrutent des travailleurs, achètent des matières premières, louent des terres, etc., pour produire des biens, dans le but de réali […] Lire la suite

CHÔMAGE - Politiques de l'emploi

  • Écrit par 
  • Christine ERHEL
  •  • 7 266 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Aspects méthodologiques »  : […] L'enjeu central de l'évaluation des politiques de l'emploi est d'identifier et de quantifier l'impact des mesures sur des variables représentant leurs objectifs (emploi, chômage, fonctionnement du marché du travail). Pour les économistes, l'évaluation peut se faire à deux niveaux : au niveau des bénéficiaires des mesures (études microéconomiques), et au niveau de l'ensemble de l'économie (études m […] Lire la suite

COMPTABILITÉ NATIONALE

  • Écrit par 
  • Marc PÉNIN
  •  • 11 280 mots
  •  • 1 média

La comptabilité nationale est une représentation quantifiée du fonctionnement et des résultats économiques d'une économie nationale. Cette quantification s'effectue en unités monétaires, en partant du système des prix qui réalise, dans une économie de marché, une certaine objectivation des valeurs. Elle est présentée dans un cadre comptable articulé rigoureux, défini à la fois par des relations c […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard GAZIER, « MACROÉCONOMIE - Emploi », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/macroeconomie-emploi/