Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PHILLIPS COURBE DE

Articles

  • ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Monétarisme

    • Écrit par Jean-Marc DANIEL
    • 1 554 mots
    • 1 média
    Cette relation s'organise autour de lacourbe de Phillips –  du nom de l'économiste néo-zélandais qui l'a étudiée sur un plan statistique –, qui s'obtient en portant sur un graphique, année après année, en abscisse le taux de chômage et en ordonnée le taux d'inflation. Se dessine ainsi empiriquement...
  • INFLATION

    • Écrit par Jacques LE CACHEUX
    • 10 079 mots
    • 7 médias
    ...australien, d'une relation inverse stable à long terme entre rythme de hausse des salaires nominaux et niveau du chômage, bientôt connue sous le nom de « courbe de Phillips », fut, dès lors, très vite saluée comme le « chaînon manquant » de la théorie macroéconomique dominante : réinterprétée comme une...
  • MACROÉCONOMIE - Emploi

    • Écrit par Bernard GAZIER
    • 9 632 mots
    • 3 médias
    ...comment l'emploi dépend de l'économie entière, l'effet en retour de l'emploi sur l'économie a été passé sous silence, hors les comportements de dépense. D'où la fortune exceptionnelle d'une liaison empirique constatée en 1958 par l'économiste néo-zélandais Alban Phillips, qui relie inversement le taux...
  • MACROÉCONOMIE - Politique économique

    • Écrit par Antoine d' AUTUME
    • 4 902 mots
    ...salaires. La thèse du taux de chômage naturel, avancée dans les années 1960 par Milton Friedman et Edmund Phelps, en découle là aussi logiquement. La courbe de Phillips, identifiée en 1958 dans le cas de la Grande-Bretagne, est en substance une courbe décroissante reliant le chômage, porté sur l'axe...
  • PHELPS EDMUND (1933- )

    • Écrit par Françoise PICHON-MAMÈRE
    • 978 mots

    La décision de la Banque de Suède d'attribuer le prix Nobel d'économie 2006 à Edmund Strother Phelps a été accueillie sans réserve des deux côtés de l'Atlantique. Professeur d'économie politique à l'université de Columbia (New York), Phelps est un libéral au sens américain du terme, apprécié...