LÉVY-BRUHL LUCIEN (1857-1939)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La mentalité prélogique

Pour distinguer la mentalité primitive de la nôtre, Lévy-Bruhl la qualifie de mystique (c'est-à-dire fondée sur des croyances à des forces surnaturelles) et de prélogique, voulant signifier par là non point qu'elle est antérieure ou opposée à la logique, mais qu'elle n'obéit pas exclusivement aux lois de notre logique et notamment au principe d'identité. Ainsi, la pensée primitive formée par des représentations collectives qui ne sont pas purement intellectuelles peut s'accommoder de la contradiction. Elle obéit à un principe qui ne fait pas partie de la logique de notre science rationnelle, à savoir le principe de participation, en vertu duquel un être peut être à la fois lui-même et autre chose. Ainsi, le primitif se croit non seulement un homme, mais aussi un animal parce qu'il participe à l'espèce animale de son totem, et il peut être à la fois là où il dort et là où son rêve le situe. Il résulte de ces caractéristiques de sa mentalité que le primitif est peu apte à abstraire et à généraliser. Il est plus sensible aux rapports qualitatifs qu'aux différences quantitatives ; il a une perception homogénéisante de la nature et de tous les êtres. Il croit à l'efficience des puissances occultes, ce qui l'amène à négliger les causes secondes au profit des causes mystiques. Si l'homme primitif est capable d'une activité technique élaborée, c'est parce que ce type d'activité met certes en jeu les lois de la physique mais n'en implique pas la conscience claire. Il ne se saisit pas lui-même comme un sujet distinct, mais il tend plutôt à considérer tous les êtres comme les réceptacles de forces impersonnelles et diffuses. De même, l'individu ne se pense pas en dehors de son groupe. Il participe à ce qui l'entoure, et il ne se sépare pas de ses « appartenances ».

Entre cette mentalité primitive et la mentalité civilisée, Lévy-Bruhl a donc marqué des différences de nature, mais il n'exclut pas qu'il puisse y avoir des transitions. Par exemple chez les Australiens, la participation est directement vécue dans une homo [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  LÉVY-BRUHL LUCIEN (1857-1939)  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l'écologie culturelle à l'anthropologie française »  : […] Un autre courant américain se situe dans le cadre de cette anthropologie sociale et culturelle, qui, née d'une orientation matérialiste et néo-évolutionniste, rejeta l'intellectualisme et le psychologisme de l'anthropologie culturelle, provoquant aux États-Unis une véritable révolution et posant les principes d'une nouvelle recherche. Anthropologues et archéologues s'inspirèrent des travaux de J.  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie/#i_15481

ARCHAÏQUE MENTALITÉ

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 7 026 mots

Dans le chapitre « La mentalité primitive selon Lévy-Bruhl »  : […] C'est contre la conception, commune à l'animisme et au rationalisme sociologique durkheimien, d'une homogénéité fondamentale de toutes les mentalités que Lévy-Bruhl a soutenu la spécificité de la mentalité qu'il nommait primitive et que nous appellerions plus volontiers aujourd'hui archaïque. Tandis que, pour l'animiste, les primitifs ont le même appareil intellectuel que nous, mais s'en servent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mentalite-archaique/#i_15481

IDÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Joseph GABEL
  •  • 6 770 mots

Dans le chapitre « Causalité idéologique et causalité « diabolique » »  : […] On peut ici, pour des raisons de commodité (voir Gabel : Idéologies , 1974, p. 57 sq.), recourir à l'expression de « causalité idéologique » ; en fait, on devrait parler de « distorsion idéologique de la perception de la causalité historique ». Des recherches portant sur les causes des événements historiques occupent, en effet, une place privilégiée dans la démarche idéologi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ideologie/#i_15481

JEU - Le jeu dans la société

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 4 893 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les sociétés globales »  : […] L'intégration de l'individu à la société ne se limite pas à l'enfance de celui-ci, et l'on peut présumer que chaque culture, suivant ses caractères généraux, favorise plus ou moins tel ou tel type de jeux. C'est ainsi que, selon Roger Caillois, on peut distinguer deux sortes de sociétés. D'une part, celles qu'il nomme les « sociétés à tohu-bohu », qui, dans leurs traditions, valorisent les mascar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeu-le-jeu-dans-la-societe/#i_15481

JUSTICE SOCIALE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 7 951 mots

Dans le chapitre « Des effets de l'évolution économique »  : […] Sur la précédente évolution de l'idée de justice où se trouvent associées l'idée d'égalité et l'idée de distribution, on peut faire deux remarques. La règle, tenue pour essentielle, Neminem laedere ; suum cuique tribuere (« Ne nuire à personne ; donner à chacun ce qui lui est dû »), est de bonne heure apparue comme très variable dans sa conception et ses applications. Lucien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/justice-sociale/#i_15481

MYTHE - Épistémologie des mythes

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 8 612 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Grec à deux têtes »  : […] Vers les années 1960, la question essentielle pour la science mythologique, dans le débat ouvert entre Lévi-Strauss et ses contradicteurs, était la suivante : la mythologie relève-t-elle d'une explication unique ? La réponse affirmative, développée par l'analyse structurale, se nouait dans une simple phrase : « le mythe est un langage » ( Anthropologie structurale , p. 232). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythe-epistemologie-des-mythes/#i_15481

SURNATUREL

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 328 mots

Chez les Grecs, le surnaturel s'oppose à la nature physique et il signifie ce qui lui est immédiatement supérieur, à savoir la nature intellectuelle, ce qui appartient à l'intelligence, à l'intelligible, eux-mêmes considérés comme divins, en raison de l'immutabilité des idées qui suppose une coupure par rapport à la mobilité et à l'incertitude de l'expérience sensible. Le mot surnaturel a reçu ens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surnaturel/#i_15481

TABOU

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET
  •  • 5 095 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Tabou et religion »  : […] Il est facile de voir que toutes les religions sont marquées par l'observance d'un système d'interdits. Mais si William Robertson Smith, en 1889, dans son livre sur la religion des Sémites ( Lectures on the Religion of the Semites ), reconnaît qu'il est difficile de distinguer, à l'origine des tabous, des règles sacrées, délimitant nettement le pur de l'impur, il croit pouvoi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tabou/#i_15481

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean CAZENEUVE, « LÉVY-BRUHL LUCIEN - (1857-1939) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucien-levy-bruhl/