ASSYRO-BABYLONIENNE LITTÉRATURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les grandes périodes littéraires

Dans cette longue histoire, toutes les époques n'ont pas été également fécondes.

Nous sommes encore mal renseignés sur la période la plus ancienne. Trop peu d'œuvres nous en sont parvenues. Cependant, la maturité dont témoignent d'emblée les premières créations de l'ancien babylonien laisse supposer, dès le vieil akkadien, une nécessaire et puissante germination. Au reste, sur tout le pourtour de la Mésopotamie subsisteront, longtemps après, des traces de cette haute culture qu'y diffusèrent les conquêtes de Sargon et de Narâm-Sin. C'est aussi, entre autres recherches archaïsantes, sur des particularités grammaticales et stylistiques de cette époque que chercheront à se modeler les effets littéraires du dialecte hymnico-épique, dont les lettrés cassites se serviront pour rédiger de grandes œuvres poétiques.

L'âge d'or de la littérature sémitique mésopotamienne est, sans conteste, le temps de la première dynastie babylonienne, dont le cœur est le règne du roi Hammourabi (xviiie s. av. notre ère). Tout y atteste une période de pleine activité créatrice, depuis les améliorations ingénieusement apportées à l'écriture jusqu'à la variété et à la perfection des œuvres de l'esprit.

Sur toutes les terres qu'il avait conquises, Hammourapi avait mis fin aux particularismes, il avait unifié le pays et favorisé son rayonnement culturel. On considère d'ordinaire son fameux Code de lois comme l'œuvre la plus représentative de son temps, mais son génie créateur s'est exprimé en bien d'autres domaines.

La tradition babylonienne connut une autre grande période de fécondité, au cours des derniers siècles du deuxième millénaire. Certes, le pays était appauvri, et aucun des rois cassites d'alors n'atteignit à la gloire de Hammourabi. Mais, il s'était, entre autres, formé, ici et là, de grandes familles de lettrés qui avaient pris délibérément en charge le trésor spirituel des siècles passés. Leur volonté de le sauvegarder et de le promouvoir leur avait fait souvent prendre comme patron un grand scribe d'autrefois, souvent mythique, qui restera l'égide de la lignée, parfois jusqu'à l'époque séleucide.

Ce furent avant tout des compilateurs, qui firent un immense travail de mise en ordre, de copie et de commentaires de textes. En tant que créateurs, ils furent toujours plus ou moins prisonniers du passé, qui marqua même le vocabulaire et le style de leurs écrits. Parfois, cependant, de grands mouvements politiques ou religieux faisaient passer un souffle de vérité dans cet humanisme trop souvent compassé.

En regard de la Babylonie, l'Assyrie, du point de vue littéraire, fait le plus souvent figure de parent pauvre.

Dès le temps de Hammourabi, la pensée babylonienne s'impose et ne cessa de s'imposer à l'intelligentsia du pays. Même aux époques où l'Assyrie se rejette dans un nationalisme agressif et veut s'affirmer en s'opposant, elle ne peut, ni ne souhaite vraiment, s'affranchir de cette emprise culturelle.

Déjà, au milieu du xive siècle, Assourouballit Ier avait attaché à son service personnel un scribe babylonien et, lorsque Toukoulti-Ninourta (xiiie s. av. notre ère) s'empara de Babylone, il emporta en Assyrie un grand nombre de tablettes enlevées aux bibliothèques de la ville. Certaines compositions littéraires assyriennes, et notamment les grandes inscriptions historiques des Sargonides, lors même qu'elles relèvent incontestablement de l'inspiration assyrienne, n'en sont pas moins rédigées en une langue littéraire « standard » issue de la tradition babylonienne.

Il serait injuste toutefois de ne pas porter au crédit des Assyriens les efforts que firent plusieurs de leurs rois pour créer dans leur palais de grandes bibliothèques encyclopédiques. Ce fut le cas de Teglat-Phalasar Ier (1115-1077), ce fut aussi, sur une plus grande échelle, celui d'Assourbanipal (668-627), qui fit copier par ses scribes des milliers de tablettes, aussi bien babyloniennes qu'assyriennes. Si, hormis des pièces de circonstance, leur apport créateur resta faible, ils n'en rendirent pas moins un inappréciable service à la tradition spirituelle de la Mésopotamie ancienne, et c'est souvent par leurs copies que nous sont connus bien des chefs-d'œuvre antérieurs.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur au Collège de France, directeur à l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  ASSYRO-BABYLONIENNE LITTÉRATURE  » est également traité dans :

ANZU MYTHE D'

  • Écrit par 
  • Daniel ARNAUD
  •  • 589 mots

La pensée assyro-babylonienne a hérité de la tradition sumérienne l'idée qu'existaient encore dans le cosmos des forces de mal ou, du moins, de trouble qui en bouleversaient pendant un temps l'ordonnance, avant qu'un champion ne rétablisse l'état de choses précédent : le mythe d'Anzu raconte ainsi comment un héros divin, Ninurta, tua un oiseau maléfique pour faire régner à nouveau l'harmonie. Anzu […] Lire la suite

ASSYRIE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 9 704 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le premier empire d'Assour : formation du peuple assyrien (XIVe-XIIIe s.) »  : […] Les princes d'Assour réussissent cependant à échapper à la domination du Hanigalbat (c'est le nom qu'ils donnent au Mitanni) et aux prétentions des rois kassites de Babylone qui revendiquent la suzeraineté de toute la Mésopotamie. Au xiv e  siècle, profitant du fait que les descendants de Shaoushatar se déchirent en des luttes impitoyables qui minent leur empire, les vicaires d'Assour reprennent p […] Lire la suite

ATRA-HASIS POÈME D'

  • Écrit par 
  • Daniel ARNAUD
  •  • 336 mots

Œuvre rédigée en langue akkadienne, qui comptait quelque 1 250 vers à l'origine et qui présente un réel effort de réflexion sur la création et sur le destin de l'homme (cf. traduction in R. Labat, Les Religions du Proche-Orient , Paris, 1970). Elle fut rédigée en Babylonie, peut-être au ~ xvii e siècle ; mais, malgré le grand nombre de témoins qu'on en possède et dont les plus récents datent du ~ […] Lire la suite

BABYLONE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 7 320 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'épopée de Mardouk et de Nabuchodonosor Ier (XIIe s.) »  : […] Un certain nombre de Kassites sont restés en basse Mésopotamie, et ils joueront encore un rôle important dans la société et l'armée babyloniennes. Mais, après 1153, la royauté passe à des rois de langue sémitique. C'est d'abord la dynastie d'Isin (en Sumer), qui a pris la tête d'un soulèvement national contre les Élamites qui tentaient de se maintenir dans leur conquête. Après son installation à […] Lire la suite

CRÉATION POÈME DE LA

  • Écrit par 
  • Daniel ARNAUD
  •  • 425 mots

Nommé par les Modernes Poème de la création , ce texte babylonien (que les Anciens appelaient par son incipit : Lorsque en haut... ) raconte à la suite de quelles dramatiques circonstances Marduk devint, avec l'assentiment des autres dieux, la divinité suprême de Babylonie. Les sept chants qu'il comprend valent plus par l'ampleur de la mise en œuvre d'éléments souvent archaïques et par la fermeté […] Lire la suite

ENKIDU

  • Écrit par 
  • Daniel ARNAUD
  •  • 372 mots

Dans la tradition suméro-accadienne, Enkidu est le compagnon du roi Gilgamesh en certains de ses exploits. Dans le cycle sumérien, ils vont ensemble conquérir la Forêt des cèdres, gardée par le monstre Humbaba et tuer le Taureau céleste. Dans un autre poème, Enkidu descend aux enfers, où il est retenu prisonnier ; mais grâce à un trou ménagé dans le sol, il peut sortir répondre aux questions que l […] Lire la suite

ÉPOPÉE DE GILGAMESH

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 723 mots
  •  • 1 média

Transmise d'abord oralement, puis rédigée aux environs de 2000 avant J.-C. sur des tablettes, l' Épopée de Gilgamesh connaît pendant un millénaire et demi de nombreuses versions, rédigées dans toute la Mésopotamie. La relation la plus achevée des exploits héroïques de Gilgamesh, qui ne sont pas sans évoquer ceux d'Héraklès, est composée de douze tablettes de plus de 3 400 vers : c'est celle de la […] Lire la suite

ÉRA ou ERRA POÈME D'

  • Écrit par 
  • Daniel ARNAUD
  •  • 676 mots

Poème babylonien qui doit son titre au nom de son protagoniste, le dieu de la Peste et de la Guerre. Le poème d'Éra raconte, en quelque sept cent cinquante vers, la destruction et la restauration de la Babylonie : les Sept, divinités guerrières, excitent leur maître Éra, qui y est déjà enclin, à attaquer les hommes, coupables d'être trop bruyants, et même les animaux. Son compagnon, Ishum, qui jou […] Lire la suite

ERESHKIGAL POÈME D'

  • Écrit par 
  • Daniel ARNAUD
  •  • 470 mots

Poème babylonien qui veut expliquer comment Nergal, à l'origine dieu du monde supérieur, est devenu le maître des Enfers, où ne régnait, jusque-là, dans l'austérité et le désespoir, qu'Ereshkigal (« la reine de la grande Terre », c'est-à-dire les Enfers). On en connaît trois manuscrits et deux versions, toutes rédigées en langue babylonienne. La première, la plus ancienne, provient de la bibliothè […] Lire la suite

GILGAMESH

  • Écrit par 
  • Jean-Daniel FOREST
  •  • 1 978 mots
  •  • 1 média

Gilgamesh serait un roi d'Uruk, une des principales cités sumériennes de Mésopotamie (la plaine alluviale du Tigre et de l'Euphrate, dans l'actuel Irak), et aurait régné aux environs de 2500 avant notre ère. Il a probablement existé, mais nous n'en avons aucune trace historique, et nous ne connaissons le personnage qu'à travers une série de récits légendaires, dont l' Épopée de Gilgamesh est le p […] Lire la suite

Pour citer l’article

René LABAT, « ASSYRO-BABYLONIENNE LITTÉRATURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-assyro-babylonienne/