ASSYRO-BABYLONIENNE LITTÉRATURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Œuvres morales et sapientiales

Bien que le genre des proverbes et dictons populaires ait été fort prisé des Sumériens, il y a peu de chose à en dire ici. Leurs recueils, traduits en akkadien et enrichis de quelques nouvelles maximes, ne vont guère au-delà de l'observation parfois ironique de la vie journalière et des vérités du simple bon sens.

Au contraire, c'est le problème du mal et celui de la justice divine qu'aborde un poème célèbre, que les Anciens appelaient de ses premiers mots, Je veux louer le seigneur de sagesse, et qu'en raison des similitudes qu'il paraît présenter avec le Job biblique, d'aucuns ont parfois nommé le Poème du Juste souffrant.

Composé de quatre tablettes, c'est un long monologue, dans lequel, non sans emphase ni rhétorique, un juste accablé de malheurs fait le récit de ses infortunes. Richesses, position sociale, estime de ses concitoyens, il a tout perdu, et son corps est tourmenté de mille maux dont médecins, prêtres ni devins ne peuvent lui révéler la cause ni la durée. Surviendra finalement le pardon du dieu, mais sa miséricorde demeure aussi inexplicable que l'avait été son courroux ; et, finalement, on se demande si les valeurs morales ont le même sens pour dieu et pour l'homme, et si les desseins divins ne resteront pas toujours un mystère impénétrable et déroutant.

Cette même idée de la transcendance divine se retrouve, exprimée avec plus de rigueur et de poésie, dans un autre poème que l'on a coutume de désigner sous le nom de Théodicée babylonienne. Il se présente sous la forme à la fois d'un dialogue et d'un poème acrostiche. Deux savants amis, en strophes alternées, y débattent de la responsabilité divine dans le bonheur et le malheur des hommes. La grille acrostiche nous livre le nom d'un sage qui vécut à Babylone, vers la fin du deuxième millénaire, et qui est sans doute l'auteur de ce poème, que les scribes postérieurs se plurent à recopier jusqu'à la période parthe. Le premier interlocuteur, pessimiste et désabusé, se révolte contre les maux qui frappent inconsidérément les hommes, et dont il donne maints exemples. Son ami, chaque fois, lui répond en défenseur de la religion et de l'ordre établi, et, lorsque lui manquent les arguments logiques, il invoque l'immanence de la justice divine et l'infirmité de l'homme à comprendre les longs desseins de dieu.

C'est également sous la forme d'un dialogue, ou plutôt sous celle d'une comédie à deux personnages, que les mêmes problèmes sont évoqués dans une pièce qui pourrait s'appeler Le Maître et son serviteur. Dans chacune de ses strophes, le maître appelle son valet, et lui dit ce qu'il a, sur-le-champ, décidé de faire. Et le serviteur d'approuver. Mais l'autre aussitôt renonce à son projet, et le valet, avec un même zèle, trouve pour s'abstenir d'aussi bonnes raisons qu'il en avait donné à l'inverse l'instant d'auparavant. Il n'est pas plus sage, en ce bas monde, d'agir dans un sens ou dans l'autre, et le moins absurde serait peut-être de se casser la tête ou de se jeter à l'eau.

On a beaucoup discuté sur le sens de cette œuvre, satirique pour les uns, empreinte pour les autres du plus noir pessimisme. Quoi qu'il en soit, il faut bien admettre, avec les derniers vers du dialogue, que les dieux seuls peuvent connaître le sens contradictoire de l'existence humaine.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur au Collège de France, directeur à l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  ASSYRO-BABYLONIENNE LITTÉRATURE  » est également traité dans :

ANZU MYTHE D'

  • Écrit par 
  • Daniel ARNAUD
  •  • 589 mots

La pensée assyro-babylonienne a hérité de la tradition sumérienne l'idée qu'existaient encore dans le cosmos des forces de mal ou, du moins, de trouble qui en bouleversaient pendant un temps l'ordonnance, avant qu'un champion ne rétablisse l'état de choses précédent : le mythe d'Anzu raconte ainsi comment un héros divin, Ninurta, tua un oiseau maléfique pour faire régner à nouveau l'harmonie. Anzu […] Lire la suite

ASSYRIE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 9 704 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le premier empire d'Assour : formation du peuple assyrien (XIVe-XIIIe s.) »  : […] Les princes d'Assour réussissent cependant à échapper à la domination du Hanigalbat (c'est le nom qu'ils donnent au Mitanni) et aux prétentions des rois kassites de Babylone qui revendiquent la suzeraineté de toute la Mésopotamie. Au xiv e  siècle, profitant du fait que les descendants de Shaoushatar se déchirent en des luttes impitoyables qui minent leur empire, les vicaires d'Assour reprennent p […] Lire la suite

ATRA-HASIS POÈME D'

  • Écrit par 
  • Daniel ARNAUD
  •  • 336 mots

Œuvre rédigée en langue akkadienne, qui comptait quelque 1 250 vers à l'origine et qui présente un réel effort de réflexion sur la création et sur le destin de l'homme (cf. traduction in R. Labat, Les Religions du Proche-Orient , Paris, 1970). Elle fut rédigée en Babylonie, peut-être au ~ xvii e siècle ; mais, malgré le grand nombre de témoins qu'on en possède et dont les plus récents datent du ~ […] Lire la suite

BABYLONE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 7 320 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'épopée de Mardouk et de Nabuchodonosor Ier (XIIe s.) »  : […] Un certain nombre de Kassites sont restés en basse Mésopotamie, et ils joueront encore un rôle important dans la société et l'armée babyloniennes. Mais, après 1153, la royauté passe à des rois de langue sémitique. C'est d'abord la dynastie d'Isin (en Sumer), qui a pris la tête d'un soulèvement national contre les Élamites qui tentaient de se maintenir dans leur conquête. Après son installation à […] Lire la suite

CRÉATION POÈME DE LA

  • Écrit par 
  • Daniel ARNAUD
  •  • 425 mots

Nommé par les Modernes Poème de la création , ce texte babylonien (que les Anciens appelaient par son incipit : Lorsque en haut... ) raconte à la suite de quelles dramatiques circonstances Marduk devint, avec l'assentiment des autres dieux, la divinité suprême de Babylonie. Les sept chants qu'il comprend valent plus par l'ampleur de la mise en œuvre d'éléments souvent archaïques et par la fermeté […] Lire la suite

ENKIDU

  • Écrit par 
  • Daniel ARNAUD
  •  • 372 mots

Dans la tradition suméro-accadienne, Enkidu est le compagnon du roi Gilgamesh en certains de ses exploits. Dans le cycle sumérien, ils vont ensemble conquérir la Forêt des cèdres, gardée par le monstre Humbaba et tuer le Taureau céleste. Dans un autre poème, Enkidu descend aux enfers, où il est retenu prisonnier ; mais grâce à un trou ménagé dans le sol, il peut sortir répondre aux questions que l […] Lire la suite

ÉPOPÉE DE GILGAMESH

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 723 mots
  •  • 1 média

Transmise d'abord oralement, puis rédigée aux environs de 2000 avant J.-C. sur des tablettes, l' Épopée de Gilgamesh connaît pendant un millénaire et demi de nombreuses versions, rédigées dans toute la Mésopotamie. La relation la plus achevée des exploits héroïques de Gilgamesh, qui ne sont pas sans évoquer ceux d'Héraklès, est composée de douze tablettes de plus de 3 400 vers : c'est celle de la […] Lire la suite

ÉRA ou ERRA POÈME D'

  • Écrit par 
  • Daniel ARNAUD
  •  • 676 mots

Poème babylonien qui doit son titre au nom de son protagoniste, le dieu de la Peste et de la Guerre. Le poème d'Éra raconte, en quelque sept cent cinquante vers, la destruction et la restauration de la Babylonie : les Sept, divinités guerrières, excitent leur maître Éra, qui y est déjà enclin, à attaquer les hommes, coupables d'être trop bruyants, et même les animaux. Son compagnon, Ishum, qui jou […] Lire la suite

ERESHKIGAL POÈME D'

  • Écrit par 
  • Daniel ARNAUD
  •  • 470 mots

Poème babylonien qui veut expliquer comment Nergal, à l'origine dieu du monde supérieur, est devenu le maître des Enfers, où ne régnait, jusque-là, dans l'austérité et le désespoir, qu'Ereshkigal (« la reine de la grande Terre », c'est-à-dire les Enfers). On en connaît trois manuscrits et deux versions, toutes rédigées en langue babylonienne. La première, la plus ancienne, provient de la bibliothè […] Lire la suite

GILGAMESH

  • Écrit par 
  • Jean-Daniel FOREST
  •  • 1 978 mots
  •  • 1 média

Gilgamesh serait un roi d'Uruk, une des principales cités sumériennes de Mésopotamie (la plaine alluviale du Tigre et de l'Euphrate, dans l'actuel Irak), et aurait régné aux environs de 2500 avant notre ère. Il a probablement existé, mais nous n'en avons aucune trace historique, et nous ne connaissons le personnage qu'à travers une série de récits légendaires, dont l' Épopée de Gilgamesh est le p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

René LABAT, « ASSYRO-BABYLONIENNE LITTÉRATURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-assyro-babylonienne/