LISSITZKY ELIEZER dit EL (1890-1941)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les « prouns »

S'il quitte Vitebsk pour Moscou dès le début de 1921, Lissitzky assimile en profondeur les théories de Malévitch, qui ont éradiqué la perspective illusionniste de la Renaissance, et avec elle la perception fixe, frontale et limitée de l'espace. Cherchant à étendre cette idée à l'architecture, Lissitzky introduit dans l'espace blanc du suprématisme des volumes dessinés en axonométrie – technique de projection géométrique où les lignes de fuite restent parallèles. À ces compositions, d'abord peintes sur toile, il donne à la fin de 1920 le nom de prouns (« projets pour l'affirmation du nouveau »). S'ils évoquent bien, selon les termes de l'artiste, une « station d'aiguillage entre peinture et architecture », notamment par leurs effets de texture (métallique, transparente, sablée), les prouns conservent le caractère irrationnel de l'espace suprématiste. Ainsi le Proun P23, Cube avec hyperbole (1919, collection Estorick, Londres), tire son dynamisme de l'ambiguïté entre la forme et le fond, le vide et le plein. Une photographie de 1919-1920 montre cette œuvre posée « à l'envers » sur un chevalet : les prouns sont des tableaux-objets d'un genre nouveau, abolissant la loi de gravité, mais aussi l'idée d'un sens de lecture unique. Dans l'album de onze lithographies en noir Prouns (Moscou, 1921), les compositions sont soumises à toutes sortes de rotations et de distorsions optiques, renvoyant tantôt à l'espace sans dimensions du cosmos, tantôt à la vision aérienne de l'urbanisme du futur. Plus que des véritables « projets » d'architecture, Lissitzky élabore ici une réflexion novatrice sur les rapports entre l'homme et son environnement immédiat. À la Grande Exposition de Berlin, en 1923, il est l'un des premiers artistes à présenter un environnement : l'Espace-proun, parcours modelé plastiquement par la forme, la couleur et le volume, qui inspire au spectateur une attitude dynamique de déambulation plutôt que de contemplation passive. L'année suivante, il conçoit à partir [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : docteur en histoire de l'art, responsable de programmation au musée du Louvre

Classification


Autres références

«  LISSITZKY ELIEZER dit EL (1890-1941)  » est également traité dans :

CHAGALL, LISSITZKY, MALÉVITCH. L'AVANT-GARDE RUSSE À VITEBSK 1918-1922 (exposition)

  • Écrit par 
  • Elitza DULGUEROVA
  •  • 1 221 mots
  •  • 1 média

Près de quarante ans après l’emblématique Paris-Moscou 1900-1930 (1979), l’exposition Chagall, Lissitzky, Malévitch : l’avant-garde russe à Vitebsk, 1918-1922 (Paris, Musée national d’art moderne – Centre Georges-Pompidou, 18 mars - 16 juillet 2018) adopte un angle d’approche inédit face à un corpus désormais célèbre. Au lieu de livrer un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chagall-lissitzky-malevitch-l-avant-garde-russe-a-vitebsk-1918-1922-exposition/#i_8377

ABSTRAITS DE HANOVRE

  • Écrit par 
  • Isabelle EWIG
  •  • 2 599 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le réveil de Hanovre »  : […] Dans le catalogue de la célèbre exposition International Exhibition of Modern Art organisée par la Société anonyme à New York en 1926, Katherine Dreier soulignait l'ouverture de l'Allemagne à l'art moderne international, et mettait en exergue la situation de Hanovre : « Parmi les villes dont l'intérêt pour l'art moderne surprend, il y a Hanovre. Toute personne connaissant H […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abstraits-de-hanovre/#i_8377

AFFICHE

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 6 815 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les avant-gardes »  : […] L'art de l'affiche en vient à bouleverser le regard communément porté sur la représentation picturale. Ainsi, à partir de 1910, Braque et Picasso, attentifs à la réalité du quotidien, et en particulier aux trouvailles plastiques de l'affichage mural, inscrivent des lettres peintes au pochoir et introduisent des éléments de textes découpés dans des journaux et autres imprimés, directement sur la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/affiche/#i_8377

CONSTRUCTIVISME

  • Écrit par 
  • Andréi NAKOV
  •  • 3 374 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Enseignement et pratique »  : […] Les fréquents contacts des artistes russes avec le milieu allemand contribuèrent à la diffusion rapide des idées constructivistes en Europe. Plusieurs architectes occidentaux vont construire de grands ensembles pour le jeune État socialiste : Le Corbusier réalise sa première grande construction à Moscou, le Centrosoyouz (1930). En 1921, l'exode des artistes russes commence : Kandinsky, Gabo, Pevs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constructivisme/#i_8377

FUTUR ANTÉRIEUR. L'AVANT-GARDE ET LE LIVRE YIDDISH (exposition)

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL
  •  • 1 288 mots
  •  • 1 média

L'exposition Futur antérieur. L'avant-garde et le livre yiddish (1914-1939) qui s'est tenue au musée d'Art et d'Histoire du judaïsme (M.A.H.J.) à Paris, du 11 février au 17 mai 2009, fut une révélation à bien des égards. Elle permit de réfuter l'image folkloriste qui colle à la littérature et à l'art du yiddishland, en révélant leur inscription dans les mouvements moderniste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/futur-anterieur-l-avant-garde-et-le-livre-yiddish/#i_8377

GRAPHISME

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 7 442 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les avant-gardes constructivistes »  : […] En Allemagne, l'école du Bauhaus est fondée à Weimar, en 1919, avec pour objectif de rationaliser et de démocratiser l'ensemble des productions, de l'architecture à l'objet usuel, en passant par l'imprimé. En U.R.S.S., les artistes constructivistes, autour d'Alexandre Rodtchenko, de l'architecte Lazar El Lissitzky et du poète Vladimir Maïakovski, prônent également la cohérence formelle et la rech […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/graphisme/#i_8377

INSTALLATION, art

  • Écrit par 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 3 499 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une mise en situation du spectateur et du lieu »  : […] Tous les auteurs s'accordent à situer la naissance de l'installation dans les années 1960, entre pop et minimal art. Elle est alors une œuvre d'hybridation des recherches artistiques de la décennie, dans le dessein d'offrir au spectateur une expérience de l'art différente. Les critiques de l'époque n'opèrent pas vraiment de distinction entre les termes « installation » et « environnement », alors […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/installation-art/#i_8377

MOHOLY-NAGY LÁSZLÓ (1895-1946)

  • Écrit par 
  • Marcella LISTA
  •  • 2 380 mots

Dans le chapitre « Art et industrie »  : […] En décembre 1921, l'installation à Berlin d'El Lissitzky, porte-parole du constructivisme russe, a produit un impact certain sur l'évolution de Moholy-Nagy. C'est la disparition du tableau lui-même qui est annoncée dans les Prouns de l'artiste russe : définis comme « stations d'aiguillage entre peinture et architecture », ces œuvres intègrent dès 1919 à l'espace flottant et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laszlo-moholy-nagy/#i_8377

PHOTOGRAPHIE (art) - Photographie et peinture

  • Écrit par 
  • Jean-Luc DAVAL
  •  • 5 269 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La « photographie pure » »  : […] La photographie pure met en jeu la tension entre l'apparence du monde extérieur et la personnalité de celui qui la met en scène. L'histoire générale de la vision, et plus particulièrement la trajectoire de l'art moderne, rendent opérationnelle cette notion. La photographie pure s'oppose directement au pictorialisme, ce que résumera Marius de Zayas, un ami de Stieglitz, dans le n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-photographie-et-peinture/#i_8377

PHOTOGRAPHIE (art) - Le statut esthétique

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 5 133 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La fin de la photographie-peinture »  : […] Bien qu'influencée aussi par le style des photographes britanniques, la photographie américaine avait eu son évolution propre, marquée notamment par un goût très vif des reportages, qui culmine avec les admirables documents sur la guerre de Sécession dus à Mathew Brady, Alexander Gardner et Timothy O'Sullivan , où les cinéastes de westerns viendront régulièrement rechercher d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-le-statut-esthetique/#i_8377

PHOTOMONTAGE

  • Écrit par 
  • Marc-Emmanuel MÉLON
  •  • 1 220 mots

L'entre-deux-guerres fut la période glorieuse de l'histoire du photomontage qui fut alors exploité par de nombreux peintres, photographes, graphistes, typographes et publicitaires. Pratiqué sporadiquement au cours du xix e siècle sans que son usage soit sous-tendu par une réflexion sur la spécificité de ce moyen d'expression — excepté peut-être p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photomontage/#i_8377

SOCIALISTES ART DANS LES PAYS

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED, 
  • Louis MARCORELLES, 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 12 580 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'épanouissement de l'avant-garde russe de 1910 à 1922 »  : […] Parallèlement au bouillonnement social qui agite la Russie du début du xx e  siècle et qui culmine dans la révolution sociale de 1917, les arts plastiques connaissent en ce pays un développement remarquable, sous l'influence du fauvisme et du cubisme (Matisse, Bonnard, Picasso) introduits par les collectionneurs Stchoukine et Morosov. Kasimir Mal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-dans-les-pays-socialistes/#i_8377

Pour citer l’article

Marcella LISTA, « LISSITZKY ELIEZER dit EL - (1890-1941) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lissitzky-eliezer-dit-el/