LICORNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La licorne est un animal légendaire — une sorte de gazelle à corne frontale unique —, porteur de symbolismes et de fantasmes divers, qui a hanté l'imagination d'écrivains et de peintres depuis l'Antiquité tardive jusqu'à la Renaissance et même au-delà. En fait, ce sont les artistes qui ont assuré son succès. Il existe des unicornes réels ou imaginaires dans d'autres cultures — indienne, chinoise, arabe, africaine —, mais la licorne occidentale donne lieu à un corpus iconographique et littéraire cohérent qui doit peu à peu à des emprunts extérieurs. La forme la plus classique de la légende la montre inséparable d'une jeune fille ; son histoire est donc celle d'un couple, et l'aspect érotique peut être tenu pour central même là où le symbolisme religieux prédomine en apparence. Aussi est-il absurde de voir dans la licorne un symbole de pureté : elle en est l'emblème, en raison de son lien ambigu avec une jeune vierge.

Mis à part quelques antécédents chez des géographes naturalistes grecs et la traduction approximative d'un mot de la Bible hébraïque, notre licorne apparaît avec son histoire définitive et son application christologique dans un bestiaire alexandrin du ive siècle ; un texte hermétique antérieur permet de penser que la légende préexistait au symbolisme. La licorne est décrite comme un animal sauvage et très robuste, ressemblant à une chèvre, que seule peut capturer une vierge pure : il saute dans son sein, elle lui donne à téter et l'on s'en empare. C'est une figure du Sauveur, est-il ajouté, qui a établi sa demeure dans le sein de la Vierge. Un second passage établit la vertu protectrice de la corne à l'égard des poisons, thème qui cheminera parallèlement au premier et donnera lieu à un commerce lorsqu'on connaîtra l'incisive du narval.

En général, les Pères de l'Église évoquent volontiers la licorne mais non le couple, et l'animal est représenté seul dans l'art chrétien ancien. Mais le Physiologus et un texte d'Isidore de Séville qui le cite seront diffusés partout au Moyen Âge. À partir du ixe siècle, des œuvres plastiques admirables reproduisent la scène de la capture : manuscrits d'abord (psautiers, bestiaires), ensuite sculptures, vitraux, tapisseries, émaux, ivoires, etc. Tantôt le sens en est profane — ruse de femme, image de l'amour —, tantôt le symbolisme religieux s'impose. Deux déplacements très sensibles se produiront au xiiie siècle. D'une part, d'un symbole global de l'incarnation on passe à une allégorie plus laborieuse et plus incongrue : la licorne féroce et sensuelle est le Verbe, la jeune séductrice perverse est Marie ; tous les détails deviennent signifiants. D'autre part, un thème devient peu à peu prépondérant : celui de la chasse, qu'il apparaisse dans les versions profanes ou qu'il introduise dans les autres une représentation de la Passion. L'animal lui-même tend à grandir, à s'adoucir, à devenir régulièrement blanc, à ressembler à un cheval. L'œuvre d'art la plus célèbre, à juste titre, la tapisserie du musée de Cluny intitulée La Vue, est un admirable poème d'amour : d'adoration, de soumission, de solitude du couple, de tendresse réciproque ; et pourtant les regards ne se croisent pas, la licorne regarde sa propre image dans le miroir.

À partir de la Réforme et de la réaction catholique, la licorne disparaît de l'art religieux, se fait rare chez les peintres et les écrivains. D'un côté, quelques exceptions : Léonard de Vinci, Raphaël, le Dominiquin, Gustave Moreau ; et, de l'autre côté, les frères Grimm, George Sand, Dickens, Lewis Carroll et surtout Rainer Maria Rilke, qui lui a consacré deux poèmes et un long passage des Cahiers de Malte Laurids Brigge.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur en théologie, dominicain, directeur du centre de formation théologique du Saulchoir, directeur de la revue La Vie spirituelle

Classification

Autres références

«  LICORNE  » est également traité dans :

IVOIRE

  • Écrit par 
  • Eugen von PHILIPPOVICH
  •  • 3 099 mots
  •  • 10 médias

Les termes qui désignent l'ivoire dans diverses langues européennes se regroupent en deux familles principales. La première dérive du latin ebur , qui a donné ivoire en français, avorio en italien, ivory en anglais et ivoor en néerlandais. Le mot allemand Elfenbein se rattache au grec elephantos (latin : elephantus ) ; il en va de même du danois et du suédois elfenben . Le terme norvégien fiilsbe […] Lire la suite

NARVAL

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HARTENBERGER
  •  • 1 711 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une entrée tardive dans notre bestiaire »  : […] Le mot narval trouve son origine dans la langue scandinave médiévale : nár signifie « cadavre humain » et fait référence à la pâleur du corps de l’animal ; hval signifie « baleine ». Orthographié ainsi, le terme narval entre tardivement dans le dictionnaire (1762) ; auparavant on écrivait narhual, narhval ou narwal. L’une des premières représentations de cet animal dans un ouvrage en français, s […] Lire la suite

Les derniers événements

15 avril 2021 France – Côte d'Ivoire. Procès du bombardement de la base militaire de Bouaké.

La cour d’assises de Paris spécialisée dans les affaires militaires condamne à la prison à vie, pour assassinat, les trois auteurs du bombardement, en novembre 2004, de la base militaire ivoirienne de Bouaké, occupée par les soldats français de l’opération de maintien de la paix Licorne. Celui-ci avait fait neuf morts parmi les forces françaises, en plus d’un civil américain. […] Lire la suite

15 janvier -1er février 2019 Côte d'Ivoire. Acquittement de Laurent Gbagbo par la CPI.

Ce dernier avait été arrêté en avril 2011 par les troupes de son rival Alassane Ouattara, appuyées par les forces de l’ONU dans le pays et les soldats français de l’opération Licorne. La CPI reconnaît l’absence de preuve d’une « politique d’État ciblant la population civile » ou d’« incitation au crime » de la part des accusés. Le 1er février, Laurent Gbagbo est libéré et placé en liberté conditionnelle sous la garde des Pays-Bas, dans l’attente de l’aboutissement de la procédure d’appel du procureur relative à son acquittement. […] Lire la suite

7 décembre 2012 France – Côte d'Ivoire. Procès de l'affaire Firmin Mahé

La cour d'assises de Paris rend son jugement dans le procès des quatre militaires de la force Licorne en Côte d'Ivoire, jugés pour le meurtre, en mai 2005, d'un criminel présumé, Firmin Mahé, blessé puis tué par les soldats qui le recherchaient. Ceux-ci affirment avoir reçu l'ordre implicite de l'éliminer, ce que dément leur hiérarchie. La cour affirme que le geste des militaires a « gravement porté atteinte aux valeurs de la République », mais elle reconnaît que « la situation exceptionnelle » dans laquelle ceux-ci se trouvaient est « de nature à atténuer leur responsabilité ». […] Lire la suite

1er-14 avril 2011 Côte d'Ivoire. Chute de Laurent Gbagbo

) et la force française Licorne, qui en est l'unité de réaction rapide, mènent, à la demande expresse du secrétaire général de l'O.N.U. Ban Ki-moon et en application de la résolution 1975 du Conseil de sécurité, des opérations visant à neutraliser les armes lourdes utilisées par les partisans de Laurent Gbagbo contre les populations civiles. Dans le même temps, les F. […] Lire la suite

4-26 mars 2007 Côte d'Ivoire. Signature d'un accord de paix

et les soldats français de l'opération Licorne doit disparaître progressivement; les rebelles doivent être incorporés dans les forces régulières qui seront placées sous le commandement intégré des deux états-majors adverses; les milices favorables au régime doivent être démantelées. Sur le plan politique, un gouvernement « de transition » doit être formé et des listes électorales fiables établies en vue de l'organisation d'élections générales avant la fin de l'année. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre JOSSUA, « LICORNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/licorne/