YUAN (LES)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si Gengis-khan (c. 1167-1227) est considéré comme le « Grand Ancêtre » (Taizu) de la dynastie des Yuan, celle-ci ne règne sur l'ensemble de la Chine qu'après la chute des Song du Sud, en 1279. Les Mongols s'attaquent à la Chine du Nord, alors aux mains de la dynastie Jürchen des Jin, dès le début du xiiie siècle, y faisant des ravages terribles. La capitale des Jin, Kaifeng, tombe en 1234. En 1260, le petit-fils de Gengis, Qubilai, interrompt ses campagnes dans le sud-ouest de la Chine pour s'emparer du titre de grand-khan à Karakorum, la capitale de l'empire mongol, suscitant par là des oppositions qui aboutiront à la fragmentation de facto de ce dernier. Conservant le contrôle de l'Asie orientale, il établit sa capitale à Pékin, appelée Dadu (1264), et y adopte le titre dynastique de Yuan en 1271. La résistance des Song du Sud, contournés par l'ouest, dure près d'une décennie. Le nouveau régime, qui domine également la Mongolie actuelle et la Mandchourie, pratique une politique extérieure agressive, imposant sa suzeraineté à la plupart des voisins proches et lointains de la Chine (expéditions en Indochine, en Birmanie, à Java). Mais deux tentatives d'invasion du Japon (1274 et 1281) tournent au désastre.

1200 à 1300. L'Asie des Mongols

1200 à 1300. L'Asie des Mongols

Vidéo

Gengis-Khan. Empire mongol. Croisades en Europe. Émergence du Mali en Afrique.Le XIIIe siècle est celui des Mongols. À partir de 1206, les troupes de Gengis Khan déferlent sur l'Asie et l'Europe. Xixia, Jin, Kharezm, Qipcaq, principautés russes sont vassalisés.Les descendants du conquérant... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La domination mongole en Chine, qui a laissé dans la tradition le souvenir d'une calamité nationale, peut être décrite comme un régime d'occupation militaire fondé sur la discrimination raciale et l'exploitation économique, avec une façade d'administration à la chinoise. Si l'aristocratie mongole a préconisé un temps de transformer la Chine en pâtures à chevaux, des conseillers influents savent persuader Qubilai de conserver l'agriculture sédentaire comme base économique du régime, tout en favorisant le type d'économie monétaire et commercialisée hérité des Song. De fait le commerce étranger, tant continental (via l'Asie centrale) que maritime, connaît un développement remarquable sous les Yuan. Les postes de pouvoir sont presque tous aux main [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  YUAN LES, dynastie mongole (1271-1368)  » est également traité dans :

DYNASTIE YUAN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 241 mots

1260 Kubilai, petit-fils de Gengis khan, devient grand khan mongol.1271 Kubilai prend le titre dynastique chinois de Yuan.1274 Première tentative infructueuse d'invasion du Japon.1275 Les frères Polo et le jeune Marco, porteurs d'une lettre du pape Grégoire X, arrivent à la cour de Kubilai. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yuan-reperes-chronologiques/

CONTRÔLE DE LA CHINE PAR LES YUAN

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 205 mots
  •  • 1 média

Petit-fils de Gengis khan, Kubilai hérite de la tâche de poursuivre la conquête mongole de la Chine. À son avènement comme grand khan, en 1260, il contrôle le nord de la Chine, tandis que le sud reste aux mains des empereurs Song. En 1271, Kubilai prend un nom dynastique chinois, Yuan, qui marque sa volonté d'implanter durablement le pouvoir mongol en Chine et d'éliminer la dynastie adverse. Mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/controle-de-la-chine-par-les-yuan/#i_21593

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 675 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Établissement d'une dynastie étrangère »  : […] Dans les premières années du xiii e  siècle est formée, au nord des empires Jin et Xi Xia, une nouvelle fédération de peuples de la steppe par un chef mongol du nom de Temügin qui prend, en 1206, le titre de Chenghiz-khan, « empereur des mers » . La capitale de ce nouvel empire, qui a pour antécédents illustres les empires des Xiongnu ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-histoire-jusqu-en-1949/#i_21593

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 353 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « Une époque d'innovations : la dynastie mongole des Yuan »  : […] Tous les artisanats des Yuan subissent des influences étrangères et la céramique, en particulier, s'enrichit de quantité de formes et de techniques nouvelles. Englobée dans l'immense empire mongol, la Chine entre en contact avec l'Occident. Ainsi est acheminé le cobalt venu de Perse qui conduira à la création au Jiangxi, vers 1320, du « bleu et blanc », innovation majeure qui va déterminer l'aveni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-les-arts/#i_21593

EXPANSION MONGOLE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 206 mots

1206 Temüdjin est reconnu khan universel (Gengis khan). 1215 Prise de Pékin et annexion de la Mandchourie. 1221 Gengis khan atteint l'Indus. 1229 Ögödeï est élu grand khan deux ans après la mort de son père Gengis khan. 1231 Destruction définitive de l'empire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/expansion-mongole-reperes-chronologiques/#i_21593

GUAN HANQING [KOUAN HAN-K'ING] (1210 env.-env. 1300)

  • Écrit par 
  • LI TCHE-HOUA
  •  • 1 557 mots

Guan Hanqing peut être considéré comme le plus grand des dramaturges chinois. Le choix de son nom personnel Hanqing, « sujet des Han », exprime le patriotisme de l'auteur face à la tyrannie mongole qui s'exerçait alors sur le peuple chinois, composé essentiellement des Han. Ce patriotisme se manifeste surtout par l'esprit de révolte qui anime la plupart de ses pièces. Celles-ci, néanmoins, ne s'in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guan-hanqing-kouan-han-k-ing/#i_21593

INTRODUCTION DU PAPIER-MONNAIE

  • Écrit par 
  • François REBUFFAT
  •  • 198 mots

Encore moins que pour la monnaie métallique, il ne saurait être question de dater cet événement de façon précise et définitive. L'introduction du papier-monnaie a toujours été le symptôme d'une crise des échanges liée à une raréfaction momentanée des espèces métalliques. L'usage du billet était à chaque fois annoncé à titre d'essai et pour une durée limitée. La Chine fut la plus innovante en ce d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/introduction-du-papier-monnaie/#i_21593

JURCHEN ou JÜRČEN

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 559 mots
  •  • 2 médias

Ancien peuple de chasseurs forestiers semi-nomades tungus (ou protomandchous), originaire de la Mandchourie orientale. Connu depuis le vii e  siècle, les Jürčen sont assujettis à un peuple protomongol, les Kitan, depuis la fondation de la dynastie Liao dans le nord de la Chine et en Mandchourie . Dans le premier quart du xii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jurchen-jurcen/#i_21593

MONGOLIE, histoire

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Vadime ELISSEEFF
  •  • 17 559 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « La dislocation de l'Empire »  : […] Hormis en Chine du Sud, l'Empire a désormais atteint ses plus grandes frontières. L'élargissement des possessions au Moyen-Orient a entraîné la création d'un cinquième ulus au bénéfice de Hülegü (1256), qui y établit la dynastie des Ilkhan d'Iran. Et, cependant qu'en Chine Qubilai se fait proclamer grand-khan par ses troupes, sans convoquer de quriltai, et fonde une dynastie chinoise du nom de Y […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mongolie-histoire/#i_21593

NI ZAN [NI TSAN] (1301-1374)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 508 mots

La notion de « peinture des lettrés », qui s'était incarnée pour la première fois à l'époque Tang dans la personnalité d'un Wang Wei, puis qui avait trouvé à l'époque Song chez Su Dongpo et Mi Fu de prestigieux porte-parole, a dominé l'ensemble de la peinture chinoise à partir de la dynastie Yuan. L'occupation mongole, qui marqua dans l'histoire politique chinoise une humiliation sans précédent, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ni-zan-ni-tsan/#i_21593

PALAIS IMPÉRIAUX DE PÉKIN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain THOTE
  •  • 364 mots

1264 Pékin, sous le nom de Khanbalik, devient la capitale des Mongols. 1274 Début de la construction du palais impérial des Yuan (1271-1368). 1368 Prise de Pékin par les Ming (1368-1644). Leur première capitale se situe à Nankin. 1406 Début de la construction de la Cité interdite sur les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palais-imperiaux-de-pekin-reperes-chronologiques/#i_21593

POLO MARCO (1254 ou 1255-1324)

  • Écrit par 
  • Delphine BAUDRY-WEULERSSE
  •  • 1 314 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le Livre de Marco Polo »  : […] Le manuscrit original du Livre de Marco Polo est perdu, mais il reste un grand nombre de textes anciens en langues romanes, connus sous les titres de Le Devisement du Monde , Le Livre des Merveilles du Monde , Il Milione . Au xx e siècle, la découverte d'une v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marco-polo/#i_21593

QIAN XUAN [TS'IEN SIUAN] (1235 env.-1301)

  • Écrit par 
  • Caroline GYSS
  •  • 1 378 mots

Durant la courte période de domination mongole entre les deux longues dynasties nationales des Song (960-1279) et des Ming (1368-1644), la Chine est le théâtre de profondes transformations socio-culturelles. La faillite des structures politiques traditionnelles et la remise en question qu'elle engendre chez les intellectuels chinois est, bien sûr, à la source de ces transformations. Dans la peintu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/qian-xuan-ts-ien-siuan/#i_21593

QU [K'IU]

  • Écrit par 
  • Odile KALTENMARK
  •  • 1 225 mots

Dans le chapitre « Les qu des Yuan ou sanqu »  : […] On applique plus spécialement l'appellation qu à un autre genre plus tardif, puisque né sous les Yuan ( xiii e - xiv e  s.) et qui a une double origine : le ci et le théâtre. Les qu de l'époque Yuan s'appellent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/qu-k-iu/#i_21593

WU ZHEN [WOU TCHEN] (1280-1354)

  • Écrit par 
  • Caroline GYSS
  •  • 1 488 mots

Pour pacifier et réunifier la Chine, plus de soixante-dix ans de guerre auront été nécessaires à Gengis-khan et à ses héritiers. Trois quarts de siècle de désordres et de destructions mettaient le pays au bord de la ruine. Seules structures encore solides, les Églises bouddhique et taoïste accueillirent alors des milliers de Chinois. Entrer dans les ordres constituait souvent l'unique échappatoire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wu-zhen-wou-tchen/#i_21593

Pour citer l’article

Pierre-Étienne WILL, « YUAN (LES) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-yuan-dynastie-mongole/