ESTE LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issue des marquis de Toscane au xe siècle, tirant son nom du marquisat d'Este (ville proche de Padoue), la maison d'Este entre vraiment dans l'histoire avec les deux mariages d'Azzo II (mort en 1097). De sa première union avec Cunégonde, héritière des Welf, sortira la branche allemande des Welf qui compteront des ducs de Bavière, des ducs de Brunswick et les Électeurs de Hanovre qui régneront plus tard sur la Grande-Bretagne. De sa seconde union avec Gersende du Maine, sortira la branche italienne des ducs de Modène et de Ferrare : c'est elle qui, du xive au xvie siècle, fera de Ferrare un des centres les plus éclatants de la Renaissance.

Le premier mécène de la lignée est Nicolas II (mort en 1388) qui accueillera Pétrarque. Son successeur Albert V inaugure en 1391 l'université de Ferrare ; Nicolas III (mort en 1441) accueille le peintre Pisanello et d'éminents humanistes. Avec le duc Borso (mort en 1471), commence la grande époque de Ferrare : débuts littéraires de Boiardo, splendeurs picturales de Cosmè Tura, Francesco Del Cossa, Ercole De' Roberti (notamment au palais Schifanoia). Sous le règne d'Hercule Ier (1471-1505), Boiardo poursuit son œuvre et Arioste commence la sienne : dans les deux épopées, entrecroisée des aventures de Roland amoureux puis de Roland furieux, se poursuit la glorification des origines de la maison d'Este qui prétend descendre de l'union de Roger, paladin sarrasin qui se fera chrétien aux derniers chants de l'œuvre d'Arioste, et de Bradamante, l'invincible guerrière, sœur de Renaud. L'un des fils de Hercule Ier sera le cardinal Hippolyte Ier d'Este (1479-1520) qui sera pour Arioste un protecteur capricieux et tyrannique, plus tard, le cardinal Hippolyte II d'Este (1509-1572) fera édifier à Tivoli la fameuse villa d'Este dont le parc enchantera Fragonard et Hubert Robert. Autre fil [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ESTE LES  » est également traité dans :

BORGIA LUCRÈCE (1480-1519)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 486 mots

Aristocrate italienne née le 18 avril 1480 à Rome, morte le 24 juin 1519 à Ferrare. Lucrèce Borgia est la fille du cardinal espagnol Rodrigo Borgia et de Vannozza Catanei et la sœur de César Borgia. En 1491, elle est fiancée successivement à deux aristocrates espagnols. Cependant, c'est Giovanni Sforza, seigneur de Pesaro, qu'elle épouse en 1493 pour satisfaire les visées stratégiques de son pèr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucrece-borgia/#i_40489

COLLECTIONNISME

  • Écrit par 
  • Olivier BONFAIT
  •  • 11 958 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Le « studiolo » et le « cortile » »  : […] Dans leur culte de l'Antiquité, les humanistes développent l'intérêt pour ses monuments, édifices, statues, médailles (c'est-à-dire des monnaies) et pierres gravées (gemmes et camées ). Ils légitiment en outre un rapport de plaisir artistique entre l'œuvre d'art et son propriétaire, comme en témoigne dans une lettre Pétrarque à propos du portrait de Laure, peint par Simone Martini. Enfin, en célé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/collectionnisme/#i_40489

COSSA FRANCESCO DEL (1436 env.-env. 1478)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 774 mots

Avec Ercole De' Roberti (Ercole da Ferrara) et Cosme Tura, Francesco del Cossa est l'une des personnalités marquantes de l'école brillante et singulière qui se développe à Ferrare grâce à l'impulsion donnée aux arts et à la culture par Lionello, puis par Borso d'Este. Il est mentionné à Ferrare en 1456 et, de nouveau, en 1470 travaillant en collaboration avec Tura et Roberti au palais Schifanoia. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francesco-del-cossa/#i_40489

ÉMILIE

  • Écrit par 
  • Noëlle de LA BLANCHARDIÈRE
  •  • 2 411 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Rimini et Ferrare »  : […] Rimini n'est plus actuellement qu'une morne plage, et de la splendeur des Malatesta, seul demeure le temple inachevé que Sigismond demanda à Alberti, qui transforma dans ce dessein la vieille église Saint-François de 1447 à 1468. Ce n'est plus un édifice religieux, comme le dénonçait Pie II, mais un « déploiement d'architecture et de symbolique à des fins de glorification personnelle. » Les raviss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emilie/#i_40489

INDIA SIGISMONDO D' (1582 env.-env.1629)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 851 mots

Considéré dans l'art du madrigal comme le seul compositeur à soutenir la comparaison avec Claudio Monteverdi, Sigismondo d'India, nourri de la tradition polyphonique du stile antico du Cinquecento, saura dans sa maturité manier le nouveau style ( stile moderno ) du récitatif chanté ( recitar cantando ), alliant de manière incompara […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sigismondo-d-india/#i_40489

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 106 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Les commandes privées »  : […] Les invitations que Giotto reçut de toute l'Italie témoignent de l'importance de ce mécénat : après avoir travaillé à Florence, à Rome et à Assise, il se rend à Rimini, puis à Padoue, à Bologne, à Naples et même à Avignon. Simone Martini peint à Sienne, à Assise, à Naples, peut-être dans l'Italie du Sud et ensuite à Avignon. Les peintres acquièrent ainsi cette mobilité et cette capacité de renouve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance/#i_40489

ROLAND FURIEUX, L'Arioste - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pascaline NICOU
  •  • 998 mots

C'est à Ferrare, important foyer culturel de la Renaissance, que l'Arioste (1474-1533) compose son poème, le Roland furieux , œuvre de toute une vie, qu'il ne cessera de reprendre jusqu'à sa mort. Au pouvoir, la famille des Este accueille et soutient les artistes, qui vantent la culture courtoise et chevaleresque. Le Roland furieux , poème chevaleresque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roland-furieux/#i_40489

TASSE LE (1544-1595)

  • Écrit par 
  • Jean-Michel GARDAIR
  •  • 2 996 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la « Gerusalemme liberata » à la « Gerusalemme conquistata » »  : […] Le Tasse est né à Sorrente, dans le royaume de Naples alors sous domination espagnole, le 11 mars 1544. Sa mère, Porzia De' Rossi, est issue d'une riche et noble famille napolitaine ; son père, Bernardo, de noble origine bergamasque, est alors secrétaire du prince de Salerne, Ferrante Sanseverino, avec des fonctions à la fois diplomatiques et militaires. Jusqu'à son établissement à Ferrare, en 156 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-tasse/#i_40489

WELFS LES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 743 mots

Famille princière allemande, les Welfs ont pour principal rival les Hohenstaufen en Italie et en Europe centrale au Moyen Âge. Ils incluront par la suite les Électeurs de Hanovre, qui, par l'accession de George I er au trône, règneront sur la Grande-Bretagne. L'origine de la branche aînée des Welfs (ou Guelfes) est controversée car ce nom de baptême semble très répandu à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-welfs/#i_40489

Pour citer l’article

Hervé PINOTEAU, « ESTE LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-este/