ROSSETTI BIAGIO (1447 env.-1516)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bolonais d'origine, Biagio Rossetti travaille essentiellement à Ferrare, au service de la famille d'Este. De 1466 à 1493, il édifie pour le duc Borso le palais Schifanoia, spécialement conçu pour servir aux fêtes et aux réceptions ; l'élément essentiel de cette construction est la salle des Mois, décorée de fresques où se mêlent symbolisme astrologique et allusions politiques ; les proportions de la salle et son système d'éclairage dissymétrique (quatre fenêtres en façade et trois sur la cour) ont visiblement été calculés en fonction de ce décor peint. En 1491-1492, le duc Hercule Ier lui confie une entreprise beaucoup plus considérable : le plan d'urbanisme de l'adizzione Ercolea, c'est-à-dire d'un nouveau quartier de Ferrare, établi au nord-est de la cité médiévale et qui pratiquement doublait la superficie de la ville. Rossetti réalise avec beaucoup d'habileté cette opération foncière dont le but est à la fois politique et économique ; il organise un réseau routier rationnel autour de la croisée de deux axes principaux et d'une vaste place (actuelle piazza Ariostea) tout en assurant une liaison organique entre les deux parties de la ville. Quelques monuments insignes jalonnent cet ensemble et, notamment au carrefour principal, quatre palais dont le palais des Diamants. Celui-ci doit son nom et sa célébrité à son décor de bossage, inspiré peut-être de celui du palais Sanseverino à Naples (1470), mais qui est à son tour imité, notamment en Europe centrale et jusqu'en Russie. D'autres édifices de Ferrare (San Francesco, chartreuse de San Cristoforo, Santa Maria in Vado, palais dit de Renée de France) portent aussi la marque du style de Rossetti ; mais c'est surtout son œuvre d'urbaniste qui retient aujourd'hui l'attention. Comme l'a montré Bruno Zevi, dans un livre magistral publié en 1971, Saper vedere l'urbanistica. Ferrara di Biagio Rossetti, la prima città moderna europea, Biagio Rossetti, au lieu de créer dans une zone privilégiée, comme l'ont fait tant d'architectes de son époque, un prestigieux décor architectural, s'est efforcé au contraire de fournir l'infrastructure logique d'un développement urbain continu et équilibré. En assumant toutes les conquêtes de l'urbanisme médiéval, Rossetti a ouvert la voie aux notions les plus modernes de plan directeur et d'aménagement du territoire.

—  Jean-René GABORIT

Écrit par :

  • : conservateur général chargé du département des Sculptures, musée du Louvre

Classification


Autres références

«  ROSSETTI BIAGIO (1447 env.-1516)  » est également traité dans :

ÉMILIE

  • Écrit par 
  • Noëlle de LA BLANCHARDIÈRE
  •  • 2 411 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Rimini et Ferrare »  : […] Rimini n'est plus actuellement qu'une morne plage, et de la splendeur des Malatesta, seul demeure le temple inachevé que Sigismond demanda à Alberti, qui transforma dans ce dessein la vieille église Saint-François de 1447 à 1468. Ce n'est plus un édifice religieux, comme le dénonçait Pie II, mais un « déploiement d'architecture et de symbolique à des fins de glorification personnelle. » Les raviss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emilie/#i_11800

URBANISME - Urbanisme et architecture

  • Écrit par 
  • Bruno ZEVI
  •  • 3 304 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Identité de l'urbanisme et de l'architecture »  : […] Pour une structure donnée de ville, il n'est pas difficile d'en connoter les composantes architectoniques, puisqu'à chaque disposition urbaine correspond un langage architectural spécifique et irremplaçable. Il suffit de penser à deux exemples extrêmes : le monde hellénique et celui du Moyen Âge. Le décor grec est constitué, comme le disait Le Corbusier, par le « jeu savant, correct et magnifique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/urbanisme-urbanisme-et-architecture/#i_11800

Pour citer l’article

Jean-René GABORIT, « ROSSETTI BIAGIO (1447 env.-1516) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/biagio-rossetti/