COUPERIN LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Louis Couperin

Le premier Couperin organiste, Charles (1595-1654), qui touchait les orgues de Chaumes-en-Brie, était parent d'autres musiciens de la région, ou allié à beaucoup d'entre eux. Trois de ses fils s'installèrent à Paris vers le milieu du xviie siècle. La tradition veut que les trois jeunes gens – Louis, François (l'Ancien) et Charles – se soient présentés en 1650 à la propriété que Jacques Champion de Chambonnières, claveciniste du roi, possédait près de Chaumes, afin de lui donner une aubade à l'occasion de sa fête. Surpris de la qualité de la musique, Chambonnières demanda le nom de l'auteur : c'était Louis, à qui il proposa séance tenante de « monter » avec lui à Paris, disant qu'« un homme tel que lui n'était pas fait pour rester dans une province ».

Louis Couperin (né vers 1626) était alors clerc de notaire. La première pièce signée de lui, sur le manuscrit Oldham, est datée de 1651, soit quelques mois après son arrivée dans la capitale. Son nom apparaît presque aussitôt parmi les interprètes de la musique des ballets de cour et, en 1653, il est organiste de Saint-Gervais. La tradition veut encore qu'il ait été pressenti pour le titre de claveciniste de la Chambre du roi et qu'il ait refusé, du vivant de Chambonnières, par égard pour celui qu'il considérait comme son bienfaiteur. On créa pour lui une charge nouvelle de dessus de viole, qu'il accepta.

Il semble qu'il ait fréquenté Johann Jacob Froberger, lors de son séjour à Paris en 1652, et qu'il ait eu, par cet intermédiaire, la révélation de l'œuvre de Girolamo Frescobaldi. Son œuvre est peu abondante, car il disparut prématurément le 29 août 1661, dix ans à peine après son arrivée à Paris ; mais cette œuvre est remarquable en tout point : deux fantaisies pour les violes, deux pour les hautbois, trois « simphonies » pour cordes en trio, cent trente pièces de clavecin environ, soixante-dix pièces d'orgue. Ces dernières se rapprochent parfois du style polyph [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Les Couperin

Les Couperin
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

François Couperin

François Couperin
Crédits : The Print Collector/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de l'Institut de musique et danse anciennes de l'Île-de-France, conseiller artistique du Centre de musique baroque de Versailles
  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification

Autres références

«  COUPERIN LES  » est également traité dans :

COUPERIN FRANÇOIS (1668-1733) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 179 mots

10 novembre 1668 François Couperin naît à Paris. 1685 Il succède à Michel Richard Delalande à l'orgue Clicquot de l'église Saint-Gervais de Paris. 1690 Il compose des Pièces d'orgue consistantes en deux Messes et fait entendre, sous un pseudonyme italien, la première sonate en trio écrite en France à l'imitation d'Arcangelo Corelli. 1691 Il devient claveciniste du roi. 1693 Il succède à Jacq […] Lire la suite

LEÇONS DE TÉNÈBRES (F. Couperin)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 210 mots
  •  • 1 média

François Couperin, dit le Grand, appartient à une dynastie de quinze musiciens qui s'illustra à Paris durant plus de deux siècles. Brillant auteur de pièces pour clavecin, il réussit à allier l'esthétique française – goût de la danse, noblesse de l'écriture verticale, beauté du chant orné – avec les apports italiens – sens de la symétrie, piment du chromatisme, don des vocalises. Les offices de t […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe BEAUSSANT, Pierre-Paul LACAS, « COUPERIN LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-couperin/