COUPERIN FRANÇOIS (1668-1733)(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

10 novembre 1668 François Couperin naît à Paris.

1685 Il succède à Michel Richard Delalande à l'orgue Clicquot de l'église Saint-Gervais de Paris.

1690 Il compose des Pièces d'orgue consistantes en deux Messes et fait entendre, sous un pseudonyme italien, la première sonate en trio écrite en France à l'imitation d'Arcangelo Corelli.

1691 Il devient claveciniste du roi.

1693 Il succède à Jacques Thomelin comme organiste de la chapelle royale.

Entre 1713 et 1717 Il écrit la musique de l'ensemble des trois journées pendant lesquelles sont célébrés les offices de ténèbres.

Entre 1713 et 1730 Il publie, en quatre livres, 221 pièces de clavecin regroupées en 27 « Ordres ».

1716 Il publie un important traité, L'Art de toucher le clavecin.

1722 Il fait éditer Quatre Concerts royaux, pour petit ensemble instrumental.

1724 Dix autres concerts royaux sont édités sous le titre Les Goûts réunis.

11 septembre 1733 François Couperin meurt à Paris.

—  Pierre BRETON

Écrit par :

Classification


Autres références

«  COUPERIN FRANÇOIS (1668-1733)  » est également traité dans :

LEÇONS DE TÉNÈBRES (F. Couperin)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 210 mots
  •  • 1 média

François Couperin, dit le Grand, appartient à une dynastie de quinze musiciens qui s'illustra à Paris durant plus de deux siècles. Brillant auteur de pièces pour clavecin, il réussit à allier l'esthétique française – goût de la danse, noblesse de l'écriture verticale, be […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lecons-de-tenebres/#i_8404

CLAVECIN, en bref

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 748 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Styles musicaux »  : […] En plus de son rôle de soutien harmonique dans la musique d'ensemble, d'église, de chambre et de théâtre, le clavecin acquiert un répertoire propre à partir du xvi e  siècle, avec les Anglais William Byrd (vers 1540-1623) et Thomas Morley (1557 ou 1558-1602), qui cultivent plus particulièrement les suites de danse, puis, aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clavecin-en-bref/#i_8404

CLAVECIN

  • Écrit par 
  • Josiane BRAN-RICCI, 
  • Robert VEYRON-LACROIX
  •  • 4 760 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « En France : Couperin et Rameau »  : […] Le premier éditeur de musique en France, Pierre Attaingnant, publia en l'année 1531 sept livres de chansons transcrites et des danses « pour le jeu d'orgue, épinette et manicordion » ; elles sont fort séduisantes mais, hélas, anonymes. Le premier des clavecinistes français connus, Jacques Champion de Chambonnières (1602-1672), était fils et petit-fils de musiciens réputés. Ses compositions, presq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clavecin/#i_8404

CORELLI ARCANGELO

  • Écrit par 
  • Marc PINCHERLE
  •  • 2 917 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « En Angleterre et en France »  : […] C'est peut-être en Angleterre que sa popularité atteint les proportions les plus surprenantes. Ses sonates à trois y sont importées dès 1695 et, lorsqu'en 1700, l'année même où est publié à Rome l'op. 5, des exemplaires en parviennent à Londres, l'éditeur John Walsh met en vente, à peine six semaines plus tard, une édition anglaise, qui sera suivie de beaucoup d'autres. Les meilleurs violonistes i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arcangelo-corelli/#i_8404

COUPERIN LES

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 5 518 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'état de musicien »  : […] François Couperin est né le 10 novembre 1668, dans la maison de fonction des organistes qu'occupait son père, près de Saint-Gervais. Lorsque celui-ci mourut, l'enfant devait avoir déjà un talent prometteur, pour que le conseil paroissial s'engage à lui accorder la survivance dès qu'il aurait dix-huit ans. Michel Richard Delalande accepta de prendre, à titre provisoire, la charge d'organiste, pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-couperin/#i_8404

INTERPRÉTATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS, 
  • Jacqueline PILON
  •  • 7 430 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Critique de l'historicisme »  : […] Il manque en effet aux reconstitutions muséales non seulement le sens du contexte, mais, si l'on peut dire, le sens ou la conscience du rôle historique qu'elles jouent. Pour la musique, il est bien clair, par exemple, que les activités de l'interprète et du compositeur sont intimement liées pendant les xvi e et xvii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interpretation-musicale/#i_8404

MARCHAND LOUIS (1669-1732)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 681 mots

Claveciniste et compositeur français ; célèbre aussi comme virtuose et improvisateur à l'orgue. C'est son père, Jean Marchand, maître de musique, qui lui donne vraisemblablement les rudiments de son art. Enfant prodige, Louis quitte Lyon, sa ville natale, pour tenir les orgues de la cathédrale de Nevers dès l'âge de quatorze ans. Dix ans plus tard, il occupe la tribune de la cathédrale d'Auxerre. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-marchand/#i_8404

MÉNESTRANDISE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 256 mots

Terme d'ancien français qui désignait la profession de musicien ( xiv e - xv e  s.) et qui resta en usage jusqu'aux xvii e et xviii e  siècles pour désigner la corporation des ménestrels (appelés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/menestrandise/#i_8404

ORNEMENT, musique

  • Écrit par 
  • Joël DUGOT, 
  • Antoine GARRIGUES
  •  • 4 867 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La systématisation »  : […] C'est en France, dans la seconde moitié du xvii e  siècle, que prit naissance une esthétique ornementale particulière en accord avec le courant de la préciosité. Un système d'ornements appelés désormais agréments (allemand : Manieren ou Verzierungen  ; anglais : graces ) se répand […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ornement-musique/#i_8404

SONATE

  • Écrit par 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 3 548 mots

Dans le chapitre « Les origines »  : […] C'est au début du xvii e  siècle, alors que commence à se développer une musique purement instrumentale, que l'on voit apparaître la dénomination de canzon da sonare ou canzon sonata pour des pièces destinées à être exécutées par des instruments sans le recours à la voix humaine. Salomone Rossi et Giova […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sonate/#i_8404

Sonate «L'Astrée» en sol mineur, COUPERIN (François)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 454 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] François Couperin, dit le Grand, est le plus célèbre représentant d'une dynastie de musiciens français qui compte plus de cinq générations de compositeurs, d'interprètes, de maîtres de musique... La vie de cet homme simple, aux ambitions modestes, de ce musicien profond, tendre et mélancolique se confond avec l'histoire de son œuvre : si François Couperin obtient très jeune des charges à la cour d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sonate-l-astree-en-sol-mineur-couperin-francois/#i_8404

VERLET BLANDINE (1942-2018)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 665 mots
  •  • 1 média

Tout autant que ses propos, le jeu de Blandine Verlet révélait, sous l’élégance de la forme, une sincérité sans apprêt, une liberté de ton parfois orageuse, une sensibilité à la fois inquiète et délicate, une grande exigence de rigueur et une irrépressible fascination pour les aventures inédites. Son confrère Pierre Trocellier, dans la préface de l’ouvrage qui rassembla, en 2002, plusieurs textes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/blandine-verlet/#i_8404

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « COUPERIN FRANÇOIS - (1668-1733)(repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/couperin-reperes-chronologiques/