TASSE LE (1544-1595)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À plus d'un signe semble s'annoncer, dans les années 1980-1990, un retour au Tasse : redécouverte en Italie du « poème long » (le poema, proprement dit), notamment avec La Chambre d'Attilio Bertolucci (La Camera da letto, 1984), qui se réclame explicitement du poète de Ferrare ; nouvelle traduction en France, après plus d'un siècle (la dernière datait de 1868), de la Jérusalem délivrée dont Dominique Fernandez a suggéré combien elle peut s'accorder à notre sensibilité, en la plaçant sous le double signe du roman, ou plutôt du romanesque, et de l'opéra (« il a fait le poème romanesque de son temps, un opéra en vingt chants », écrivait déjà en 1863 Lamartine, qui fut le dernier écrivain français à être nourri du Tasse, dont il lisait la Jérusalem dans la traduction du prince Lebrun, de 1774). Beauté du roman de la Jérusalem délivrée, beauté incandescente du mythe de Jérusalem où s'entrecroisent trois religions et trois mythologies, nimbées d'orientalisme, incandescente actualité de la guerre pour Jérusalem qui, au jeu dangereux des citations détournées, met le feu, comme à autant de mines, aux mots sous les mots. Triple actualité qui peut être une occasion unique de renouer, au-delà du mythe de la « folie » du Tasse, avec un genre perdu, le « poème héroïque », d'en retrouver la jouissance, comme d'en reconstruire la poétique et les enjeux historiques. Quitte à reconnaître que l'actualité (poétique et psychologique) du Tasse n'a jamais été aussi grande qu'au moment où sa postérité est devenue, pratiquement, nulle.

De la « Gerusalemme liberata » à la « Gerusalemme conquistata »

Le Tasse est né à Sorrente, dans le royaume de Naples alors sous domination espagnole, le 11 mars 1544. Sa mère, Porzia De' Rossi, est issue d'une riche et noble famille napolitaine ; son père, Bernardo, de noble origine bergamasque, est alors secrétaire du prince de Salerne, Ferrante Sanseverino, avec des fonctions à la fois diplomatiques et militaires. Jusqu'à son établissement à Ferrare, en 1565, au service du cardin [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TASSE LE (1544-1595)  » est également traité dans :

ACCADEMIA DELLA CRUSCA

  • Écrit par 
  • Jean-Paul MOURLON
  •  • 387 mots

Académie littéraire italienne fondée à Florence en 1582 dans le but de purifier le toscan, langue littéraire de la Renaissance italienne. En partie grâce aux efforts de ses membres, le toscan, tel notamment que Pétrarque et Boccace l'avaient employé, devint au xvi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/accademia-della-crusca/#i_21027

ARTS POÉTIQUES

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 5 918 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Du platonisme à la « fureur » poétique »  : […] où la vérité se révèle. Vient ensuite la contemplation, qui n'est plus l'affaire de la poésie mais de la philosophie. Patrizi voulait répondre au Tasse qui, dans ses Discours, avait insisté sur les vertus du pathétique. L'admiration, dans l'épopée baroque, se confondait quelque peu avec le merveilleux. En 1594, Tasso publie un dialogue, Della […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-poetiques/#i_21027

ARTS POÉTIQUES, notion de

  • Écrit par 
  • Filippo D' ANGELO
  •  • 1 341 mots

Dans le chapitre « Une codification de la parole littéraire »  : […] xvie siècle, lorsque des auteurs comme Gian Giorgio Trissino (1478-1550) et le Tasse (1544-1595) conçoivent leurs œuvres parallèlement à un intense travail de réflexion théorique. C'est également ce qui a lieu en France au siècle suivant, lorsque la publication de pièces de théâtre, de romans ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-poetiques-notion-de/#i_21027

LA JÉRUSALEM DÉLIVRÉE, Le Tasse - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pascaline NICOU
  •  • 1 000 mots
  •  • 1 média

Établi à Ferrare au service du cardinal Louis d'Este en 1565, Le Tasse (1544-1595) reflète bien les contradictions de son temps dans La Jérusalem délivrée qui est son œuvre majeure. Écrit durant la Contre-Réforme, période caractérisée par la rigueur morale et la stricte observation du dogme catholique, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-jerusalem-delivree/#i_21027

MERVEILLEUX

  • Écrit par 
  • Jacques GOIMARD
  •  • 6 673 mots

Dans le chapitre « Convention ou croyance ? »  : […] Ce dernier choix fut celui du Tasse, avec les résultats que l'on sait. Dans ses Discours, il se montre soucieux de respecter à la fois la vraisemblance et la licenza del fingere : première faille. Quand il passe à l'application dans la Jérusalem délivrée, il utilise conjointement le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/merveilleux/#i_21027

PASTORALE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Daniela DALLA VALLE CARMAGNANI, 
  • Jacqueline DUCHEMIN, 
  • ETIEMBLE, 
  • Charlotte VAUDEVILLE
  •  • 6 893 mots

Dans le chapitre « Les jeux de l'amour »  : […] , la littérature pastorale est, avant tout, une littérature d'amour. La pièce du Tasse, l'Aminta, dont la première représentation eut lieu vraisemblablement en 1573, témoigne par excellence de cet idéal amoureux qui peut se résumer dans la liberté absolue et innocente, source d'un bonheur parfait. Mais cet idéal est utopique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pastorale-genre-litteraire/#i_21027

Pour citer l’article

Jean-Michel GARDAIR, « TASSE LE - (1544-1595) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 septembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-tasse/