TASSE LE (1544-1595)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La « Jérusalem délivrée »

C'est peut-être une chance unique pour nous modernes, a priori réfractaires à l'épopée mais immédiatement séduits par la sensibilité poétique du Tasse, que d'accéder à travers la Jérusalem délivrée à la dimension perdue et aux joies antiques de la grande poésie épique telle que l'évoque précisément l'écrivain dans une page célèbre du Discours du poème héroïque (1594), où brille l'idée platonicienne d'un poème qui, « tout en contenant tant de matières diverses, ne fasse qu'un et n'ait qu'une seule forme et une seule âme, afin que tous ces éléments soient composés de telle sorte qu'ils se répondent l'un l'autre et se correspondent, et dépendent si vraisemblablement et si nécessairement à l'un de l'autre, qu'il suffise d'en supprimer ou d'en déplacer une seule partie pour que tout s'effondre. »

Si l'unité du poème réside dans la poésie du Tasse, dans le timbre unique de la voix où résonnent toutes les voix de son grand opéra, elle est faite aussi de la multiplicité d'échos, de figures, de postures, de scènes, de nœuds et d'enchaînements qui relie, sans solution de continuité, toute œuvre classique au même répertoire littéraire et figuratif de la représentation occidentale. Unité de l'espace imaginaire classique où les figures, de langage ou de formes, composent leurs différences (comme sur telle toile de Botticelli où se « superposent » naissance de Vénus et baptême du Christ), au lieu de les exacerber dans le champ conflictuel de la parodie moderne ou de les annuler dans le vide ludique de l'indifférenciation postmoderne.

Quant aux « matières si diverses » qui composent la trame du poème (et qui supposent, de la part du prétendu poète de l'ineffable, une maîtrise rhétorique quasi illimitée), historiques ou inventées, vraisemblables ou merveilleuses, profanes ou sacrées, stratégiques ou amoureuses, elles relèvent indifféremment, aux yeux du lecteur moderne, de l'ordre romanesque, autrement dit de la poétique de l'obstacle qui retarde indéfiniment, jusqu'à la dernière octave du chant XX, l'accomplissement du vœu de Godefroy de Bouillon – restituer aux chrétiens le Saint-Sépulcre –, au terme de la première croisade, le 15 juillet 1099. Synonyme, pour nous, non de dispersion narrative, dont le Roland furieux de l'Arioste serait plutôt l'exemple, mais au contraire d'une extrême cohérence structurale (le Tasse « croit » à son sujet, et à lui seul ; l'Arioste en a plusieurs, dont il « joue »), le terme de « roman », qui résumait pour la critique classique tous les errements, poétiques et moraux, du Tasse, nous paraît encore moins convenir à la matière amoureuse de son poème, où la fascination l'emporte sur l'aventure et le fantasme sur l'intrigue. Si l'on excepte Herminie, reflet de reflet, et sa double passion, doublement malheureuse, de vouloir être Clorinde désirée par Tancrède, lui-même symboliquement frappé d'impuissance par ce désir même, la Jérusalem délivrée ne parle pas de l'amour, mais de la femme. Elle ne raconte pas deux histoires d'amour impossible, d'ailleurs situées hors de toute temporalité, dans l'au-delà de la mort (Tancrède et Clorinde) ou dans l'utopie d'une île magique (Renaud et Armide) ; elle met en scène, plus que deux personnages, deux figures de la féminité comme fantasme de mort (Clorinde) ou comme pur fantasme (Armide). Figure castratrice de femme à la fois invisible et interdite, puisqu'on ne peut risquer de l'apercevoir qu'à condition de la mettre à mort avant d'être mis à mort par elle, Clorinde forme avec Argant le couple le plus sanguinaire de tout le camp païen. Nouvelle Laure, elle est, dans l'affolant lapsus de sa chevelure d'or volant sur le champ de bataille, l'incarnation même de l'inconscient des croisés. Pure apparence, simulacre de simulacre, Armide, nouvelle Hélène, n'exhibe, elle, la femme sous toutes ses formes et dans tous ses états que pour masquer qu'elle n'est qu'un leurre. Le grand opéra du Tasse est une mise en scène du vide. Il n'empêche que seul le héros qui en aura eu la révélation à travers l'épreuve du plaisir, dans les bras de la magicienne, seul Renaud pourra triompher des sortilèges qui interdisent aux croisés d'aller couper dans la forêt enchantée de Saron le bois indispensable à la construction des machines dont dépend le succès du dernier assaut aux murs de Jérusalem. Seule la maîtrise des sortilèges ouvre les portes de l'action. Alors que, pour avoir échoué aux portes du plaisir en tuant celle qui les défendait l'épée à la main, Tancrède res [...]

La Jérusalem délivrée

Photographie : La Jérusalem délivrée

La Jérusalem délivrée (1580), long poème épique et lyrique qui évoque la première croisade, est l'œuvre majeure du Tasse (1544-1595), poète courtisan au service de la famille d'Este établi à Ferrare, et dont Goethe fera une figure romantique. Renaud abandonne Armide, huile sur toile de... 

Crédits : Cameraphoto/ AKG

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TASSE LE (1544-1595)  » est également traité dans :

ACCADEMIA DELLA CRUSCA

  • Écrit par 
  • Jean-Paul MOURLON
  •  • 387 mots

Académie littéraire italienne fondée à Florence en 1582 dans le but de purifier le toscan, langue littéraire de la Renaissance italienne. En partie grâce aux efforts de ses membres, le toscan, tel notamment que Pétrarque et Boccace l'avaient employé, devint au xvi e et au xvii e siècle un modèle pour la littérature italienne, bien que la rigidité avec laquelle l'Académie appliquait ses critères […] Lire la suite

ARTS POÉTIQUES

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 5 918 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Du platonisme à la « fureur » poétique »  : […] La Renaissance éprise de beauté va déployer, surtout en Italie, un extraordinaire ensemble d'arts poétiques. Ici encore, le latin est la langue dominante, mais l' italien joue lui aussi un très grand rôle. Après Pétrarque et Boccace, le symbolisme ne recule pas. Mais la sensibilité s'accentue, en même temps qu'on redécouvre les formes païennes du plaisir poétique, qui donnent leur place aux jeux d […] Lire la suite

ARTS POÉTIQUES, notion de

  • Écrit par 
  • Filippo D' ANGELO
  •  • 1 341 mots

Dans le chapitre « Une codification de la parole littéraire »  : […] Le processus qui conduit à l'élaboration des arts poétiques trouve son origine dans un souci de légitimation de la littérature. On peut déjà constater ce phénomène dans la Poétique d'Aristote, souvent interprétée comme une réponse à la critique platonicienne de la mimèsis . Selon la doctrine de Platon, le monde sensible n'est que l'apparence trompeuse des Idées, essences immuables et éternelles. E […] Lire la suite

ÉPOPÉE, notion d'

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 638 mots

Dans le chapitre « Merveilleux païen, merveilleux chrétien »  : […] Quasi oubliée au Moyen Âge, l'œuvre d'Aristote est redécouverte par les humanistes italiens de la Renaissance – c'est-à-dire bien après qu'a commencé de s'imposer, dans les différentes langues européennes, une littérature vernaculaire. À suivre les principes aristotéliciens , La Divine Comédie (1304-1320) de Dante ne semble pas digne d'être comparée à L'Iliade puisqu'elle ignore notamment la règ […] Lire la suite

LA JÉRUSALEM DÉLIVRÉE, Le Tasse - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pascaline NICOU
  •  • 1 000 mots
  •  • 1 média

Établi à Ferrare au service du cardinal Louis d'Este en 1565, Le Tasse (1544-1595) reflète bien les contradictions de son temps dans La Jérusalem délivrée qui est son œuvre majeure. Écrit durant la Contre-Réforme, période caractérisée par la rigueur morale et la stricte observation du dogme catholique, le poème devait à la fois séduire son public et l'édifier. Lourde tâche pour son auteur qui all […] Lire la suite

MERVEILLEUX

  • Écrit par 
  • Jacques GOIMARD
  •  • 6 673 mots

Dans le chapitre « Convention ou croyance ? »  : […] Aristote est traditionnellement considéré comme le premier théoricien du merveilleux. Et en effet il a employé, dans trois passages de la Poétique , le mot thaumaston , qui signifie à la fois étonnant et admirable  ; on l'a donc traduit par mirabile (en latin), puis par meraviglioso (en italien) et merveilleux (en français). Ce choix de traduction, fait par les érudits de la Renaissance, est […] Lire la suite

PASTORALE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Daniela DALLA VALLE CARMAGNANI, 
  • Jacqueline DUCHEMIN, 
  • ETIEMBLE, 
  • Charlotte VAUDEVILLE
  •  • 6 897 mots

Dans le chapitre « Les jeux de l'amour »  : […] La thématique de la pastorale moderne, qui s'impose aux dépens de la thématique classique traditionnelle, est une thématique amoureuse ; à son apogée, entre la Renaissance et le baroque, la littérature pastorale est, avant tout, une littérature d'amour. La pièce du Tasse, l' Aminta , dont la première représentation eut lieu vraisemblablement en 1573, témoigne par excellence de cet idéal amoureux q […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Michel GARDAIR, « TASSE LE - (1544-1595) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/le-tasse/