LANTHANE ET LANTHANIDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Applications liées aux propriétés chimiques

Les terres rares en métallurgie

L'utilisation des terres rares en métallurgie représente le quart de leur consommation. En général, les éléments employés ne sont pas d'une grande pureté chimique, ce qui limite la valeur économique ajoutée. Les terres rares jouent le rôle d'agent de stabilité et de renforcement des propriétés des aciers ; elles peuvent aussi modifier la structure.

Les terres rares, agents de renfort

Cette activité, développée dès les années 1930, n'utilise que le mischmétal. Le caractère oxydant du cérium permet de piéger l'oxygène et le soufre excédentaires. Toutefois, sa teneur doit être faible (de l'ordre de 0,02 p. 100). L'acier doux ou la fonte deviennent plus ductiles et plus résistants à la rupture et à la formation de fêlures. Le mischmétal a un effet bénéfique sur la stabilisation du carbure de fer et sur la transformation des inclusions de graphite en particules sphéroïdales, améliorant les propriétés mécaniques. L'acier ainsi traité est utilisé pour les forets dans l'industrie pétrolière ainsi que dans les pipelines et les canalisations de cracking en raison de sa résistance aux agents corrosifs à température élevée.

Dans des cas particuliers, comme des aciers inoxydables, on préfère des éléments plus purs : cérium, praséodyme, néodyme ou yttrium, en raison de résistances particulières à l'oxydation superficielle. On utilise également le cérium dans certaines applications de chromage et de galvanisation.

Les alliages contenant des terres rares

La plus ancienne utilisation du mischmétal, également la plus commune, est son mélange avec 30 p. 100 de fer, pour constituer la pierre pyrophorique des briquets. Plus récemment, deux alliages sont à la base des aimants les plus utilisés actuellement : les alliages samarium-cobalt et les alliages néodyme-fer-bore, qui sont apparus respectivement dans les années 1970 et à la fin des années 1980. On utilise dans ce cas des terres rares pures, même si l'adjonction discrète d'autres métaux (cuivre, fer, cobalt, dysprosium ou erbium) conduit à des performances supérieures. Le poids économique de cette application est important. Les propriétés de ces aimants seront décrites plus loin.

Batteries électrochimiques

Le développement impressionnant du marché des appareils portables n'a été possible que grâce à l'existence de batteries à forte capacité massique. Dans ce domaine, des alliages de type LaNi5 ou MmNi4—x(Al,Co,Mn)x permettent de stocker l'hydrogène de manière électrochimique. Les performances de telles batteries sont intéressantes en capacité (320 mAh par gramme) et en nombre de cycles (de 400 à 600). Toutefois, la corrosion due à l'électrolyte en limite la durée. L'absence de métaux lourds (cadmium, plomb, mercure) fait que les applications sont nombreuses : téléphone, lecteur CD et/ou DVD, caméra vidéo, outillage, ordinateur portable, etc. Elles sont également utilisées sur les véhicules électriques.

Catalyse

Un catalyseur est une substance chimique qui augmente le rendement et/ou la vitesse d'une réaction chimique sans être altérée de manière permanente par la réaction. Le catalyseur contenant du cérium ou de l'europium peut avoir un comportement oxydo-réducteur. D'autres, avec principalement les terres rares de la fin de la série, peuvent favoriser la création de structures chimiques intermédiaires en jouant sur l'existence de composés à haut degré de coordination.

Cracking du pétrole

Au cours du cracking du pétrole brut, la terre rare intervient dans la partie « active » du catalyseur, la zéolithe à l'yttrium. Ce composé contient 20 p. 100 en poids de terres rares. Les terres rares s'introduisent dans les cavités présentes dans la structure de la zéolithe. Le meilleur catalyseur est obtenu en agitant la zéolithe finement divisée dans une solution de chlorure de terres rares. La zéolithe ainsi « échangée » voit croître son acidité, ce qui facilite la rupture des liaisons chimiques dans les molécules à haut poids moléculaire. En outre, l'échange renforce la stabilité chimique de la zéolithe, ce qui permet une augmentation de la température de réaction et de son rendement.

Catalyseurs dans la postcombustion automobile

Il s'agit d'une application majeure des oxydes de terres rares, plus particulièrement ceux du cérium et du lanthane. L'opération a pour objet de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Médias de l’article

Terres rares : caractéristiques physico-chimiques

Terres rares : caractéristiques physico-chimiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Terres rares : découverte

Terres rares : découverte
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Terres rares : éléments

Terres rares : éléments
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Terres rares : minéraux

Terres rares : minéraux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 18 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  LANTHANE ET LANTHANIDES  » est également traité dans :

COMPLEXES, chimie

  • Écrit par 
  • René-Antoine PARIS, 
  • Jean-Pierre SCHARFF
  •  • 4 355 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Principaux domaines d'application »  : […] L'intérêt suscité par la chimie des complexes provient de la diversité de leurs très nombreuses applications qui ne cessent de se développer dans tous les domaines de la chimie, débordant même sur la physique, la métallurgie, la chimie bio-inorganique. L' importance industrielle réside tout d'abord dans la catalyse homogène où l'utilisation de catalyseurs organométalliques (composés à liaison(s) […] Lire la suite

IONS ÉCHANGEURS D'

  • Écrit par 
  • Robert ROSSET
  •  • 6 132 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Réactions chimiques et partage entre résine et solution »  : […] Il est possible de modifier sensiblement l'affinité d'une résine pour une espèce donnée d'ion au moyen de réactions chimiques, principalement de réactions de formation de complexes. Les résines simples ionisées sont en effet peu sélectives, les différences d'affinités provenant essentiellement de différences entre les dimensions des ions échangés, et il est indispensable pour de nombreuses applic […] Lire la suite

MAGNÉSIUM

  • Écrit par 
  • Maurice HARDOUIN, 
  • Michel SCHEIDECKER
  •  • 4 266 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Propriétés mécaniques »  : […] Le magnésium est très malléable, ductile mais peu tenace. Pour améliorer ses propriétés d'usage dans des domaines précis, on a créé des alliages, que l'on peut regrouper en plusieurs familles correspondant, du reste, à l'évolution chronologique. Les premiers mis au point sont encore considérés comme les alliages classiques et rencontrés dans de très fréquentes applications. Ils contiennent essent […] Lire la suite

MAGNÉTISME

  • Écrit par 
  • Damien GIGNOUX, 
  • Étienne de LACHEISSERIE, 
  • Louis NÉEL
  •  • 15 772 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le magnétisme du corps solide »  : […] Pour qu'un matériau présente une aimantation notable, il doit comporter au moins un type d'élément ayant une couche électronique à la fois incomplète (autrement son moment cinétique serait nul) et profonde : en effet, les électrons périphériques participent à la cohésion du solide, leurs orbites en sont notablement perturbées et, par voie de conséquence, leurs propriétés magnétiques sont général […] Lire la suite

MÉTAUX - Métaux de transition

  • Écrit par 
  • André CASALOT
  •  • 2 161 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Propriétés physiques »  : […] Les éléments de transition et leurs composés présentent une température de fusion souvent très élevée (T F  = 3 400  0 C pour W), propriété qui les fait utiliser comme résistors de fours électriques et comme réfractaires (aciers spéciaux en aéronautique, gaines de protection). Ce sont en outre des matériaux particulièrement denses ( d  = 22,7 pour Os). Ils ont une dureté considérable (+ 9 de l'éch […] Lire la suite

TROMBE FÉLIX (1906-1985)

  • Écrit par 
  • Charlotte HENRY LA BLANCHETAIS
  •  • 1 414 mots
  •  • 1 média

Félix Trombe (Nogent-sur-Marne, 1906- Gauties, Haute-Garonne, 1985) est principalement connu pour ses recherches concernant les utilisations de l'énergie solaire. Les Pyrénées centrales, un massif karstique percé de grottes et de gouffres, un petit village, Ganties, doté d'une station thermale, tel est l'environnement qui a marqué l'enfance et l'adolescence de Félix Trombe. Sa carrière scientifiqu […] Lire la suite

XÉNOTIME

  • Écrit par 
  • Guy TAMAIN
  •  • 604 mots

Essentiellement constitué par du phosphate d'yttrium, de formule (YPO 4 ), le xénotime peut renfermer parfois de l'erbium et d'autres lanthanides (cérium, lanthane, scandium...) qui se substituent à l'yttrium dans la structure cristalline. Le thorium, l'uranium, le zirconium, le béryllium et le calcium peuvent se substituer à l'yttrium, mais dans une moindre proportion ; le xénotime constitue d'ai […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Concepcion CASCALES, Patrick MAESTRO, Pierre-Charles PORCHER, Regino SAEZ PUCHE, « LANTHANE ET LANTHANIDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lanthane-et-lanthanides/