L'ORESTIE, EschyleFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La toute-puissance divine

L'Orestie présente une action simple mais grandiose. Meurtre, vengeance et justice forment une trilogie d'où naissent crainte religieuse et terreur tragique. L'œuvre peut être rapprochée de l'Électre d'Euripide et de celle de Sophocle. Le mythe sera repris plusieurs fois par la suite : citons notamment Andromaque de Racine (1667), l'adaptation musicale de Paul Claudel et du compositeur Darius Milhaud (Agamemnon, 1913), Électre de Jean Giraudoux (1937), Les Mouches de Jean-Paul Sartre (1943).

Dans L'Orestie, monde divin et monde humain se regardent encore en miroir, liés par les signes : les Atrides, à la fois « aigles » et « vautours » expient un destin individuel et dynastique. Agamemnon paie le sacrifice d'Iphigénie et la cruauté de son ancêtre Atrée qui fit manger à son frère Thyeste ses propres enfants. Dans ses Essais critiques (1964), Roland Barthes déclare que le message de L'Orestie est anachronique, que « les dieux nouveaux qu'elle voulait introniser sont des dieux que nous avons à notre tour vaincus ».

Le monde du signe domine cette tragédie du péché et de l'expiation. Signe que chacun s'efforce de déchiffrer, signe trompeur conduisant Clytemnestre à tuer son époux avant de succomber victime de son fils, signe divin d'Athéna transformant les Érinyes en Euménides. Leur déchiffrement revient aux prophétesses, à Cassandre dans l'Agamemnon, à la Pythie de Delphes au début des Euménides. L'incapacité à les entendre résume tragiquement la morale de la tragédie – la vérité humaine selon L'Orestie. Tout au long de la trilogie, Eschyle met en scène les problèmes douloureux de la fatalité, de la responsabilité et de l'hérédité du crime. Il ne développe pas de système, ni de réflexio [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  L'ORESTIE, Eschyle  » est également traité dans :

L'ORESTIE (mise en scène O. Py)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 1 017 mots

Unique trilogie héritée d'Eschyle, L'Orestie, œuvre fondatrice du théâtre, ne cesse d'interroger le théâtre et ses metteurs en scène. On se souvient, en France, de Bernard Sobel, célébrant à travers elle la naissance de la démocratie dans les années 1980. On n'a pas oublié la fête somptueuse e […] Lire la suite

ESCHYLE (env. 525-456 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 4 654 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La justice »  : […] Eschyle croit à la justice divine. Et en particulier lorsqu'il s'agit de fautes mettant en cause soit le respect des dieux soit la vie des humains. Ses vers résonnent un peu partout du nom des Érinyes, les déesses vengeresses attachées à poursuivre le crime. Et à chaque instant il répète que toute faute est un jour châtiée. « Nul rempart ne sauvera celui qui, enivré de sa richesse, a renversé l'au […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Le mélange des genres

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 6 547 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Danse, cirque, arts plastiques, musique »  : […] Figures de proue du spectacle vivant avec l'opéra, la danse et le théâtre se sont côtoyés ou ont fusionné au fil de leur histoire, se nourrissant d'échanges liés à leurs pratiques. Cette intégration a surtout été suscitée par l'expression corporelle liée au théâtre et la recherche de son évolution dans le mouvement, avant d'être associée de manière plus repérable dans la représentation. Le corps […] Lire la suite

Pour citer l’article

Florence BRAUNSTEIN, « L'ORESTIE, Eschyle - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/l-orestie-eschyle/