L'HOMME MOÏSE ET LA RELIGION MONOTHÉISTE, Sigmund FreudFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Élaboration

Le 30 septembre 1934 Freud annonce à Arnold Zweig qu'il a écrit quelque chose qui l'a tellement occupé que tout le reste est passé au second plan : « En face des nouvelles persécutions, on se demande de nouveau comment le Juif est devenu ce qu'il est et pourquoi il s'est attiré cette haine éternelle. Je trouvais bientôt la formule. Moïse a créé le Juif... » Mais ce texte est destiné à rester secret. Freud pense en effet que sa publication pourrait ébranler l'Église autrichienne, dernier rempart à ses yeux contre le nazisme, et risque de provoquer une interdiction de la psychanalyse à Vienne. Mais ce travail va le poursuivre comme une âme en peine. Il fera l'objet de diverses réécritures et de deux publications partielles dans la revue Imago en 1937 : « Moïse, un Égyptien ? » et « Si Moïse fut un Égyptien ». Exilé à Londres en 1938, Freud réélabore la partie la plus importante de son travail, « Moïse, son peuple et la religion monothéiste », et publie l'ensemble des trois textes sous le titre L'Homme Moïse et la religion monothéiste. Trois essais.

La construction freudienne de la préhistoire du peuple juif prend appui sur les travaux des historiens – et en particulier sur ceux d'Ernst Sellin, historien spécialiste de la Bible appartenant à l'école exégétique allemande, qui avançait que Moïse avait été assassiné au cours d'un soulèvement de son peuple –, mais aussi sur le texte biblique marqué de contradictions, d'illogismes et de lacunes, qui sont pour l'analyste Freud autant de traces d'éléments censurés à reconstruire. Il avance ses hypothèses pas à pas ; entre doutes et certitudes, entre contradictions et répétitions, le texte freudien trace un chemin prudent et rigoureux. Le meurtre de Moïse et son désaveu sont la pièce principale de la construction freudienne : événement traumatique, ce meurtre provoque le [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  L'HOMME MOÏSE ET LA RELIGION MONOTHÉISTE, Sigmund Freud  » est également traité dans :

AGRESSIVITÉ

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 3 100 mots

Dans le chapitre « Pulsion de destruction et pulsion d'agression dans le langage naissant »  : […] Tel n'est pas, cependant, le dernier état de la pensée freudienne : reportons-nous aux Nouvelles conférences de 1932. Si ce texte associe à plusieurs reprises « pulsion de destruction » et « pulsion d'agression », en sorte qu'on serait tenté de les tenir pour équivalentes, il nous apporte aussi cette ultime précision qu'elles diffèrent « quant au but ». Par là, soulignons-le d'emblée, se trouvera […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agressivite/#i_33131

CULPABILITÉ

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 9 666 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La culpabilité collective »  : […] On voit qu'il est impossible de poser le problème de l'origine de la culpabilité dans l'individu sans rencontrer le social préexistant à celui-ci dans sa dimension historique, c'est-à-dire cette dialectique même « qui scande les enfantements de notre société » et qui ressortit à une psychanalyse de la culture. Comme en biologie, l'ontogenèse est ici une réduplication de la phylogenèse. Ainsi se ju […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culpabilite/#i_33131

CULTURE - Culture et civilisation

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 14 332 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Origine de la brillance »  : […] Ainsi retrouvons-nous, généralisée, l'hypothèse avancée par Freud, touchant le narcissisme du langage naissant : « Chez nos enfants et chez les adultes névrosés, comme chez les primitifs, écrivait-il dans Moïse et le monothéisme , nous retrouvons le phénomène mental que nous avons appelé « croyance en la toute-puissance des pensées ». Il s'agit là, à notre avis, d'une surestimation de l'influence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-culture-et-civilisation/#i_33131

FREUD SIGMUND (1856-1939)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER, 
  • Marthe ROBERT
  •  • 16 134 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'histoire et l'homme »  : […] Bien qu'instruit par cette erreur en quelque sorte magistrale, Freud recourut encore à la méthode « historique » dans son auto-analyse, à un moment où, allant à l'aventure dans le dédale de ses propres rêves, il pouvait à peine croire que sa reconstruction fût vraie. En l'occurrence, elle l'était pourtant, il put s'en assurer lorsque sa mère lui confirma un point précis de sa biographie infantile, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sigmund-freud/#i_33131

RELIGION - Religion et psychanalyse

  • Écrit par 
  • Antoine VERGOTE
  •  • 3 718 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Dieu-Père et le complexe d'Œdipe »  : […] Jusqu'à la fin, Freud reprend la thèse élaborée dans L'Avenir d'une illusion. À ses yeux, elle ne représente cependant qu'une explication partielle et superficielle de la religion, qu'il juxtapose à une interprétation psychanalytique de l'histoire culturelle centrée sur la formation et l'évolution du complexe nucléaire qu'est le complexe d'Œdipe. Il reconnaît que « tout ce qui a trait à la créati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-religion-et-psychanalyse/#i_33131

ROMAN FAMILIAL

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT
  •  • 848 mots

C'est dans le livre d'Otto Rank, Le Mythe de la naissance du héros (1909), que Freud inséra un petit texte intitulé « Le Roman familial des névrosés ». Le phénomène auquel se rattache ledit « roman » est le processus général de distanciation entre parents et enfants, processus qui, pour Freud, est indispensable et constitue même la condition du progrès de la société. Le roman familial est une act […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-familial/#i_33131

SOCIO-ANALYSE

  • Écrit par 
  • Jean POIRIER
  •  • 3 054 mots

Dans le chapitre « Freud et Jung »  : […] Une véritable psychanalyse de l' espèce a été proposée par Freud à plusieurs niveaux, dont certains sont largement méconnus. Il a admis l'universalité de la symbolique. Les rêves, en dehors de leur aspect idiosyncrasique, qu'on peut rapporter à l'histoire du sujet prise dans la totalité de sa durée et de ses relations, sont justiciables d'une interprétation très générale, car le rêveur les constr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/socio-analyse/#i_33131

Voir aussi

Pour citer l’article

Brigitte LEMÉRER, « L'HOMME MOÏSE ET LA RELIGION MONOTHÉISTE, Sigmund Freud - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-homme-moise-et-la-religion-monotheiste/