Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

L'HOMME MOÏSE ET LA RELIGION MONOTHÉISTE, Sigmund Freud Fiche de lecture

L'exil de Freud

L'exil de Freud

Cet ouvrage de Sigmund Freud fut publié en 1939 simultanément en allemand à Amsterdam sous le titre Der Mann Moses und die monotheistische Religion. Drei Abhandlungen, et à Londres en anglais, traduit par Katherine Jones sous le titre Moses and Monotheism. Livre de l'exil, il paraît quelques mois avant la mort de Freud et s'inscrit dans la suite logique de Totem et Tabou qu'il approfondit et complète : ce qui fait la force d'une religion, ce n'est pas sa vérité matérielle mais sa vérité historique ; c'est le retour du refoulé qui confère à toute religion sa puissance contraignante ; les processus qui opèrent sur les peuples sont analogues à ceux qui opèrent sur la subjectivité individuelle, la formation d'une religion étant analogue à celle d'une névrose.

Élaboration

Le 30 septembre 1934 Freud annonce à Arnold Zweig qu'il a écrit quelque chose qui l'a tellement occupé que tout le reste est passé au second plan : «  En face des nouvelles persécutions, on se demande de nouveau comment le Juif est devenu ce qu'il est et pourquoi il s'est attiré cette haine éternelle. Je trouvais bientôt la formule. Moïse a créé le Juif... » Mais ce texte est destiné à rester secret. Freud pense en effet que sa publication pourrait ébranler l'Église autrichienne, dernier rempart à ses yeux contre le nazisme, et risque de provoquer une interdiction de la psychanalyse à Vienne. Mais ce travail va le poursuivre comme une âme en peine. Il fera l'objet de diverses réécritures et de deux publications partielles dans la revue Imago en 1937 : « Moïse, un Égyptien ? » et « Si Moïse fut un Égyptien ». Exilé à Londres en 1938, Freud réélabore la partie la plus importante de son travail, « Moïse, son peuple et la religion monothéiste », et publie l'ensemble des trois textes sous le titre L'Homme Moïse et la religion monothéiste. Trois essais.

La construction freudienne de la préhistoire du peuple juif prend appui sur les travaux des historiens – et en particulier sur ceux d'Ernst Sellin, historien spécialiste de la Bible appartenant à l'école exégétique allemande, qui avançait que Moïse avait été assassiné au cours d'un soulèvement de son peuple –, mais aussi sur le texte biblique marqué de contradictions, d'illogismes et de lacunes, qui sont pour l'analyste Freud autant de traces d'éléments censurés à reconstruire. Il avance ses hypothèses pas à pas ; entre doutes et certitudes, entre contradictions et répétitions, le texte freudien trace un chemin prudent et rigoureux. Le meurtre de Moïse et son désaveu sont la pièce principale de la construction freudienne : événement traumatique, ce meurtre provoque le refoulement de l'enseignement de Moïse qui va ensuite peu à peu faire retour ; son désaveu constitue, selon Freud, l'une des racines de l'antisémitisme. Freud fait l'hypothèse d'une fondation en trois temps de la religion juive : après la mort d'Akhenaton, Moïse, un Égyptien de haut rang, fuit l'Égypte avec des tribus sémites auxquelles il transmet la religion monothéiste et hautement spiritualisée d'Aton. Environ deux générations après le meurtre de Moïse, ces tribus s'unissent à d'autres et adoptent, selon les historiens contemporains de Freud, la religion polythéiste et barbare de Yahvé, démon des volcans. Mais la doctrine mosaïque refoulée fera retour au cours des siècles par la voix des prophètes et s'imposera au peuple.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

L'exil de Freud

L'exil de Freud

Autres références

  • AGRESSIVITÉ

    • Écrit par Pierre KAUFMANN
    • 3 103 mots
    ...convergence. Totem et tabou dérive du partage du narcissisme absolu du chef de horde l'identité collective et l'identité individuelle. Dans la version que donne Moïse et le monothéisme de cet événement inaugural, transparaît la fonction de ces composantes : le narcissisme absolu du chef...
  • CULPABILITÉ

    • Écrit par Charles BALADIER
    • 9 684 mots
    • 1 média
    ...signifiante), de l'éviction de ce père omnipotent et, enfin, de l'apparition d'une angoisse collective de culpabilité. Comme l'a mis en évidence Pierre Kaufmann, l'originalité de Freud, dans Totem et tabou, et plus nettement encore dans Moïse et le monothéisme, est d'avoir vu dans l'appropriation narcissique...
  • CULTURE - Culture et civilisation

    • Écrit par Pierre KAUFMANN
    • 14 361 mots
    • 2 médias
    Ainsi retrouvons-nous, généralisée, l'hypothèse avancée par Freud, touchant le narcissisme du langage naissant : « Chez nos enfants et chez les adultes névrosés, comme chez les primitifs, écrivait-il dans Moïse et le monothéisme, nous retrouvons le phénomène mental que nous avons appelé...
  • FREUD SIGMUND (1856-1939)

    • Écrit par Jacques LE RIDER, Marthe ROBERT
    • 16 152 mots
    • 3 médias
    ...choses, et non plus leurs qualités empiriques ou les repères visibles du temps. Mais Freud n'en continua pas moins à enraciner l'homme dans le passé, et dans les deux livres qui prolongent le plus directement son ouvrage fondamental : Totem et tabou et Moïse et le monothéisme, il conçoit le drame « œdipien...
  • Afficher les 7 références

Voir aussi