L'ÊTRE ET LE NÉANT, Jean-Paul SartreFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les aléas de la liberté

Inconditionnelle liberté, le pour-soi, par angoisse devant le vide qu'il est, va chercher refuge dans les comédies illusoires que décrit le célèbre chapitre sur « La Mauvaise Foi », véritable envers de la liberté où « l'être-au-monde » tente vainement de se vivre comme « être-au-milieu-du-monde ». Dans tout le corps du massif ouvrage, Sartre va ainsi donner comme une suite de descriptions de la liberté « au monde » qui auront valeur éthique autant que proprement ontologique. L'éthique projetée ne verra pas le jour. Seuls seront publiés de façon posthume des Cahiers pour une morale, en 1983. La valeur, la temporalité, autrui, le corps n'en donnent pas moins lieu à des analyses brillantes, fécondes contenant en germe des développements qui attendront leur accomplissement. Se situant explicitement dans le sillage de la Phénoménologie de l'esprit de Hegel, Sartre analyse la dialectique du regard et du désir en jeu dans tout rapport à autrui. « Je suis un être pour soi qui n'est pour soi que par un autre. C'est donc en mon cœur que l'autre me pénètre. » Autrui résiste, refuse, se refuse, il m'échappe et m'apparaît, en tant que je le réifie par mon regard et qu'il « me vole le monde par le sien, comme ce qui m'empêche d'être tout ». Manque essentiel qui constitue l'essence même du désir. Que l'homme soit « une passion inutile », dernier mot de l'antépénultième chapitre de L'Être et le Néant, n'empêche pas Sartre de plaider avec passion pour un humanisme existentialiste nouveau, dégrisé, à la mesure des troubles d'une époque qu'il aura su vivre et penser avec lucidité et liberté.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  L'ÊTRE ET LE NÉANT, Jean-Paul Sartre  » est également traité dans :

HUIS CLOS, Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 096 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une tragédie des Temps modernes ? »  : […] Huis clos est indissociable de L'Être et le Néant , publié en 1943, et dont il peut apparaître comme la mise en « situation », littéraire et vulgarisée. La pièce illustre en effet quelques-unes des thèses développées par Sartre dans cette somme philosophique. Au commencement, il y a la liberté humaine. On connaît le célèbre paradoxe : « Nous sommes condamnés à être libres. » C'est que cette libe […] Lire la suite

ALTÉRITÉ, philosophie

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 5 373 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Sartre et la conscience pour autrui »  : […] Opposé aux doctrines du sujet transcendantal, L'Être et le Néant (1943) se présente comme une ontologie phénoménologique où Sartre va « tenter pour Autrui ce que Descartes a tenté pour Dieu ». L'hypothèse husserlienne d'un ego, foyer des actes de la conscience, est ici récusée comme inutile. L'exemple de la honte est censé montrer qu'il est impossible d'échapper au solipsisme si l'on envisage l […] Lire la suite

AUTRUI (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 535 mots

Dans le chapitre « Le conflit des consciences  »  : […] Si Kant est tout près d’écrire une philosophie de l’histoire, il ne franchira pas véritablement le pas, ce que fera quelques années plus tard G. W. H. Hegel (1770-1831). Dans la fresque grandiose que dessine pour la première fois la Phénoménologie de l’esprit (1807), Hegel va décrire par quelles étapes est passée la conscience avant de parvenir à la reconnaissance de l’autre conscience. « La con […] Lire la suite

SARTRE JEAN-PAUL

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME, 
  • Juliette SIMONT
  •  • 8 907 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Pour-soi et en-soi »  : […] L'Être et le Néant (1943) porte en sous-titre : Essai d' ontologie phénoménologique . L'influence husserlienne est donc encore présente, mais le terme d'« ontologie », qui renvoie à la question heideggérienne de l'Être, indique une nouvelle orientation de la pensée de Sartre – qui va de pair avec une certaine distance prise à l'égard de Husserl. Cette évolution, Sartre lui-même la formule explic […] Lire la suite

VIOLENCE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 527 mots

Dans le chapitre « Violence et subjectivité »  : […] Si les philosophes qui ont cherché à porter un regard sociologique sur l’origine de la violence semblent avoir échoué, n’est-ce pas la nature humaine elle-même qu’il convient ici de sonder ? Quelle spécificité de l’être humain pourrait l'expliquer ? Ne serait-ce pas l’accès des humains à la subjectivité ? Il semblerait cohérent de situer, dans ce qui est propre à l’espèce humaine – sa conscience – […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « L'ÊTRE ET LE NÉANT, Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/l-etre-et-le-neant/