ARIOSTE L' (1474-1533)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les comédies

Des cinq comédies de l'Arioste, trois laissent voir l'influence précise des Latins : La Cassaria, ou « Comédie de la caisse », écrite en prose en 1508, refaite en vers blancs en 1531, procède de l'Aulularia et de la Mostellaria de Plaute et, à un moindre degré, de L'Andrienne de Térence ; I Suppositi (titre à peu près intraduisible avec la somme de ses équivoques), écrits en prose en 1509, refaits en vers entre 1528 et 1531, reposent sur des quiproquos de personnes inspirés de L'Eunuque de Térence et des Captifs de Plaute ; Il Negromante (« Le Nécromancien »), composé en vers en 1520, joué après des remaniements en 1528, combine des situations empruntées à L'Hécyre et au Phormion de Térence. Au lieu que La Lena (« La Proxénète ») tire plutôt son sujet du Décaméron de Boccace ; et la pièce Gli Studenti (« Les Étudiants »), restée inachevée et complétée ensuite par un frère de l'Arioste, Gabriele, paraît libre de tout emprunt.

L'influence des auteurs latins ne saurait surprendre chez celui qui fut, avec Machiavel et le cardinal Bibbiena, un des pionniers de la comédie classique en Italie, si l'on considère que jusqu'aux premières années du xvie siècle les pièces représentées devant un public cultivé à Rome, Florence ou Ferrare étaient purement et simplement celles de Plaute et de Térence dans le texte latin, parfois « modernisé » pour être rendu moins difficile. On n'en avait pas joué moins de treize à Ferrare de 1487 à 1503. Loin de procéder par plagiat, l'Arioste apportait une innovation décisive : en écrivant toutes ses comédies en langue vulgaire, il tentait et surtout préparait l'ouverture à tous les publics du théâtre classique, la divulgation de la comédie littéraire jusque dans les milieux les moins cultivés. Comme il est naturel, ses comédies se ressentent des leçons plus littéraires que foncièrement théâtrales extraites jusqu'alors de l'exemple des Anciens : l'intrigue est compliquée à plaisir, surtout dans La Cassaria et I Suppositi, le dialogue tourne souvent [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification

Autres références

«  ARIOSTE L' (1474-1533)  » est également traité dans :

ROLAND FURIEUX, L'Arioste - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pascaline NICOU
  •  • 998 mots

C'est à Ferrare, important foyer culturel de la Renaissance, que l'Arioste (1474-1533) compose son poème, le Roland furieux, œuvre de toute une vie, qu'il ne cessera de reprendre jusqu'à sa mort. Au pouvoir, la […] Lire la suite

ANGÉLIQUE

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 319 mots

Héroïne de Boiardo, puis du Roland furieux de l'Arioste. Angélique était princesse du royaume de Cathay, aux Indes, quand Roland l'amène en France dans l'espoir de se faire aimer d'elle. Au camp de Charlemagne, Renaud de Montauban s'éprend aussitôt d'elle, et la dispute à son cousin. Charlemagne, sur le point de livrer bataille aux Sarrasins, confie Angélique au vieux duc de Bavière et la promet […] Lire la suite

BOIARDO MATTEO MARIA (1441-1494)

  • Écrit par 
  • Paul RENUCCI
  •  • 1 953 mots

Dans le chapitre « Un humaniste mêlé à la vie de son temps »  : […] Palais d'agrément percé de hautes fenêtres où subsistent, au sommet des tours carrées qui flanquent sa longue façade, d'élégants mâchicoulis plus nostalgiques que fonctionnels, le château de Scandiano se voit encore aux environs de Reggio, en Émilie. C'est là que naquit Matteo Maria Boiardo, appelé à devenir, au sortir de l'adolescence, comte de Scandiano. Il passa dans ce château, en compagnie d' […] Lire la suite

ESTE LES

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 569 mots

Issue des marquis de Toscane au x e siècle, tirant son nom du marquisat d'Este (ville proche de Padoue), la maison d'Este entre vraiment dans l'histoire avec les deux mariages d'Azzo II (mort en 1097). De sa première union avec Cunégonde, héritière des Welf, sortira la branche allemande des Welf qui compteront des ducs de Bavière, des ducs de Brunswick et les Électeurs de Hanovre qui régneront pl […] Lire la suite

GASCOIGNE GEORGE (1542-1578)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 574 mots

Étudiant à Trinity College, à Cambridge, George Gascoigne fit son droit à Gray's Inn et représenta son comté, le Bedfordshire, au Parlement (mal, car il ne put y siéger longtemps à cause de ses frasques). Il mena à Londres une vie assez dissolue pour que son père le déshérite, mais il se refit en épousant une riche veuve, la mère du poète Nicolas Breton (1545-1626). Bientôt ruiné une seconde fois, […] Lire la suite

RODOMONT

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 76 mots

Personnage du Roland furieux de l'Arioste ; son nom signifie « ronge-montagne ». Ce roi d'Alger, brave mais altier et bruyant, rejoint sur les scènes comiques la famille des capitans italiens, insolents, fanfarons et toujours prêts à se targuer d'exploits imaginaires. De là, l'utilisation du terme de rodomontades pour caractériser le comportement de ces guerroyeurs forts en parole et prompts à pr […] Lire la suite

SACRIPANT

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 34 mots

Personnage de Boiardo et de l'Arioste, chez qui il est brave, mais altier et insolent. Son nom, devenu adjectif, s'applique à un vaurien, à un mauvais sujet généralement querelleur. […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul RENUCCI, « ARIOSTE L' - (1474-1533) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/l-arioste/