BOIARDO MATTEO MARIA (1441-1494)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Roland furieux a éclipsé le Roland amoureux auquel il doit beaucoup. On ignore trop souvent la valeur du poème et la personnalité de Boiardo, son auteur, dont la vie pittoresque, la culture et la sensibilité sont caractéristiques de l'humanisme italien du xve siècle.

Un humaniste mêlé à la vie de son temps

Palais d'agrément percé de hautes fenêtres où subsistent, au sommet des tours carrées qui flanquent sa longue façade, d'élégants mâchicoulis plus nostalgiques que fonctionnels, le château de Scandiano se voit encore aux environs de Reggio, en Émilie. C'est là que naquit Matteo Maria Boiardo, appelé à devenir, au sortir de l'adolescence, comte de Scandiano. Il passa dans ce château, en compagnie d'un grand-père féru de belles-lettres, la majeure part de sa jeunesse, plus vouée à l'étude qu'aux plaisirs. Sa famille était acquise aux intérêts de la maison d'Este, dont elle tenait son fief, et Matteo ne manqua jamais à cette tradition d'allégeance : sa première composition connue est, en 1463, un poème en vers latins à la gloire de la dynastie ferraraise. C'est en latin aussi qu'il écrira avant sa trentième année dix églogues de cent vers chacune qui attestent, à tout le moins, une excellente assimilation de la poésie bucolique de Virgile. Après quoi, et exception faite de huit épigrammes d'époque indéterminée, il n'écrira plus qu'en langue vulgaire. À cette période initiale de sa vie appartiennent aussi des traductions d'Hérodote, de Xénophon (sur la version latine de la Cyropédie donnée par le Pogge), de Lucien, d'Apulée. Il annonce par là une génération, celle de l'Arioste et de Bembo, où la versification latine apparaît comme un exercice de bravoure, formateur et vaguement absolutoire, avant l'adoption de la langue vulgaire pour les œuvres les plus inspirées.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  BOIARDO MATTEO MARIA (1441-1494)  » est également traité dans :

ANGÉLIQUE

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 319 mots

Héroïne de Boiardo, puis du Roland furieux de l'Arioste. Angélique était princesse du royaume de Cathay, aux Indes, quand Roland l'amène en France dans l'espoir de se faire aimer d'elle. Au camp de Charlemagne, Renaud de Montauban s'éprend aussitôt d'elle, et la dispute à son cousin. Charlemagne, sur le point de livrer bataille aux Sarrasins, confie Angélique au vieux duc de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/angelique/#i_2217

ARIOSTE L' (1474-1533)

  • Écrit par 
  • Paul RENUCCI
  • , Universalis
  •  • 6 206 mots

Dans le chapitre « Un poème irrégulier »  : […] Le Roland furieux peut passer pour le chef-d'œuvre littéraire du discontinu. La liberté d'invention de l'Arioste refuse les préceptes ou les axiomes des « arts poétiques » ; les critiques aristotéliciens de la seconde moitié du xvi e  siècle s'irriteront de son succès, de la faveur d'un poème dont l'irrégularité est à leurs y […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-arioste/#i_2217

ESTE LES

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 569 mots

Issue des marquis de Toscane au x e siècle, tirant son nom du marquisat d'Este (ville proche de Padoue), la maison d'Este entre vraiment dans l'histoire avec les deux mariages d'Azzo II (mort en 1097). De sa première union avec Cunégonde, héritière des Welf, sortira la branche allemande des Welf qui compteront des ducs de Bavière, des ducs de Bru […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-este/#i_2217

ROLAND FURIEUX, L'Arioste - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pascaline NICOU
  •  • 998 mots

Dans le chapitre « Humanisme et fantastique »  : […] Le Roland furieux reprend l'action du Roland amoureux (1494), roman inachevé de Boiardo, là où celui-ci l'avait interrompue. Il s'inspire donc d'un certain nombre d'inventions narratives et stylistiques de son prédécesseur, par exemple la pluralité des tons. Mais l'Arioste confère à ses personnages une plus grande densité psychologique et écrit son po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roland-furieux/#i_2217

SACRIPANT

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 34 mots

Personnage de Boiardo et de l'Arioste, chez qui il est brave, mais altier et insolent. Son nom, devenu adjectif, s'applique à un vaurien, à un mauvais sujet généralement querelleur. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sacripant/#i_2217

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul RENUCCI, « BOIARDO MATTEO MARIA - (1441-1494) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/matteo-maria-boiardo/