GĪTA-GOVINDA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'un des plus célèbres poèmes lyriques de la littérature sanskrite. Attribué avec la plus grande vraisemblance à un brahmane bengali du xiie siècle, nommé Jayadéva, le Gīta-Govinda (« célébration du bouvier Krishna ») est, en fait, un petit drame à deux personnages, Krishna et Rādhā, auxquels s'ajoutent quelques comparses. Avatāra (« incarnation ») du dieu Vishnu, le jeune prince Krishna parcourt la campagne non loin du confluent du Gange et de la Yamunā. Bien que marié à Rukminī, il séduit les gopī (« vachères ») en jouant de la flûte et les prend pour maîtresses. L'une d'elles, Rādhā, est sa favorite, mais il la délaisse souvent pour vivre d'autres aventures avec les gopī qu'il rencontre. Le poème de Jayadéva met en scène le désespoir de Rādhā abandonnée une fois de plus. Désespérée, elle se remémore les plaisirs qu'elle goûtait dans les bras de son amant et finit par surmonter son orgueil et par envoyer sa servante auprès de Krishna pour le supplier de venir la rejoindre. De son côté, le jeune dieu, lassé pour un temps de ses fredaines, n'ose revenir à Rādhā, par crainte de son courroux. Il se rend néanmoins aux raisons invoquées par la suivante et retrouve avec joie sa maîtresse ; d'abord rabroué par elle, il sait rapidement lui faire oublier son dépit et les deux amants goûtent à nouveau le plaisir partagé.

Du point de vue littéraire, le Gīta-Govinda est fait de strophes narratives en mètres savants et de poèmes destinés à être chantés (avec accompagnement de musique et de danses). On a l'impression que ces cantilènes forment l'essentiel du texte (lequel apparaît alors comme une sorte de livret d'opéra) et que les parties narratives, de beaucoup les plus courtes, ont été ajoutées après coup pour créer un lien entre ces chansons sentimentales où s'expriment toutes les nuances de l'amour (plainte des amants séparés, souvenirs torturants, joie des retrouvailles, etc.). On est même allé jusqu'à dire que ces cantilènes avaient d'abord existé en vieux bengali et que Jayadéva se serait contenté de les traduire en sanskrit à l'u [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification


Autres références

«  GITA-GOVINDA  » est également traité dans :

BENGALI LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • France BHATTACHARYA, 
  • Jharna BOSE
  •  • 5 137 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'époque de « Gaur » »  : […] À l'époque de « Gaur », avant la conquête musulmane, dès le vii e  siècle, apparaissent des œuvres écrites en sanskrit, mais dans un style typiquement bengali. Les charya sont les premières œuvres composées directement en bengali entre 950 et 1100. Chargés de symboles et chantés dans une langue ésotérique suivant les formes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-bengali/#i_43282

JAYADEVA (XIIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 264 mots

Brahmane bengali à qui est attribué, selon toute vraisemblance, l'un des plus beaux poèmes de la littérature sanskrite, le Gîta-Govinda (la « Célébration du bouvier Krishna »). Si l'on en croit les récits traditionnels, Jayadeva aurait vécu au xii e  siècle, d'abord dans le village de Kindavila (où, actuellement encore, on f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jayadeva/#i_43282

PASTORALE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Daniela DALLA VALLE CARMAGNANI, 
  • Jacqueline DUCHEMIN, 
  • ETIEMBLE, 
  • Charlotte VAUDEVILLE
  •  • 6 897 mots

Dans le chapitre « Les amours de Kṛṣṇa et de Rādhā »  : […] Rādhā n'apparaît pas dans les Purāṇas , récits légendaires composés en sanscrit – ou du moins son nom ne s'y trouve pas. Mais dans les provinces orientales, au Bengale et au Bihar, dès le xiv e  siècle, se développe une remarquable littérature composée essentiellement de chansons sur le thème des amours de Kṛṣṇa et Rādhā. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pastorale-genre-litteraire/#i_43282

VIṢṆU ou VISHNU ET VICHNOUISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 8 942 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Rāmānanda, Vallabha, Caitanya et Tulsī Dās »  : […] Au début du xv e  siècle, c'est dans le Nord, à Bénarès, que surgit une grande figure vichnouite, Rāmānanda, issu d'une famille d'origine méridionale. Ses doctrines l'apparentent, semble-t-il, à la tradition râmânujienne. Toutefois, son culte s'adresse à Rāma, non à Kṛṣṇa. Il existait depuis longtemps, dans le sud de l'Inde, une secte consacrée à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/visnu-vishnu-et-vichnouisme/#i_43282

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « GĪTA-GOVINDA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gita-govinda/