KRISHNA ou KṚṢṆA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'achèvement de la mission divine

Kṛṣṇa dut encore triompher de nouveaux adversaires que lui suscita Kamsa, avant de l'exterminer lui-même, selon la prédiction, ainsi que son beau-frère, le roi Jarāsandha du Maghada, devenant ainsi le maître du royaume. Toutefois, il s'en éloigna au bout de peu de temps, peut-être dans la crainte d'une attaque des Yavana, « les Grecs », et s'en alla fonder, aux bouches de l'Indus, la ville mythique de Dvārakā. Secrètement, les siens vinrent l'y rejoindre. C'est là qu'il épousa par rapt Rukminī-Lakshmī, fille du roi des Vidarbha. Ces noces donnèrent lieu à des fêtes splendides dont le récit se trouve dans le Bhāgavata-Purāṇa : « Grande fut dans chaque maison la joie des habitants, dont le cœur était voué exclusivement à Kṛṣṇa... La ville... resplendissait sous les bannières d'Indra haut dressées, sous les arcs de triomphe formés des guirlandes, des étoffes et des pierreries les plus belles, sous les apprêts de fête disposés à chaque porte, sous les vases débordants, sous l'encens du bois d'aloès et des lampes. »

Kṛṣṇa mena alors une existence fastueuse près de Rukminī, la première de ses innombrables épouses – on en compte seize mille cent – et de ses non moins innombrables fils : cent quatre-vingt mille ! Cependant, ne pouvant se contenter d'une existence riche et paisible, il l'interrompit par de nouveaux combats contre les démons, par la lutte consécutive à la révolte de son cousin le roi Çiçupāla, qu'il tua en duel, par sa participation à la guerre des Bhārata aux côtés de ses cousins les Pāṇḍava.

Enfin, une querelle au sein du clan des Yādava déclencha une lutte furieuse où tous périrent, même Balārama. Comme le remarque Barth, « c'est en souriant que [Kṛṣṇa] préside à toutes ces destructions, qu'il voit approcher la fin de son peuple et qu'il la prépare ». Mais, alors qu'il se retirait dans la forêt, un très vieux chasseur, Jaras, croyant atteindre une antilope, le blessa d'une flèche au talon, son seul point vulnérable. C'est ainsi que s'achève son destin sur la Terre.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : membre de l'École française d'Extrême-Orient, diplômée de l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  KRISHNA ou KRSNA  » est également traité dans :

JANMASHTAMĪ ou FÊTE DE LA NAISSANCE DE KRISHNA

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 342 mots

La fête hindoue de Janmashtamī célèbre la naissance (janma en sanskrit) du dieu Kṛṣṇa (Krishna), le huitième (aśtami) jour de la quinzaine sombre du mois de bhadrapada (août-septembre). Ce chiffre est symbolique dans la légende du dieu Kṛṣṇa, […] Lire la suite

AVATĀRA

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 853 mots

Le terme avatāra (formé du préfixe ava , qui marque un mouvement de haut en bas, et de la racine tṛ « traverser »), en son sens originel et restreint, désigne une descente , c'est-à-dire une incarnation du dieu Viṣṇu, dans le dessein de rétablir l'ordre cosmique et moral troublé par des puissances démoniaques. Cette notion s'est étendue par la suite à Lakṣmī, la parèdre du dieu, ainsi qu'à d'autr […] Lire la suite

BHAGAVAD GĪTĀ

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 2 183 mots

La Bhagavad Gītā , « Chant du Bienheureux Seigneur », est un des longs passages spéculatifs insérés dans le Mahābhārata , la grande Épopée indienne, mais sa composition et son inspiration en font un tout autonome. Elle expose l'enseignement métaphysique et mystique donné par Viṣṇu, sous la forme de Kṛṣṇạ, à l'un des princes, héros de la guerre qui va mettre aux prises deux clans rivaux et apparen […] Lire la suite

BHĀGAVATA PURĀṆA

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 328 mots

Ouvrage qui compte parmi les plus illustres des textes sacrés hindous de langue sanskrite, connus sous le nom de Purānas. C'est le livre sacré des Bhāgavatas, dévots de Vishnu, qui est vénéré sous le nom de Bhagavant, le « Gracieux Seigneur ». Le Bhāgavata Purāṇa (« Histoires anciennes du Seigneur »), peut-être le plus récent des Purānas, est vraisemblablement postérieur au x e  siècle ; on situe […] Lire la suite

GĪTA-GOVINDA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 477 mots

L'un des plus célèbres poèmes lyriques de la littérature sanskrite. Attribué avec la plus grande vraisemblance à un brahmane bengali du xii e  siècle, nommé Jayadéva, le Gīta-Govinda (« célébration du bouvier Krishna ») est, en fait, un petit drame à deux personnages, Krishna et Rādhā, auxquels s'ajoutent quelques comparses. Avatāra (« incarnation ») du dieu Vishnu, le jeune prince Krishna parcour […] Lire la suite

GUJARĀTĪ LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Françoise MALLISON
  •  • 2 600 mots

Dans le chapitre « Gujarātī médiéval (XVe-XIXe siècle) »  : […] Née avec le début du règne des sultans indépendants du Gujarāt (1411-1573), la littérature en gujarātī médiéval est presque exclusivement hindoue, peut-être patronnée par les féodaux rājpūts des suzerains musulmans d'Ahmedabad. Elle se regroupe autour de deux thèmes : l'expression d'une dévotion personnelle à Dieu ( bhakti ) en de courts hymnes ( pada ), et la transmission de la culture hindoue p […] Lire la suite

ÉPOPÉE

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER, 
  • Maria COUROUCLI, 
  • Jocelyne FERNANDEZ, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT, 
  • Altan GOKALP, 
  • Roberte Nicole HAMAYON, 
  • François MACÉ, 
  • Nicole REVEL, 
  • Christiane SEYDOU
  •  • 11 798 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'univers épique »  : […] Le contenu de cette tradition épique est un tissu de mythologie et d'histoire inscrites dans des conceptions définies des êtres, de l'espace et du temps. Les êtres qui animent les récits sont d'espèces très diverses. Les dieux sont les principaux protagonistes. Ils sont hiérarchisés en classes et en fonction de leur personnalité. Il y a un être suprême, Śiva, Viṣṇu ou Devī, etc., selon la religio […] Lire la suite

HINDĪ LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Nicole BALBIR, 
  • Charlotte VAUDEVILLE
  •  • 8 338 mots

Dans le chapitre « Sūr-Dās et les poètes de langue braj »  : […] « Si une langue indo-aryenne peut être appelée „langue royale“, écrit le savant linguiste bengali S. K. Chatterji, ce fut certainement la langue braj. » Les empereurs moghols eux-mêmes la cultivèrent et la tradition a conservé plusieurs distiques en braj composés par Akbar et ses successeurs. Mais c'est probablement le lien particulier de la langue braj, d'une part avec la dévotion krishnaïte, d' […] Lire la suite

HINDOUISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 9 181 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le courant vishnouite »  : […] À l'époque où les textes de la tradition shivaïte signalaient la secte des pāśupata, en milieu vishnouite s'affirmaient les sectes bhāgavata et pāñcarātra , qui présentent entre elles de nombreuses similitudes, mais que les ouvrages vishnouites eux-mêmes distinguent les unes des autres. Les deux groupes adorent également Kṛṣṇa-Vāsudeva, mais les bhāgavata semblent appartenir à la filiation direct […] Lire la suite

HOLI ou FÊTE DES COULEURS

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 422 mots

La fête des couleurs, Holi, est une journée fériée en Inde ; elle est célébrée massivement par les hindouistes dans l’Inde du Nord au printemps, le jour de la pleine lune du mois de ph ā lguna (en février-mars). Elle partage de nombreuses caractéristiques avec l’antique fête romaine des saturnales, à l’instar du carnaval dans certains pays chrétiens. Les participants se jettent de l’eau et des po […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-Simone RENOU, « KRISHNA ou KṚṢṆA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/krishna-krsna/