TIRANA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La ville de Tirana (ou Tiranë) est la capitale de l’Albanie. Traversée par l’Ishm, elle est située à 27 kilomètres de la côte adriatique, au fond de la plaine alluviale littorale qu'a été rendue fertile par des travaux d’assainissement. Elle fut fondée au début du xviie siècle par un général turc, Barkinzade Süleyman Pacha, qui aurait construit une mosquée, un hammam et une boulangerie dans le but d’attirer des colons. La ville est peu à peu devenue un marché au carrefour de routes et de pistes de caravanes. C’est au congrès de Lushnja (ou Lushnjë) en janvier 1920 que Tirana fut désignée comme capitale, au détriment de Durrës. Sous le règne de Zog Ier (1928-1939), on confia à des architectes italiens la tâche de repenser la ville. La curiosité principale est la place Skanderbeg, où la mosquée Et’hem Bey (1819) côtoie le palais de la Culture à l’architecture soviétique. Sur la place se dresse une grande statue du héros national Georges Kastrioti, alias Skanderbeg. L’université de Tirana, fondée en 1957 se trouve non loin de là. La vieille ville s’étend vers le nord et l’est de la grande place et se distingue par son architecture ancienne.

Albanie : carte administrative

carte : Albanie : carte administrative

carte

Carte administrative de l'Albanie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

À la fin des occupations italienne et allemande qui se sont succédé entre 1939 et 1944, la république populaire communiste fut proclamée à Tirana le 11 janvier 1946. La ville connut alors un essor considérable grâce aux aides russe et chinoise. La construction de centrales hydroélectriques et thermiques fut achevée en 1951. Tirana est aujourd'hui la plus grande ville et le centre industriel du pays en ce qui concerne la métallurgie, les pièces détachées de tracteurs, l’agroalimentaire, le textile, l’industrie pharmaceutique, les cosmétiques, les colorants, le verre et la porcelaine. Un gisement de lignite est exploité non loin de la ville. Une voie ferrée relie Tirana à Durrës et Laç. La ville possède un aéroport international. Sa population est de 388 000 habitants (2005).

—  Universalis

Classification

Autres références

«  TIRANA  » est également traité dans :

ALBANIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie AUTISSIER, 
  • Odile DANIEL, 
  • Christian GUT
  •  • 22 079 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le pouvoir politique face à la société albanaise »  : […] Malgré les nombreuses invasions, le peuple albanais a conservé son unité ; 96 p. 100 de la population est d'origine albanaise et 4 p. 100 d'origine grecque ou slave. Plus d'un million d'Albanais vivent à l'étranger : en Sicile, en Grèce, en Yougoslavie, aux États-Unis notamment. Confronté à une société fortement marquée par les coutumes patriarcales et les traditions religieuses, le régime a eu à […] Lire la suite

ALBANIE, archéologie

  • Écrit par 
  • Olivier PICARD
  •  • 2 299 mots

L'archéologie n'était pas une discipline neutre dans les anciens pays communistes de l'Est : aussi bien la volonté d'écrire une histoire officielle, à la fois nationale et dans le vent de la philosophie du régime, que celle de remodeler le paysage en éliminant les monuments jugés obscurantistes au profit de ceux qui célébraient l'avènement de la société nouvelle se sont exprimées dans le domaine […] Lire la suite

Les derniers événements

Albanie. Victoire de l'opposition socialiste aux élections législatives. 23 juin 2013

L'Alliance pour une Albanie européenne, conduite par le Parti socialiste (P.S.) de l'ancien maire de Tirana Edi Rama, remporte les élections législatives, avec 57,7 p. 100 des suffrages et 84 sièges sur 140 – dont 41,5 p. 100 des voix et 66 élus pour le P.S. L'Alliance pour l'emploi, la prospérité […] Lire la suite

Albanie. Victoire du parti au pouvoir aux élections législatives. 28 juin - 1er juillet 2009

les 70 sièges nécessaires pour former un gouvernement. Le scrutin constitue un test pour l'avenir européen du pays, Tirana ayant déposé, à la fin d'avril, sa candidature en vue d'une adhésion à l'Union européenne. […] Lire la suite

Yougoslavie. Poursuite de l'intervention de l'O.T.A.N. 1er-28 avril 1999

la Russie à « une action militaire ». Le Kremlin s'efforce aussitôt de minimiser les propos du président. Le 11, l'O.T.A.N. approuve le lancement de l'opération « Abri allié » qui prévoit l'envoi de 8 000 soldats en Albanie pour aider Tirana et le H.C.R. dans leur assistance aux réfugiés. Le 12 […] Lire la suite

Albanie. Démission du Premier ministre Fatos Nano à la suite d'une vague de violences. 13-29 septembre 1998

Le 13, des affrontements opposent, à Tirana, des partisans de l'ancien président Sali Berisha aux forces de l'ordre. Ces violences se produisent le lendemain de l'assassinat, dans la capitale, d'Azem Hajdari, pilier du Parti démocratique et « bras droit » du chef de l'opposition. Les manifestants […] Lire la suite

Yougoslavie. Offensive serbe et revers séparatistes au Kosovo. 18-30 juillet 1998

. Le ton monte entre Belgrade et Tirana. Le 18 également, dans un communiqué qui marque une radicalisation de ses positions, l'U.C.K. appelle les Albanais, où qu'ils se trouvent, à lutter pour la « libération du Kosovo ». Elle déclare ne pas reconnaître l'autorité du « Parlement » du Kosovo élu en mars […] Lire la suite

Pour citer l’article

« TIRANA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tirana/