KŌETSU HON.AMI (1558-1637)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le potier

Grand adepte du chanoyu, Kōetsu semble avoir profité de sa retraite à Takagamine pour s'adonner à la poterie et créer ses propres bols à thé (chawan). S'inspirant des Raku (poteries cuites à basse température), œuvres de Chōjirō et de son fils que patronna Sen no Rikyū, Kōetsu créa un art très personnel. Il a laissé de nombreux chawan, objets aujourd'hui encore de la vénération des amateurs. Il montait ses bols à la main, portant un soin tout particulier à la « sculpture » (selon l'expression de M. Hayashiya Seizō) des kōdai ou pieds qui devaient assurer la stabilité du récipient dans la main du chajin (maître du thé) et de ses invités. Les formes simples sont agrémentées de glaçures à base de plomb aux tons mats et comme feutrés, dont la superposition savante produit des effets inattendus. Une correspondance de Kōetsu révèle qu'il demandait des ingrédients et des conseils à un membre de l'atelier des Raku et qu'il lui confia parfois le soin de veiller à la cuisson de ses bols, mais ses créations sont originales et personnelles ; il leur donna des noms poétiques, tels Sommet nuageux, Nuage de pluie ou Moment pluvieux.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancien maître de recherche au CNRS, professeure honoraire à l'École du Louvre, chargée de mission au Musée national des arts asiatiques-Guimet

Classification

Autres références

«  KOETSU HON.AMI (1558-1637)  » est également traité dans :

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 382 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « Le connaisseur japonais »  : […] L'intérêt des Japonais pour les créations artistiques ne s'est pas manifesté aussi tôt qu'en Chine. L'élaboration de traités d'esthétique ou de commentaires sur le développement de la calligraphie ou de la peinture fut tardive en ce pays. L'approche des Japonais vis-à-vis de l'œuvre d'art est plus sensible qu'intellectuelle ; elle se base sur une observation minutieuse des moindres détails d'une f […] Lire la suite

LAQUE

  • Écrit par 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT
  •  • 3 927 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Du XIIe siècle à nos jours »  : […] L'art de l'époque Kamakura (1185-1336) ajoute au maki-e le décor en relief, le nashiji , l'emploi de fils d'or. Le style est réaliste, libre et vigoureux ; les allusions littéraires se complètent de caractères mêlés aux autres motifs. C'est sans doute à cette époque qu'apparaissent les laques sculptés, mais les premiers exemples connus sont plus tardifs. L'époque Muromachi (1336-1573) est forteme […] Lire la suite

SŌTATSU NONOMURA (XVIIe s.)

  • Écrit par 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  •  • 1 404 mots

Dans le chapitre « Le marchand d'éventails »  : […] On sait fort peu de choses sur Nonomura Sōtatsu, dont on ignore même les dates de naissance et de mort. Le professeur Yamane Yuzō, qui s'est attaché à l'étude de sa carrière, pense qu'il était issu d'une grande famille marchande, peut-être enrichie dans le commerce des soieries, et qu'il dirigeait l'atelier d' éventails Tawaraya. Sa formation reste obscure ; il pourrait avoir hérité des formules d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Madeleine PAUL-DAVID, « KŌETSU HON.AMI (1558-1637) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/koetsu/