KŌETSU HON.AMI (1558-1637)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le village de Takagamine

En 1614, Kōetsu fut présenté par Sumi-no-kura à Ieyasu, qui lui accorda l'autorisation de s'établir avec quelques amis à Takagamine, dans les collines au nord de Kyōto. On a souvent parlé de Takagamine comme d'un village d'artisans qu'aurait dirigés Kōetsu. Tout récemment, une étude du professeur Hayashiya Tatsusaburo, fondée sur l'ancien plan du village où sont portés les noms de ses habitants, a émis l'hypothèse qu'il s'agissait plutôt d'une réunion des membres des grandes familles marchandes de la ville qui, parvenus à l'âge de la retraite, s'étaient réunis pour se livrer à leurs dévotions en toute tranquillité. On sait que Kōetsu, qui venait de perdre sa mère, fervente adepte de la secte de Nichiren, passa les six premières années de son séjour dans ce lieu à faire élever un sanctuaire en mémoire de la défunte et à réciter des sūtra. Il résida dans plusieurs ermitages, le Teikyōan et le Tokūyusai, appellations qu'il utilisa comme noms de pinceau.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancien maître de recherche au CNRS, professeure honoraire à l'École du Louvre, chargée de mission au Musée national des arts asiatiques-Guimet

Classification

Autres références

«  KOETSU HON.AMI (1558-1637)  » est également traité dans :

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 382 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « Le connaisseur japonais »  : […] L'intérêt des Japonais pour les créations artistiques ne s'est pas manifesté aussi tôt qu'en Chine. L'élaboration de traités d'esthétique ou de commentaires sur le développement de la calligraphie ou de la peinture fut tardive en ce pays. L'approche des Japonais vis-à-vis de l'œuvre d'art est plus sensible qu'intellectuelle ; elle se base sur une observation minutieuse des moindres détails d'une f […] Lire la suite

LAQUE

  • Écrit par 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT
  •  • 3 927 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Du XIIe siècle à nos jours »  : […] L'art de l'époque Kamakura (1185-1336) ajoute au maki-e le décor en relief, le nashiji , l'emploi de fils d'or. Le style est réaliste, libre et vigoureux ; les allusions littéraires se complètent de caractères mêlés aux autres motifs. C'est sans doute à cette époque qu'apparaissent les laques sculptés, mais les premiers exemples connus sont plus tardifs. L'époque Muromachi (1336-1573) est forteme […] Lire la suite

SŌTATSU NONOMURA (XVIIe s.)

  • Écrit par 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  •  • 1 404 mots

Dans le chapitre « Le marchand d'éventails »  : […] On sait fort peu de choses sur Nonomura Sōtatsu, dont on ignore même les dates de naissance et de mort. Le professeur Yamane Yuzō, qui s'est attaché à l'étude de sa carrière, pense qu'il était issu d'une grande famille marchande, peut-être enrichie dans le commerce des soieries, et qu'il dirigeait l'atelier d' éventails Tawaraya. Sa formation reste obscure ; il pourrait avoir hérité des formules d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Madeleine PAUL-DAVID, « KŌETSU HON.AMI (1558-1637) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/koetsu/