SŌTATSU NONOMURA (XVIIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au début du xviie siècle, lors de la création du shōgunat des Tokugawa, Kyōto, perdant sa puissance politique, reste le centre culturel et artistique du Japon. Tandis que Ieyasu utilisait les principes de l'éthique confucianiste pour consolider son pouvoir, la noblesse de cour, nostalgique, collaborait avec les riches marchands pour faire revivre la culture nationale créée à l'époque Heian. Sous leur impulsion, un peintre indépendant, Nonomura Sōtatsu, fera, dans un style personnel, revivre le Yamato-e d'antan.

Le marchand d'éventails

On sait fort peu de choses sur Nonomura Sōtatsu, dont on ignore même les dates de naissance et de mort. Le professeur Yamane Yuzō, qui s'est attaché à l'étude de sa carrière, pense qu'il était issu d'une grande famille marchande, peut-être enrichie dans le commerce des soieries, et qu'il dirigeait l'atelier d'éventails Tawaraya. Sa formation reste obscure ; il pourrait avoir hérité des formules dégénérées d'un atelier privé, adepte du style Tosa.

Les fabricants d'éventails effectuaient aussi le décor des papiers, ornés d'or et d'argent, utilisés pour les échanges de correspondance et la transcription des poèmes d'une clientèle raffinée. Est-ce à ce titre que, selon son ami Kōetsu, Sōtatsu participa, en 1602, à la réparation des Heike no kyō, les trente-deux rouleaux richement décorés qu'en 1160 le clan des Taira avait offerts au sanctuaire d'Itsukushima, après y avoir transcrit le Hokke kyō sūtra du Lotus de la Bonne Loi, Sōtatsu aurait remplacé les montures de plusieurs de ces rouleaux, ainsi que deux mikaeshi (frontispices) qu'il orna de paysages et d'animaux, tracés à l'encre d'or et d'argent.

Cette expérience orienta peut-être son inspiration. Un grand nombre d'éventails disposés sur des paravents (au Daigo-ji et à la Maison impériale) lui sont attribués. On y trouve souvent des scènes s'inspirant des guerres qui mirent aux prises les Taira et les Minamoto au cours des ères Hōgen et Heiji (au milieu du xiie s.). Sur les fonds des paravents de la Maison impériale, des semis de feuilles d'or et d'argent évoquent les décors en maki-e des laques de l'époque Heian.

Parmi ces peintures, on distingue les œuvres du maître et celles de son atelier qui portent fréquemment le cachet I-nen. Ce cachet fut, par la suite, celui de son fils ou de son disciple Sōsetsu, qui lui succéda à la tête de son entreprise et reste connu pour ses nombreux paravents à décors de fleurs. Décorateur de papiers, Sōtatsu prépara quelques-uns de ceux qui servirent à l'impression des saga-hon, ces recueils de textes anciens édités par Sumi-no-kura Sōan et pour lesquels Kōetsu composa des modèles de calligraphie. Cette collaboration des deux artistes devait se poursuivre dans les rouleaux ornés de fleurs ou d'oiseaux sur lesquels Kōetsu transcrivit des poèmes classiques et des .

Il semble que les rapports entre ces deux hommes, qui surent si parfaitement harmoniser la disposition des motifs décoratifs et celle de la calligraphie, furent très suivis. Sōtatsu innove dans la technique, traitant avec vigueur les motifs dépourvus de cerne, utilisant l'antique parti chinois de la peinture « sans os » (cf. peinture – Les techniques). On a supposé que Kōetsu lui aurait suggéré quelques sujets ; il se pourrait aussi que sa clientèle aristocratique l'ait dirigé par ses commandes. Tout le passé de l'ancienne cité impériale revit dans son interprétation des Kasen, les poètes de l'époque Heian, ou de l'Ise monogatari, précieux album où de vives couleurs posées en aplats s'allient au fond d'or.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancien maître de recherche au CNRS, professeure honoraire à l'École du Louvre, chargée de mission au Musée national des arts asiatiques-Guimet

Classification

Autres références

«  SOTATSU NONOMURA ( XVII e s.)  » est également traité dans :

KŌETSU HON.AMI (1558-1637)

  • Écrit par 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  •  • 1 229 mots

Dans le chapitre « Les rouleaux décorés »  : […] On ignore quand commença sa collaboration avec Tawaraya Sōtatsu. Il semble que celui-ci ait épousé une cousine du célèbre calligraphe. Il possédait un atelier de peinture ( machi-e ) où l'on fabriquait surtout des éventails. Dès 1605, il avait collaboré avec Suminokura Koan pour lequel il tailla des bois destinés à illustrer un ouvrage imprimé. Il fit le même travail pour certains rouleaux calligr […] Lire la suite

KŌRIN OGATA (1658-1716)

  • Écrit par 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  •  • 1 335 mots

Dans le chapitre « Une carrière tardive »  : […] Entre 1699 et 1701, Kōrin décora, à la demande de son frère Kenzan, les poteries créées par ce dernier. Mais il devait déjà être apprécié puisqu'il reçut, en 1701, le titre honorifique d' hōkkyō , que portent la plupart de ses peintures. Selon le professeur Yamane Yuzō, deux œuvres peuvent être attribuées à une époque antérieure. Une peinture à l'encre récemment retrouvée montre Hōtei, l'un des se […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Madeleine PAUL-DAVID, « SŌTATSU NONOMURA (XVIIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sotatsu-nonomura/