KHĀRIDJISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les doctrines politiques

Le reproche adressé à ‘Alī était d'avoir accepté l'arbitrage. Si la désignation régulière d'un calife et l'hommage qu'il reçoit ne sont que la manifestation extérieure du choix de Dieu, celui qui est investi d'une telle charge n'a pas le droit de la laisser remettre en question en la soumettant à des arbitres humains (ce qui d'ailleurs rappelait trop les coutumes des tribus antéislamiques). Il perd, ce faisant, sa qualité de calife parce qu'il ne respecte pas l'ordre divin. La formule des khāridjites était : « L'arbitrage n'appartient qu'à Dieu. » Devant le Livre de Dieu, tous les hommes sont égaux, même l'imām (ou calife), contre qui on doit se révolter jusqu'à le mettre à mort s'il contrevient aux commandements de Dieu et à la sunna du Prophète. Ainsi les khāridjites s'élevaient-ils contre les privilèges mondains de l'aristocratie qurayshite, qui allaient s'accentuer encore avec Mu‘āwiya et les califes umayyades. La secte a répandu par les armes et la terreur ses idées égalitaires et « démocratiques ». Le calife peut être pris en dehors de Quraysh : tout croyant pieux qui pratique la justice et ne fait de tort à personne, fût-il un esclave noir, peut-être porté à cette charge ; il la conserve aussi longtemps qu'il reste fidèle. Mais il n'est pas nécessaire, contrairement à ce qu'affirme la doctrine sunnite, que la communauté ait un calife : elle n'en désigne un que si elle le juge utile et si elle trouve l'homme qui convient. C'est la communauté tout entière qui doit élire le calife par un choix parfaitement libre.

Le rigorisme moral et religieux qui se dégage de ces principes, et qui devait régenter la société et la vie politique, explique pourquoi on a appelé les khāridjites les « puritains de l'Islam ». Néanmoins leurs motivations n'étaient pas aussi pures qu'ils l'affirmaient : il semble qu'ils se soient d'abord recrutés parmi les croyants qui, n'étant ni Qurayshites ni alliés au Prophète, se voyaient exclus du califat, et même écartés de tout pouvoir, pour peu que le calife succombât à l'esprit [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  KHARIDJISME  » est également traité dans :

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Jean LECA, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA
  • , Universalis
  •  • 42 026 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La conquête arabe »  : […] Tandis que, dans l'Algérie occidentale, se reconstituaient de grandes confédérations berbères, les Arabes venus d'Égypte pénétrèrent, dès 647, dans le Maghreb. Mais ce fut seulement en 683 que la grande armée de Sidi ‘Oqba en entreprit la conquête. Byzantins et Berbères, souvent alliés, résistèrent de leur mieux. L'histoire a conservé le nom de deux de leurs chefs : Kosayla qui reprit même aux Ar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/algerie/#i_32989

‘ALĪ IBN ABĪ ṬĀLIB (600 env.-661)

  • Écrit par 
  • Georges BOHAS
  •  • 661 mots

Cousin de Muḥammad, et l'un des premiers convertis à l'islam. En 623 (ou 624), ‘Alī épouse Fāṭima, fille du Prophète et de sa première épouse, Khadīdja. À la mort du Prophète, en 632, il ne lui succède pas à la tête de la communauté : ce n'est qu'en 656 qu'il sera élu calife. La légende et la dispute théologique se sont rapidement emparées du personnage. Ainsi, certaines sectes shī‘ites extrémiste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ali-ibn-abi-talib/#i_32989

CORAN (AL-QURĀN)

  • Écrit par 
  • Régis BLACHÈRE, 
  • Claude GILLIOT
  •  • 13 323 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'exégèse allégorique et les autres courants »  : […] Les juristes théologiens, qui lisent le Coran en philologues et en juristes, ont tenté d'imposer l'idée que la lecture spiritualiste des mystiques représente une nouveauté qui est étrangère au Coran ; or le commentaire de Muqātil, dont il a été question plus haut, montre que celui-ci lisait le Coran selon une triple méthode, littérale, historique et allégorique. On trouve déjà chez lui les prémic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coran/#i_32989

IBADITES ou IBĀDIYYA

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 344 mots

Importante branche des khawāridj ou kharidjites, la secte des ibādiyya , ou ibadites, existe toujours dans le sultanat d'Oman et en Afrique du Nord (à Ojerba en Tunisie, dans le M'zab en Algérie et dans le djebel Nefusa en Libye). La tradition veut que cette branche se soit séparée des khawaridj extrémistes quand, en 684, ‘Abd Allah b. Ibād adopta enver […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibadites-ibadiyya/#i_32989

ISLAM (La religion musulmane) - Les fondements

  • Écrit par 
  • Jacques JOMIER
  •  • 12 611 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ce monde et l'autre »  : […] L'islam refuse de dissocier ce monde et l'autre. À la différence du christianisme, il ne croit pas au péché originel et admet donc d'emblée que l'homme est bon et qu'avec l'aide de Dieu, il peut parfaitement tenir tête aux forces du mal (c'est-à-dire aux passions et à Satan). Aussi est-il normal qu'on recherche à la fois les biens de ce monde et ceux de l'autre, dans les limites légales. Certes, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-religion-musulmane-les-fondements/#i_32989

ISLAM (La religion musulmane) - Les sciences religieuses traditionnelles

  • Écrit par 
  • Chafik CHEHATA, 
  • Roger DELADRIÈRE, 
  • Daniel GIMARET, 
  • Guy MONNOT, 
  • Gérard TROUPEAU
  •  • 12 202 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  La théologie »  : […] En islam, la théologie a été appelée curieusement « science de la parole » (‘ ilm al- kalām ), et ceux qui la pratiquent « ceux qui parlent » ( al-mutakallimūn ). On a proposé de cela plusieurs explications ; celle qui prévaut aujourd'hui est que ladite science aurait été ainsi caractérisée non par son objet, mais par son mode d'arg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-religion-musulmane-les-sciences-religieuses-traditionnelles/#i_32989

MOZABITES

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON
  •  • 2 292 mots

Dans le chapitre « La survivance d'une communauté religieuse »  : […] Les Mozabites sont une communauté religieuse créée par l'énergie d'une petite secte, les ibāḍites ( ibāḍiyya ) ; celle-ci constitue l'une des branches du khāridjisme ( al-khawā rij , les sortants), le plus ancien schisme de l'islam, qui fut un temps la doctrine au nom de laquelle les Berbères luttèrent contre les Arabes et redevinrent maîtres de la part […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mozabites/#i_32989

MU‘TAZILISME

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 5 844 mots

Dans le chapitre « L'ancien mu‘tazilisme »  : […] H. S. Nyberg et après lui H. Laoust ont insisté sur les circonstances politiques dans lesquelles est apparu le mu‘tazilisme. En arabe, mu‘tazila est le participe du verbe i‘tazala qui signifie « se séparer » (d'où i‘tizāl, « action de se séparer »). Pour expliquer cette dénomination, les hérésiographes musulmans rapportent que Wāṣi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mu-tazilisme/#i_32989

OMEYYADES ou UMAYYADES

  • Écrit par 
  • Claude CAHEN
  •  • 2 588 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Conquêtes et luttes de partis »  : […] Au moment où Mu‘āwiya prend le pouvoir, les Arabes avaient déjà soumis tous les pays sémitiques du Proche-Orient, ainsi que l'Égypte et la majeure partie de l'Iran propre. L'accroissement des distances, les limites des effectifs, l'essoufflement des vainqueurs vieillis expliquent suffisamment, même sans faire intervenir les conflits intérieurs, le ralentissement des conquêtes. Les Omeyyades, en de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/omeyyades-umayyades/#i_32989

SUNNISME

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 3 618 mots

Dans le chapitre « Entre le shī‘isme et le khāridjisme »  : […] Après la crise de la fitna (sédition) qui, sous le calife ‘Alī, brisa définitivement l'unité de la communauté islamique, le shī‘isme et le khāridjisme se constituèrent en partis extrémistes et opposés. Le premier estimait que le califat (ou imāmat) appartenait de droit aux descendants directs du Prophète ; le second professait une opinion contraire, qu'on a parfois qualifiée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sunnisme/#i_32989

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger ARNALDEZ, « KHĀRIDJISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kharidjisme/