KÉRATINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Caractéristique des téguments, la kératine est une scléroprotéine largement représentée dans le règne animal, surtout chez les vertébrés, remarquable par sa grande insolubilité, sa résistance aux enzymes protéolytiques et par sa haute teneur en cystine. Les structures organiques constituées par la kératine sont, en général, des tissus morts qui conservent peu de traces de leur origine cellulaire ; elles remplissent des fonctions constructives et protectrices (ongles, griffes, cornes, couche cornée de l'épiderme, plumes, poils, cheveux, laine).

Les structures kératinisées ont des caractères physiques différents. On distingue deux types de kératines. Molles, elles tendent à se desquamer en écailles, sont plastiques, translucides, souvent assez onctueuses, et s'hydratent assez facilement. Dures, elles sont compactes, résistantes, de couleur jaune et n'ont pas tendance à la desquamation.

La microscopie électronique montre que les structures kératinisées sont constituées de protofilaments ayant un diamètre constant (de 7 à 8 nm) et une longueur indéterminée. Dans certaines régions (poils), la disposition compacte des protofilaments réalise une symétrie hexagonale. Les segments, biréfringents en lumière polarisée, présentent toujours une orientation correspondante des protofilaments : ceux-ci, étroitement parallèles, sont disposés en faisceaux entrelacés, en lamelles, par une orientation variée dans les différentes couches. Entre les protofilaments, on trouve un matériel amorphe, appelé « matrice interfilamenteuse ».

La composition en acides aminés de la kératine varie selon les espèces et selon les organes ; elle ne serait donc pas une protéine homogène. Deux composants ont été mis en évidence : l'un macromoléculaire, de poids moléculaire supérieur à 50 000, pauvre en acides aminés soufrés ; l'autre micromoléculaire, beaucoup plus riche en acides aminés soufrés (cystine). Le premier représente le composant des filaments, le second celui de la matrice.

Les kératines sont des chaînes polypept [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  KÉRATINE  » est également traité dans :

ACNÉ JUVÉNILE

  • Écrit par 
  • Pierre de GRACIANSKY
  •  • 595 mots

Sur une peau grasse, dite séborrhéique, l'acné juvénile, ou acné polymorphe, survient dans les deux sexes à la puberté. Le point de départ est le comédon. Les comédons noirs, mélange de kératine et de sébum, obstruent l'orifice des follicules pilo-sébacés ; la kératine ou la poussière les colorent en noir. Ils se laissent facilement extraire à l'aide d'appareils appropriés. Les comédons blancs, vé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acne-juvenile/#i_11721

KÉRATODERMIE

  • Écrit par 
  • Pierre de GRACIANSKY
  •  • 259 mots

L'épaississement en nappe ou en îlots de la couche cornée palmaire ou plantaire, cantonné en ces zones ou transgressif sur les régions voisines, a de multiples causes. Les traumatismes , souvent professionnels, suscitent des cals dont l'aspect peut évoquer le métier exercé. L' intoxication arsenicale chronique se traduit par une hyperkératose verruqueus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/keratodermie/#i_11721

KÉRATOSES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 404 mots

La kératose désigne toute protubérance de la peau résultant d'un surdéveloppement de la partie la plus superficielle de l'épiderme, la couche cornée, dont le principal constituant est une protéine, la kératine. La synthèse de cette dernière s'effectue au niveau de cellules cutanées particulières, les kératinocytes. De façon plus générale, la kératose correspond à tout trouble de la peau accompagn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/keratoses/#i_11721

PARAKÉRATOSE

  • Écrit par 
  • Pierre de GRACIANSKY
  •  • 521 mots

On rencontre la parakératose dans de nombreuses dermatoses, le psoriasis par exemple, dont elle est un élément anatomo-pathologique important. C'est une lésion histologique qui traduit un trouble de la kératinisation : les cellules épidermiques qui constituent la couche cornée à la surface de la peau conservent leur noyau, qu'elles auraient dû perdre. Il en résulte la formation de squames plus ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parakeratose/#i_11721

PEAU

  • Écrit par 
  • Louis DUBERTRET
  •  • 8 222 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les ongles »  : […] Comme les cheveux, les ongles sont des productions épithéliales très complexes aboutissant, grâce à l'assemblage de fibres de kératine, à la formation d'une corne très résistante poussant en moyenne de 0,1 millimètre chaque jour. Comme le cheveu, l'ongle est produit par une matrice épithéliale aboutissant à la réunion de trois lames épithéliales kératinisées étroitement unies : la table externe, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peau/#i_11721

PIGMENTATION ANIMALE

  • Écrit par 
  • Alain BOUTHIER, 
  • René LAFONT
  •  • 4 141 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les diverses cellules à pigments »  : […] Les pigments peuvent soit être intracellulaires, soit être déposés à demeure dans des structures extracellulaires, comme les poils, les plumes, la cuticule ou la coquille. Dans le second cas, les pigments sont élaborés par des cellules qui transfèrent ensuite leur contenu dans ces structures, qui jouent en quelque sorte un rôle d'« organes d'accumulation ». Nous n'envisagerons ici en détail que l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pigmentation-animale/#i_11721

TEXTILE

  • Écrit par 
  • Eugène AMOUROUX, 
  • Jean-Yves DRÉAN, 
  • Claude FAUQUE, 
  • André PARISOT, 
  • Marc RENNER, 
  • Richard A. SCHUTZ
  •  • 23 393 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La laine »  : […] Parmi les poils d'animaux, la laine de mouton occupe une place de choix. C'est un filament kératinisé comprenant une partie libre, le « fût », se terminant en pointe, et une partie enfoncée dans le derme, la racine, comprise dans un sac, le follicule pileux ou bulbe, d'où pousse le poil. Ce follicule présente un cycle évolutif saisonnier permettant un renouvellement du pelage. Le nombre, le cara […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/textile/#i_11721

Pour citer l’article

Geneviève DI COSTANZO, « KÉRATINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/keratine/