JUSTES PARMI LES NATIONS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'appellation de Juste parmi les Nations adoptée par l'État d'Israël, selon une loi de 1953, désigne les non-juifs qui ont pris des risques importants, mettant souvent leur vie en péril, pour secourir les juifs voués à l'assassinat massif par l'Allemagne national-socialiste. L'État hébreu a créé pour ces bienfaiteurs une distinction spéciale, accordée par une commission présidée par un juge de la Cour suprême. Ceux qui en sont honorés reçoivent une médaille à leur nom, accompagnée de cette maxime biblique : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier. » En raison du climat de guerre qui a entouré la naissance d'Israël, il fallut attendre six ans pour que fût fondé à Jérusalem, sur le mont Herzl, un lieu de mémoire de la Shoah. Israël fit édifier un monument (yad en hébreu) pour inscrire le nom (shem) des millions de victimes, mais aussi de ceux qui s'opposèrent au génocide. Depuis 1953, des milliers d'hommes et de femmes ont reçu cette distinction (23 788 au 1er janvier 2011). Eux-mêmes ou un proche parent, lorsqu'ils étaient honorés à titre posthume, plantaient un arbre le long de l'allée des Justes qui conduit au mémorial Yad Vashem, appellation tirée du Livre d'Isaïe (chapitre lvi, verset 5) : « Je leur donnerai dans ma maison et dans mes remparts un monument et un nom meilleurs que des fils et des filles [...] un nom éternel... » Depuis 1992, faute de place, le rite a été remplacé par une autre cérémonie. Le terme de « juste », tsaddik en hébreu, est le plus haut titre de vertu biblique. Il apparaît dans le livre de la Genèse (chapitre vi), avec Noé qui, par sa droiture, sauve le genre humain et de nombreuses espèces animales. Selon la Mishna, le Talmud et les autres textes rabbiniques qui complètent la Tōrah pour former le corps doctrinal du judaïsme, le juste est celui qui observe [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  JUSTES PARMI LES NATIONS  » est également traité dans :

TROCMÉ-GRILLI DI CORTONA MAGDA (1901-1996)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 660 mots

Disparue le 10 octobre 1996, deux ans après que La Colline aux mille enfants de Jean-Louis Lorenzi eut recréé pour la télévision le sauvetage de nombreux enfants juifs réussi à partir du Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire), Magda Trocmé restera au petit nombre des Justes dont le mémorial de Yad Vashem à Jérusalem et le musée de l'Holocauste à Washin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magda-trocme-grilli-di-cortona/#i_85883

Pour citer l’article

Philippe DENOIX, « JUSTES PARMI LES NATIONS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/justes-parmi-les-nations/