REYNOLDS JOSHUA (1723-1792)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La théorie et la pratique

Les quinze conférences que prononça Reynolds à l'intention des étudiants de la Royal Academy de 1769 à 1790 sont souvent citées pour éclairer tel ou tel aspect de sa peinture. Pourtant, l'ambition de ces Discours sur l'art dépassait de loin son œuvre et tendait à fixer les principes généraux de l'art pour l'éternité. On sait qu'elles représentent le fruit de siècles d'enseignement de la peinture depuis la Renaissance, et qu'elles font figure de bilan plus que de manifeste. Toutefois, certaines pages permettent de mieux comprendre la signification de l'art de Reynolds. Quand on lit par exemple : « Un peintre d'histoire peint l'homme en général ; un portraitiste peint un individu et par conséquent un modèle imparfait », on saisit à quel point il a voulu se démarquer de ceux qui ne se préoccupaient que de ressemblance. Il l'a fait en idéalisant systématiquement les visages des modèles. De même, il a souvent atténué la référence au présent en simplifiant le vêtement. Pourtant, rendre les visages moins typés et les costumes moins datés ne suffisait pas à Reynolds pour atteindre son véritable objectif qui était d'élever le statut du portrait. La mise en scène d'éléments mythologiques ou littéraires dans ses tableaux signifie-t-elle pour autant que le peintre a opéré la jonction entre le portrait et la « grande » peinture ? Il ne le semble pas, car s'il présente par exemple Miss Kitty Fisher en Cléopâtre (1759, Kenwood), c'est à titre de référence culturelle flatteuse pour une demi-mondaine et divertissante pour le public.

L'élévation du statut esthétique du portrait fut plutôt obtenue par des moyens proprement picturaux, le plus important étant les emprunts délibérés aux maîtres d'autrefois, tant au niveau de la lumière, de la composition, que de la pose elle-même. Parfaitement à l'aise dans la tradition classique du disciple-essayant-d'égaler-le-maître, Reynolds n'a en aucune façon le souci de l'originalité comme une fin en soi. Il affirme hautement que ces maîtres sont les meilleurs interprètes de la « nature », et que l'artiste doit éduquer so [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Médias de l’article

Le Colonel Tarleton, J. Reynolds

Le Colonel Tarleton, J. Reynolds
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Mrs. Abington en "Miss Prue", J. Reynolds

Mrs. Abington en "Miss Prue", J. Reynolds
Crédits : Bridgeman Images

photographie





Écrit par :

  • : professeur à l'université de Clermont-Ferrand-II-Blaise-Pascal

Classification


Autres références

«  REYNOLDS JOSHUA (1723-1792)  » est également traité dans :

DISCOURS SUR LA PEINTURE, Joshua Reynolds - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 077 mots
  •  • 1 média

Les quinze Discours sur la peinture, prononcés par sir Joshua Reynolds (1723-1792) entre 1769 et 1790, publiés au fur et à mesure, très lus et diffusés jusqu'au xixe siècle, en partie à cause de la réputation de peintre de leur auteur, sont inséparables de l'homme et de sa carrière, autant que […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 8 171 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'ère des « connaisseurs » (1714-1830) »  : […] L'accession de la dynastie des Hanovre en 1714 marque le début d'une ère de stabilité politique et de prospérité économique, où la Grande-Bretagne devient une grande puissance européenne. Les élites sociales, désormais, ne fondent plus leur autorité seulement sur la possession de la terre et sur le pouvoir politique, mais aussi, de plus en plus, sur la maîtrise du goût et de la vie artistique. Le […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Aquarelle

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ
  •  • 3 838 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La libération de la forme et de la couleur »  : […] Tout s'est passé comme si les aquarellistes, en adoptant un nouveau médium, en profitèrent pour abandonner les conventions traditionnelles de la peinture de paysage, enseignées dans les académies et les studios d'artistes. On assiste vers 1780, notamment avec les vues de montagne de John Robert Cozens (1752-1797) et de Francis Towne (1740-1816), à un éclatement de la structure formelle du paysage […] Lire la suite

AUTOPORTRAIT, peinture

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 584 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le peintre au travail : le triomphe de la peinture »  : […] Bien qu'il ne s'agisse pas d'un véritable autoportrait, l'image de Marcia peignant son propre portrait}} à l'aide d'un miroir ( Livre des femmes nobles et renommées de Boccace, 1402, Bibliothèque nationale de France, Paris ) montre bien ce qui est en jeu dans la représentation de l'artiste au travail, a fortiori dans le cas d'un autoportrait : la célébration, en abyme, d'un art de l'illusion. Ap […] Lire la suite

COPLEY JOHN SINGLETON (1738-1815)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 856 mots
  •  • 1 média

Peintre américain. Copley joue un rôle essentiel dans l'histoire de la peinture américaine, car c'est lui qui la fait passer de la tradition archaïque des « primitifs », caractérisée par un style linéaire à deux dimensions, de caractère idéographique, et par des formules stéréotypées, à une vision beaucoup plus réaliste, remarquablement accordée au génie et au goût de l'Amérique coloniale. Lui-mêm […] Lire la suite

GAINSBOROUGH THOMAS (1727-1788)

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ
  •  • 2 934 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les étapes du succès »  : […] Comme Constable, Gainsborough est originaire du Suffolk, où il naquit en 1727 dans la famille d'un drapier de Sudbury. Il manifesta des dons précoces de dessinateur, et sa famille accepta de l'envoyer à Londres vers 1740, où il devint l'assistant du graveur français Gravelot, qui diffusa en Angleterre le style rococo. Le jeune homme se mit à peindre sans recevoir de véritable formation, et sans a […] Lire la suite

LAWRENCE sir THOMAS (1769-1830)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 578 mots
  •  • 3 médias

Peintre anglais. Bien que Thomas Lawrence ait exécuté quelques peintures d'histoire au début de sa carrière ( Homère récitant ses poèmes , exposé en 1791, coll. Kincaid-Lennox, Downton Castle), sa production presque entière se compose de portraits. Lawrence est, dans ce domaine, le successeur immédiat de Reynolds et de Gainsborough, et l'héritier de l'éclatante tradition inaugurée au xvii e  siècl […] Lire la suite

PHYSIOGNOMONIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LECOQ
  •  • 8 003 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les artistes et la physiognomonie »  : […] La physiognomonie s'est constituée à l'origine en dehors de tout rapport avec les arts plastiques. Mais à partir du moment où les auteurs décidèrent d'illustrer leurs traités, ils devinrent étroitement tributaires des artistes. Certaines des têtes de Cocles et d'Indagine sont manifestement tirées de tableaux et de gravures. Della Porta a reproduit des bustes antiques et des portraits modernes (Pic […] Lire la suite

RAMSAY ALLAN (1713-1784)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 273 mots
  •  • 1 média

Peintre écossais dont la carrière se déroule pour l'essentiel en Angleterre. Fils du poète Allan Ramsay (1685-1758), il est avec Thomas Hudson, et mis à part Hogarth, le principal représentant de la génération de portraitistes anglais qui prépare l'époque classique de Reynolds et de Gainsborough. Il étudie successivement à Londres, avec le Suédois Hans Hysing, à Rome avec Francesco Fernandi Imperi […] Lire la suite

WEST BENJAMIN (1738-1820)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 846 mots
  •  • 2 médias

Peintre américain. Bien que West soit né en Amérique et qu'il y ait appris la « partie mécanique » (selon ses propres termes) de la peinture, son œuvre est entièrement étrangère au développement de l'art américain. Au contraire, elle occupe une position centrale et joue un rôle décisif dans l'histoire de la peinture européenne à la fin du xviii e siècle. West se rend en Italie de 1760 à 1763, séj […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques CARRÉ, « REYNOLDS JOSHUA - (1723-1792) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joshua-reynolds/