Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DISCOURS SUR LA PEINTURE, Joshua Reynolds Fiche de lecture

<it>Mrs. Abington en "Miss Prue"</it>, J. Reynolds - crédits :  Bridgeman Images

Mrs. Abington en "Miss Prue", J. Reynolds

Les quinze Discours sur la peinture, prononcés par sir Joshua Reynolds (1723-1792) entre 1769 et 1790, publiés au fur et à mesure, très lus et diffusés jusqu'au xixe siècle, en partie à cause de la réputation de peintre de leur auteur, sont inséparables de l'homme et de sa carrière, autant que de l'institution et de l'époque qui les ont vu naître. Très marqués par la situation des arts en Grande-Bretagne au milieu du xviiie siècle, ils sont pourtant loin d'être marginaux dans la pensée et l'esthétique des Lumières. Reynold y développe, au fur et à mesure, une conception devenue classique de l'œuvre d'art, emblématique d'un équilibre entre tradition et innovation, et où l'originalité de l'artiste ne vaut que par rapport à l'Antiquité et aux maîtres de la Renaissance. Cette conception n'est pas très éloignée de l'enseignement dispensé alors dans les autres institutions académiques européennes, à commencer par l'Académie royale de peinture et de sculpture de Paris, modèle de celle de Londres.

Au sein de l'Académie

Reynolds était l'un des artistes britanniques les plus renommés lorsqu'il fut choisi, en 1768, pour être le premier président de la Royal Academy, qui venait d'être fondée. Grand connaisseur de l'art, en particulier de la peinture, il avait fait le « grand tour » d'Italie, connaissait la France, la Hollande et les Flandres, et était un collectionneur averti. Il profita de sa nouvelle position pour renforcer une école britannique encore jeune, mais en plein développement : il fallait définir son originalité par rapport aux modèles continentaux, notamment les écoles française et italienne, l'inscrire dans la continuité de la peinture européenne depuis la Renaissance et lui donner les bases théoriques supposées par l'établissement même d'une Académie.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Pour citer cet article

Barthélémy JOBERT. DISCOURS SUR LA PEINTURE, Joshua Reynolds - Fiche de lecture [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

<it>Mrs. Abington en "Miss Prue"</it>, J. Reynolds - crédits :  Bridgeman Images

Mrs. Abington en "Miss Prue", J. Reynolds

Autres références

  • REYNOLDS JOSHUA (1723-1792)

    • Écrit par Jacques CARRÉ
    • 2 437 mots
    • 3 médias
    ...l'intention des étudiants de la Royal Academy de 1769 à 1790 sont souvent citées pour éclairer tel ou tel aspect de sa peinture. Pourtant, l'ambition de ces Discours sur l'art dépassait de loin son œuvre et tendait à fixer les principes généraux de l'art pour l'éternité. On sait qu'elles représentent...

Voir aussi