KOSUTH JOSEPH (1945- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Joseph Kosuth a appartenu au noyau d'artistes qui formèrent l'art conceptuel, mouvement dont la ligne directrice consistait à donner la prévalence à l'idée, à la conception et à la formulation des œuvres au détriment de leur matérialité. Il s'agissait du groupe américain constitué par Robert Barry, Douglas Huebler, Lawrence Weiner et lui-même, et du groupe anglais Art & Language (Terry Atkinson, Michael Baldwin, Charles Harrison).

Le langage comme médium

Le parcours de Joseph Kosuth est fulgurant : né en 1945 à Toledo (Ohio, États-Unis), ses premières œuvres de 1965 sont remarquées et aussitôt discutées par le milieu artistique américain, surtout à partir de 1967, lors de sa première exposition publique (Lannis Gallery, New York). À cette époque, il organise lui-même des cours à la School of Visual Arts et, dès lors, ne cessera plus de mener de front diverses activités intellectuelles et artistiques : directeur de galerie (en 1967, il fonde à New York la Lannis Gallery), critique d'art, collaborateur de revues (notamment Art & Language et The Fox), conférencier, professeur, organisateur d'expositions, théoricien. Pour Kosuth, la production de textes théoriques est inséparable de la production d'œuvres car le texte crée un lien entre l'objet artistique et la réflexion sur celui-ci, c'est par lui que l'idée et la conceptualité prennent le pas sur la matérialité de l'œuvre.

Conformément à ces principes, l'œuvre de Kosuth consiste essentiellement en installations dans des galeries et des musées ou bien en interventions dans la rue. N'ayant donc pas de véritable atelier, l'« idéaste » qu'est Joseph Kosuth partage sa vie entre New York et différentes villes d'Europe, et ses œuvres sont le résultat d'un travail sur la conception.

Issu de ce bref moment qu'est l'art conceptuel – il dura de 1967 à 1972 –, le travail de Joseph Kosuth en est assurément la meilleure représentation puisqu'il fut à l'origine de cette esthétique qu'il diffusa et qui occupe une place fondamentale dans l'histoire de l'art du xxe siècle. Son œuvre marque u [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur en esthétique à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art

Classification


Autres références

«  KOSUTH JOSEPH (1945- )  » est également traité dans :

DÉMATÉRIALISATION DE L'ŒUVRE D'ART

  • Écrit par 
  • Florence de MÈREDIEU
  •  • 1 626 mots

Dans le chapitre « L'immatériel, le conceptuel, le virtuel »  : […] On assiste, dans la seconde moitié du xx e  siècle, au développement d'un art qui tend à se passer le plus possible de matière, voire à s'en affranchir totalement. À la fin des années 1950, Yves Klein se fait le chantre de l'immatériel. Toiles monochromes (à partir de 1955), exposition « du vide » (1960), cession de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dematerialisation-de-l-oeuvre-d-art/#i_84320

DESSIN CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Philippe PIGUET
  •  • 2 082 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le wall drawing »  : […] Le dessin acquiert une dimension d'architecture dès lors qu'il s'agit de wall drawings (« dessins muraux »), un concept qui s'est développé dans la foulée de l'art conceptuel et qui n'est pas sans rappeler l'art de la fresque. Dans ce domaine, il y va pour l'essentiel de grandes compositions abstraites dont les figures géométriques visent au dialogue avec l'espace qui les a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dessin-contemporain/#i_84320

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « De l'influence de l'art conceptuel »  : […] Ces mêmes principes d'unicité, d'indivisibilité, de symétrie et de clarté, souvent teintés de revendications nihilistes, se retrouvent en partie dans le pop art, qui constitue une autre des échappatoires au récit moderniste. Bien que d'origine britannique, le phénomène pop va connaître une expansion et une notoriété sans équivalents aux États-Unis. Ses représentants, plus ou moins dissidents, ceu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-les-arts-plastiques/#i_84320

MINIMAL ET CONCEPTUEL ART

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA, 
  • Catherine MILLET, 
  • Erik VERHAGEN
  •  • 6 311 mots

Dans le chapitre « Un nouveau langage critique »  : […] Héritier du formalisme, l'art conceptuel en porte, dans le même temps, la critique. Les pratiques artistiques auxquelles correspond historiquement la critique formaliste sont celles qui introduisent l'attitude des artistes conceptuels. À la suite de Newman et de Reinhardt, une grande partie de l'art américain, peinture et sculpture, tend à une géométrisation des formes, à une objectivation de l'œ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-minimal-et-conceptuel/#i_84320

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacinto LAGEIRA, « KOSUTH JOSEPH (1945- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-kosuth/