KOSUTH JOSEPH (1945- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La nature de l'art

La première œuvre importante de Joseph Kosuth, One and Three Chairs (1965), illustre parfaitement cette démarche : une chaise est placée devant un mur, à côté d'elle une photographie de cette même chaise est placée au sol, enfin un photostat de la définition du mot « chaise » est accroché au mur. Cette œuvre est typique de la première manière de Joseph Kosuth, période qui va de 1965 à 1975 et pendant laquelle il s'est consacré aux prémices de son travail.

Cependant, l'œuvre n'est ni le support matériel particulier à partir duquel sont émises des évaluations plus générales ni la référence dernière du jugement esthétique. S'il n'a pas recours à une réalisation matérielle extérieure, l'art doit donc puiser en lui-même sa propre définition, ce qui suppose qu'il possède a priori un réseau de propositions grâce auxquelles on peut poser la question de la « nature de l'art ». Pour qu'une telle recherche puisse être menée, il faut disposer d'outils conceptuels issus du langage qui soient hors de toute relation avec l'expérience sensible, indépendants d'une aisthésis à travers un objet : l'art n'est plus un art d'objets et de réalisations matérielles, il devient son propre objet. La logique qui consistera à présenter une œuvre d'art comme une proposition prenant place parmi d'autres œuvres, donc parmi d'autres propositions, conduira Kosuth à affirmer que celles-ci ne parlent de rien d'autre que de l'art : l'œuvre comme proposition n'est qu'une définition de l'art. Les œuvres seront donc considérées comme des « propositions analytiques », c'est-à-dire que leurs propres formulations de départ sont autosuffisantes, ce qui leur confère un statut tautologique. Cette notion de tautologie, empruntée à la logique – centrale pour la « philosophie analytique » et notamment pour Wittgenstein –, sera un outil conceptuel essentiel pour Kosuth, puisque le langage devient à la fois l'agent et le résultat en permettant de concevoir l'art comme une idée qui se comprend et s'appréhende elle-même : en émettant une idée ou une formulation sur l'art, l'œuvre permet de concevoir [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur en esthétique à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art

Classification


Autres références

«  KOSUTH JOSEPH (1945- )  » est également traité dans :

DÉMATÉRIALISATION DE L'ŒUVRE D'ART

  • Écrit par 
  • Florence de MÈREDIEU
  •  • 1 626 mots

Dans le chapitre « L'immatériel, le conceptuel, le virtuel »  : […] On assiste, dans la seconde moitié du xx e  siècle, au développement d'un art qui tend à se passer le plus possible de matière, voire à s'en affranchir totalement. À la fin des années 1950, Yves Klein se fait le chantre de l'immatériel. Toiles monochromes (à partir de 1955), exposition « du vide » (1960), cession de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dematerialisation-de-l-oeuvre-d-art/#i_84320

DESSIN CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Philippe PIGUET
  •  • 2 082 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le wall drawing »  : […] Le dessin acquiert une dimension d'architecture dès lors qu'il s'agit de wall drawings (« dessins muraux »), un concept qui s'est développé dans la foulée de l'art conceptuel et qui n'est pas sans rappeler l'art de la fresque. Dans ce domaine, il y va pour l'essentiel de grandes compositions abstraites dont les figures géométriques visent au dialogue avec l'espace qui les a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dessin-contemporain/#i_84320

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « De l'influence de l'art conceptuel »  : […] Ces mêmes principes d'unicité, d'indivisibilité, de symétrie et de clarté, souvent teintés de revendications nihilistes, se retrouvent en partie dans le pop art, qui constitue une autre des échappatoires au récit moderniste. Bien que d'origine britannique, le phénomène pop va connaître une expansion et une notoriété sans équivalents aux États-Unis. Ses représentants, plus ou moins dissidents, ceu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-les-arts-plastiques/#i_84320

MINIMAL ET CONCEPTUEL ART

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA, 
  • Catherine MILLET, 
  • Erik VERHAGEN
  •  • 6 311 mots

Dans le chapitre « Un nouveau langage critique »  : […] Héritier du formalisme, l'art conceptuel en porte, dans le même temps, la critique. Les pratiques artistiques auxquelles correspond historiquement la critique formaliste sont celles qui introduisent l'attitude des artistes conceptuels. À la suite de Newman et de Reinhardt, une grande partie de l'art américain, peinture et sculpture, tend à une géométrisation des formes, à une objectivation de l'œ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-minimal-et-conceptuel/#i_84320

Pour citer l’article

Jacinto LAGEIRA, « KOSUTH JOSEPH (1945- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-kosuth/