BEUYS JOSEPH (1921-1986)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le pasteur contre le dandy

Beuys avait, en 1964, intitulé une action « Das Schweigen von Marcel Duchamp wird überbewertet » (Le Silence de Marcel Duchamp est surestimé). Il désapprouvait en effet hautement le dandysme démobilisateur de l'inventeur du ready-made, et n'imaginait pas pour son compte l'art comme autre chose qu'un geste joint à la parole – qu'il avait facile – dans le but de convertir, de convaincre et de réformer. Il eut, à cet égard, beaucoup de points communs avec Yves Klein, (dont il était l'aîné de sept ans, bien que les accidents de l'histoire l'associent à la génération suivante). Le goût de l'action exemplaire, joint au maniement souvent imprudent de thèmes (antiparlementarisme, exaltation des vertus de la langue allemande, et de la mission du peuple allemand dans le monde) à tout le moins problématiques, même passé l'immédiat après-guerre, ont valu à Beuys la méfiance et la critique d'un certain nombre d'historiens (Benjamin Buchloh aux États-Unis, Gieseke et Markert en Allemagne, Éric Michaud en France...) et parfois d'artistes (Marcel Broodthaers, Robert Morris). Mais il convient de demeurer nuancé. Il n'était pas aisé, dans les années 1950, pour les artistes allemands, de se dégager de la prudente abstraction géométrique et gestuelle où une bien compréhensible mauvaise conscience les avait cantonnés. Les imprudences de Beuys, ses approximations ou ses naïvetés (son désir, par exemple, de renouer avec une économie du troc), sont réelles, mais n'en font pas de facto un personnage dangereux : son plaidoyer pour la non-violence fut, par exemple, sans équivoque. On ajoutera que son inféodation – revendiquée – à l'ésotérisme antimoderne de Steiner, était logiquement perçue de façon beaucoup moins négative dans une Allemagne héritière de Goethe (auquel Steiner emprunta beaucoup), qu'elle ne pouvait l'être dans une France héritière de Voltaire. « De toutes façons, je pense avec mon genou » affirmait Joseph Beuys. On sera libre de beaucoup aimer cette proposition po [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris

Classification

Autres références

«  BEUYS JOSEPH (1921-1986)  » est également traité dans :

COYOTE : J'AIME L'AMÉRIQUE ET L'AMÉRIQUE M'AIME (J. Beuys)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 352 mots

Soucieux de clarifier la portée politique subtile de son art, l'artiste allemand Joseph Beuys (1921-1986), élabora très soigneusement la première performance qu'il réalisa aux États-Unis en mai 1974. Celle-ci débuta dans l'avion qui le conduisait à New York, et a bord duquel l'artiste, les yeux bandés, refusa […] Lire la suite

JOSEPH BEUYS EN QUÊTE D'UNE SCULPTURE SOCIALE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 485 mots

1940 Joseph Beuys s'engage dans la Luftwaffe, où il est formé comme opérateur radio avant d'être envoyé sur le front russe en juin 1940. Développant plus tard sa propre mythologie, l'artiste expliquera l'utilisation omniprésente du feutre et de la graisse dans son œuvre en la reliant aux moyens par lesquels des nomades tartares […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - Création contemporaine

  • Écrit par 
  • Paul ARDENNE
  •  • 3 567 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « « Art égale vie » »  : […] Le travail de sape des artistes conceptuels aura cette conséquence : ouvrir comme jamais encore la notion d'« œuvre », en fonder l'élasticité sans limite, permettre à chaque artiste de sceller son projet personnel dans une forme dont il définit lui-même la nature, parfois sans précédent connu. Peindre, sculpter, représenter ? L'artiste, aussi bien, peut se faire champion de la pensée et concevoir […] Lire la suite

BODY ART

  • Écrit par 
  • Anne TRONCHE
  •  • 4 585 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Corps public et corps social »  : […] C'est dans la Vienne de l'après-guerre que se met en place un art fortement ritualisé désignant le corps comme mesure de toute chose : du langage, de l'espace, des structures sociales. Faisant suite au projet d'une forme d'art total qu'il avait esquissé en 1957 avec son Théâtre des orgies et des mystères , l'artiste Hermann Nitsch entreprend des « actions » avec les peintres Otto Muehl et Gün […] Lire la suite

HAPPENING

  • Écrit par 
  • François PLUCHART
  •  • 4 070 mots

Dans le chapitre « De la peinture à la mise en scène »  : […] Le happening est né d'une volonté d'échapper à la peinture, mais il est né de la peinture. Autour de 1955, et à peu près simultanément aux États-Unis et au Japon, des peintres ont éprouvé le besoin de transformer le tableau en un système dynamique et évolutif, notamment l' assemblage d'objets auquel, le premier sans doute, Allan Kaprow a donné le nom d'environnement. Ces œuvres composites sont l […] Lire la suite

LAMARCHE-VADEL BERNARD (1949-2000)

  • Écrit par 
  • Christian GATTINONI
  •  • 773 mots

Bernard Lamarche-Vadel, collectionneur français d'art contemporain, châtelain d'Ille-et-Vilaine, fils de vétérinaire, né en 1949, est également critique et écrivain. Fait peu banal, il a toujours gardé le nom de la femme qu'il a rencontrée à dix-neuf ans, Gaëtane Vadel. Sa vie tout entière est organisée, maîtrisée, planifiée, réorientée pour faire œuvre littéraire des passions du critique et du co […] Lire la suite

Pour citer l’article

Didier SEMIN, « BEUYS JOSEPH - (1921-1986) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-beuys/