STERNBERG JOSEF VON (1894-1969)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La fulgurance des signes

Sternberg était l'auteur de la plupart de ses films ; il en écrivait ou revoyait le scénario, inspirait les décorateurs et les costumiers, dirigeait ou supervisait les prises de vue, intervenait personnellement au montage, et allait jusqu'à composer certaines partitions musicales.

Fausse modestie ou provocation, Sternberg a toujours refusé qu'on lût ses films à plusieurs niveaux. Selon lui, décors, meubles, objets, costumes, éclairages, panoramiques ou contrepoint image-son ne dépasseraient pas leur signification immédiate. Mais comprenait-il lui-même pourquoi il les avait si minutieusement choisis ?

Il usait cependant du langage cinématographique en pleine connaissance de cause : « La caméra, étant mobile, peut regarder le sujet d'en haut, d'en bas, le rapprocher, le repousser, le révéler, le dissimuler, imposer un « tempo », ajouter un millier de variables, grâce aux jeux illimités de l'ombre et de la lumière. »

De fait, ses images et ses sons renvoient, comme autant de signifiants, à un univers propre.

Sternberg avant tout compose des images. Il regarde souvent la mer, qui permet tous les rêves d'évasion, et la boue des ports, qui les renforce. « Partie du port de San Pedro, que fouille la grue de Salvation Hunters, l'œuvre de Sternberg parvient aux rives fiévreuses d'Anatahan, et se définit comme une ample et inquiète méditation sur l'eau » (Marcel Oms). C'est un homme de décors (les grues des ports qui draguent des immondices, les filets qui dans le cabaret de L'Ange bleu, entortillent le professeur Unrath) et de costumes (les toques de minoches, les boas, les ornements de plumes dessinés par Travis Banton pour Evelyn Brent et Marlene Dietrich, symboles d'une fluide fragilité ou d'un onirisme trompeur, les dessous de dentelles, les bas transparents, les jarretières, générateurs d'un érotisme de pacotille). Mais c'est aussi un chantre par l'absurde de la lumière, avec des éclairages complexes, où les zones claires et les coins obscurs, dans la traditio [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Josef von Sternberg et Marlene Dietrich

Josef von Sternberg et Marlene Dietrich
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Shanghai Express, J. von Sternberg

Shanghai Express, J. von Sternberg
Crédits : Eugene Robert Richee/ Moviepix/ Getty Images

photographie

Moi, Claude

Moi, Claude
Crédits : Hulton Getty

photographie

Crime and Punishment, de Joseph von Sternberg

Crime and Punishment, de Joseph von Sternberg
Crédits : Columbia Pictures Corporation/ Collection privée

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  STERNBERG JOSEF VON (1894-1969)  » est également traité dans :

L'ANGE BLEU, film de Josef von Sternberg

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 985 mots

Josef von Sternberg (1894-1969), de son vrai nom Jonas Sternberg, est un juif viennois d'origine modeste dont la famille émigre aux États-Unis dans sa petite enfance. Il débute à Hollywood en 1912 en exerçant toutes sortes de métiers : nettoyeur et vérificateur de copies de films, monteur, titreur, photog […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Malice et gravité. Lubitsch et Sternberg »  : […] La nécessité commerciale n'est nullement avilissante, comme en témoignent les comédies de Lubitsch et les mélodrames de Josef von Sternberg. Lubitsch (1892-1947) a réalisé ses premiers films en Allemagne dès 1915, puis il s'est expatrié en Amérique en 1922. Très vite, il s'est imposé comme un réalisateur à succès. Il produit ses propres films : L'Éventail de Lady Windermere ( Lady Windermere's Fa […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Musique de film

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 6 504 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'avènement du sonore »  : […] L'avènement du sonore mit un terme à ces pratiques aléatoires qui ne peuvent que laisser perplexe dans la mesure où d'une salle à l'autre la perception que le spectateur avait des images pouvait s'avérer différente. Toutefois, il créa de nouveaux problèmes. Une question fondamentale se posa en effet : dès lors que tous les sons émis à l'image étaient audibles, comment justifier la présence d'une m […] Lire la suite

COOPER GARY (1901-1961)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 637 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un héros au naturel »  : […] Frank James Cooper, dit Gary Cooper, est né le 7 mai 1901 à Helena (Montana), où son père, Charles Cooper, fils de fermiers anglais, avait émigré en 1885 et étudié le droit parallèlement à son emploi de mécanicien, jusqu'à devenir juge. Comme son frère aîné Arthur, Frank est envoyé avec sa mère en Angleterre pour ses études. Au retour, il se montre surtout passionné d'art et de dessin. Le succès d […] Lire la suite

DIETRICH MARLENE (1901-1992)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 606 mots
  •  • 5 médias

Si Garbo était « la divine », Marlene est « l'impératrice ». Elle l'est parce qu'on ne l'imagine guère sans le costume d'apparat qui sied à la fonction dans The Scarlet Empress ( L'Impératrice rouge , 1934), évidemment, ou dans Dishonored ( X27 , 1931), Shanghai Express (1932) , Blonde Vénus (1932), The Devil Is a Woman ( La Femme et le pantin , 1935), tous de Josef von Sternberg. Il en va de […] Lire la suite

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 795 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Technique et mythologie érotiques »  : […] L'érotisme ne pouvant être le paradis du cinéaste, il sera sa croix, en tout cas sa hantise, grandissant sans cesse, comme sur les affiches et dans les autres domaines de la publicité. Un film comme Benjamin (1967) double ses recettes par un sous-titre alléchant : Mémoires d'un puceau . « Civilisation du cul », affirme Godard dans Deux ou trois choses que je sais d'elle (1966) ; il fait dire au […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Victor BACHY, « STERNBERG JOSEF VON - (1894-1969) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/josef-von-sternberg/