ALBERS JOSEF (1888-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'expérience américaine

En effet, en 1933, le Bauhaus, n'acceptant pas les exigences des nazis, ferme ses portes. Albers est invité par cette autre pépinière artistique qu'est le Black Mountain College en Caroline du Nord. C'est là qu'il se lancera dans ce qu'il considère comme « sa contribution », l'exploitation des richesses de l'interaction de la couleur : l'ouverture en est sans doute la série des Clefs de Sol (1933-1935), toutes de format et de motif rigoureusement identiques, conçues comme une démonstration des infinies propriétés colorées du noir, du gris et du blanc. Si parfois dans les tableaux de cette époque Albers n'élimine pas encore les hasards de la texture, il a déjà choisi d'appliquer son pigment directement à la spatule, sur masonite (support dur, qui évite les bavures). L'exécution deviendra progressivement de moins en moins aléatoire, comme la dernière tâche, la moins importante, après tout un long processus de mise en jeu de la couleur au moyen de papiers découpés. Parallèlement, Albers travaille à ses « dessins tectoniques » en axonométrie. Cette manière de perspective flottante inventée en Chine, sans point de fuite, à récession parallèle, qui permet d'exploiter figuralement tous les doutes perceptifs sur lesquels travaillaient les gestaltistes, est utilisée aujourd'hui par les architectes après que des peintres comme Lissitzky leur en eurent montré l'efficacité. Toute cette amphibologie visuelle dans l'œuvre graphique d'Albers se fonde sur des procédés tels que la réversibilité symétrique, l'interchangeabilité des volumes (concave/convexe), la polyvalence des fonctions attribuées au même contour que se partagent des plans hétérogènes et exclusifs les uns des autres, ou l'interaction des plans transparents. Mais dans ses Hommage au carré (qui sont plutôt, comme il le dira lui-même, le carré étant choisi pour sa banalité, des « hommages à la couleur »), Albers allait retrouver sans aucune intervention graphique ce dodelinage fondamental (avant/arrière, profondeur/relief) de l'axonométrie q [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ALBERS JOSEF (1888-1976)  » est également traité dans :

BAUHAUS

  • Écrit par 
  • Serge LEMOINE
  •  • 4 457 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La pensée diffusée »  : […] Dès sa création, le Bauhaus provoqua de nombreuses réactions : une affiche placardée sur les murs de Weimar, « la ville de Goethe », demandait aux habitants de participer, le 22 janvier 1919, à une manifestation pour la défense de la Hochschule für bildende Kunst, « menacée de ruine par la prédominance exclusive d'une certaine tendance ». D'un autre côté, l'initiative de Gropius exerça un attrait […] Lire la suite

BLACK MOUNTAIN COLLEGE

  • Écrit par 
  • Didier SEMIN
  •  • 1 107 mots

Nulle école, sans doute, n'a compté dans l'histoire de l'art moderne aux États-Unis autant que le Black Mountain College. Il n'a pourtant été ouvert qu'un peu plus d'une vingtaine d'années – de 1933 à 1956 – et n'était pas une école d'art, au sens où nous l'entendons d'un établissement d'enseignement supérieur destiné à former des artistes : il faudrait bien davantage parler à son sujet d'« univ […] Lire la suite

CONCRET ART

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 2 732 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Max Bill et le foyer suisse »  : […] La mort soudaine de Van Doesburg, en 1931 à Davos, interrompt brutalement l'évolution dans laquelle il s'était engagé. Tandis que ses anciens compagnons de route s'éloignent des principes de l'art concret, l'artiste allemand Josef Albers (1888-1976), professeur au Bauhaus, réalise entre 1932 et 1935 une série de quatre-vingts gouaches à partir du motif de la clef de sol dont il remplit les boucl […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 484 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « L'école de New York et la crise de l'expressionnisme abstrait »  : […] Pollock lui-même abandonne l'abstraction all-over qui a fait sa réputation dès 1950-1951 (années où De Kooning revient également au thème du nu féminin), pour réaliser une série de peintures semi-figuratives à l'émail noir sur toile vierge qui seront suivies d'expérimentations erratiques jusqu'à sa mort prématurée, à l'âge de quarante-quatre ans. L'accident de voiture qui lui coûte la vie ne fait […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yve-Alain BOIS, « ALBERS JOSEF - (1888-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 août 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/josef-albers/