DEWEY JOHN (1859-1952)

Dewey psychologue, éducateur et penseur de la démocratie

Avant d'élaborer son œuvre philosophique, Dewey s'est fait connaître par ses idées en psychologie et surtout par sa philosophie de l'éducation. Celle-ci occupe dans son œuvre une place centrale. Non seulement il s'y est intéressé très tôt (il a créé l'école-laboratoire de l'université de Chicago en 1897), mais l'importance de l'éducation apparaît étroitement liée à sa philosophie de la connaissance et de la démocratie. En témoignent des ouvrages tels que L'École et la société (1899), Comment nous pensons (1910), ou Démocratie et éducation (1917).

Pour Dewey, l'éducation est la forme que prend la continuité de l'expérience. Elle possède, à ce titre, un caractère fondamentalement expérimental, et ne saurait consister en un ensemble de recettes. Au contraire, elle est une « reconstruction continue de l'expérience destinée à en étendre et à en approfondir le contenu social, et à permettre à l'individu d'acquérir la maîtrise des méthodes qui s'y trouvent impliquées ». Dans toute éducation, la dimension sociale et la dimension individuelle sont en interaction. L'individu y trouve la condition d'une participation aux ressources que l'humanité à développées, en même temps que la condition de son autonomie et de ses ressources propres. Sur un plan plus spécifiquement politique, l'éducation est le moyen dont disposent les sociétés humaines pour se réformer et répondre aux nouveaux besoins ou aux aspirations qui s'y font jour. C'est elle qui donne la mesure d'un futur certes contingent, car il ne renferme aucune téléologie, mais ouvert aux types de choix qui caractérisent les démocraties.

L'importance attribuée à l'éducation permet de comprendre les positions de Dewey sur la démocratie. Il n'en fut pas seulement un penseur, mais un fervent défenseur. Pour lui, la démocratie n'était pas seulement une « forme de gouvernement », mais, conformément à l'une de ses inspirations majeures, une « expérimentation ». « Dire de la d[...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  DEWEY JOHN (1859-1952)  » est également traité dans :

RECONSTRUCTION EN PHILOSOPHIE, John Dewey - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 891 mots

John Dewey (1859-1952) est l'auteur d'une œuvre abondante dont un seul de ses livres ne suffit pas à se faire une idée. S'il fallait toutefois en citer un, ce serait certainement Reconstruction en philosophie, livre publié en 1920 et écrit au lendemain de la Première Guerre mondiale. On n'y trouve pas seulement l'expression […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reconstruction-en-philosophie/#i_36439

COMETTI JEAN-PIERRE (1944-2016)

  • Écrit par 
  • Jacques MORIZOT
  •  • 908 mots

américain, moins celui de Charles S. Peirce et William James que celui de John Dewey, penseur de l’expérience et de la communauté, dont il a entrepris une édition française des textes les plus marquants. Il en a donné plusieurs présentations générales, dont Qu’est-ce que le pragmatisme  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cometti-jean-pierre-1944-2016/#i_36439

COMMUNICATION

  • Écrit par 
  • Yves WINKIN
  •  • 4 805 mots

Dans Democracy and Education, le philosophe John Dewey écrivait en 1916 : « La société ne continue pas seulement à exister par la transmission, par la communication, mais, peut-on dire avec assurance, continue à exister dans la transmission, dans la communication. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communication/#i_36439

ÉMOTION

  • Écrit par 
  • Paul FRAISSE
  •  • 5 391 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'émotion comme conduite »  : […] La perspective fonctionnaliste ouverte par Dewey (1895) dans la ligne de Darwin a permis de sortir des faux problèmes du dualisme. L'émotion est un mode de comportement : « L'idée et l'excitation émotive sont constituées en même temps... Elles représentent la tension du stimulus et de la réponse dans la coordination qui détermine la modalité du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emotion/#i_36439

ESTHÉTIQUE - L'expérience esthétique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 075 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'expérience comme expérimentation »  : […] Nul n'a mieux expliqué le caractère inéluctable d'une telle aporie que le maître du pragmatisme américain, le philosophe John Dewey (1859-1952). « Pour donner une idée de ce que c'est que d'avoir une expérience, imaginons une pierre qui dévale une colline. [...] La pierre se décroche de quelque part […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-l-experience-esthetique/#i_36439

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 6 286 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'intellectuel américain »  : […] en 1968. Chomsky a offert l'exemple d'une opposition radicale à la guerre du Vietnam. Dans une période antérieure, John Dewey avait pris la tête de mouvements de contestation et de revendication, extrêmement critiques à l'égard des choix politiques ou économiques de la nation. Chomsky et Dewey, à plus de trente ans d'intervalle, ont ainsi joué un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-philosophie/#i_36439

PÉDAGOGIE - Les courants modernes

  • Écrit par 
  • Antoine LÉON
  •  • 4 232 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « L'école et la vie » selon Dewey et Makarenko »  : […] Dans son « Credo pédagogique » (1897), le pédagogue américain John Dewey (1859-1952) expose en ces termes l'ambiguïté de la pédagogie : « Je crois que l'éducation est un processus de vie, et non une préparation à la vie. » Il entend par là refuser d'imposer à l'enfant des préoccupations d'adulte. Il préconise au contraire de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pedagogie-les-courants-modernes/#i_36439

POSTMODERNISME

  • Écrit par 
  • Carla CANULLO, 
  • Romain JOBEZ, 
  • Erik VERHAGEN
  •  • 5 158 mots

Dans le chapitre « Un deuil impossible ? »  : […] ne réside que dans un pragmatisme proche de celui que professe John Dewey (1859-1952), lorsqu'il désavoue toute prétention de la philosophie à l'universalité. En effet, c'est à celui-ci que remonte la première expression d'une incrédulité face aux grands récits de la modernité. Et c'est dans son sillage que Rorty vient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/postmodernisme/#i_36439

PRAGMATISME

  • Écrit par 
  • Gérard DELEDALLE
  •  • 4 590 mots

Dans le chapitre « Les pragmatistes »  : […] l'année suivante dans le livre qui devait donner naissance au mouvement : Le Pragmatisme. Dès 1896, John Dewey (1859-1952) élaborait de son côté à Chicago une théorie instrumentaliste de l'idée qu'il fit connaître en 1903 dans un ouvrage collectif de ce qu'on appela l'école de Chicago : Studies in Logical Theory. Après la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pragmatisme/#i_36439

Pour citer l’article

Jean-Pierre COMETTI, « DEWEY JOHN - (1859-1952) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-dewey/