JINISME ou JAÏNISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le jinisme (ou jainisme) doit son nom au titre de Jina (le « vainqueur »), donné par ses adeptes à Vardhamāna (également appelé Mahāvīra, « grand héros »), réformateur, au vie siècle avant J.-C., de la doctrine et de la communauté de Pārśva. Selon la tradition (śvetāmbara en particulier), Vardhamāna est né dans le Bihār, vers le temps et non loin du lieu où naquit le Buddha. Princes élevés tous deux dans le faste d'une cour, ils suivent des destins souvent comparables ; les similitudes, cependant, résultent de coïncidences et d'affinités qui tiennent à l'influence de la civilisation ambiante et de l'ascétisme brahmanique sur les deux maîtres : par exemple, comme la plupart des Indiens, ils admettent tous deux la vertu des disciplines du yoga. D'ailleurs, il ne semble pas que le Buddha et le Jina se soient jamais rencontrés ; mais ce dernier passe pour avoir eu des contacts avec Makkhali Gośāla, chef de la communauté des Ājīvika (que mentionne aussi le canon bouddhique), et pour avoir été gagné par la rigueur de son ascèse. Mahāvīra n'en est pas moins une des personnalités les plus originales de l'Inde ancienne : ce fut, assurément, un penseur vigoureux, et, en outre, un remarquable organisateur. À sa mort, la communauté modelée par lui et orientée vers une compassion active atteignait une extension telle qu'elle joua rapidement un rôle important.

Au cours des âges, elle a manifesté sa vitalité. Peu nombreuse actuellement, elle est néanmoins respectée : elle dispose en Inde d'une puissance économique enviable, jouit d'un prestige qui tient aussi à son rayonnement intellectuel et moral. À la différence du bouddhisme, religion missionnaire, le jinisme n'a guère cherché à s'étendre hors des frontières. Et, s'il comptait en 1981 seulement trois millions deux cent mille fidèles, c'est que les exigences de sa perfection ne lui ont jamais permis d'atteindre qu'un nombre restreint d'adeptes.

Les premières étapes

Les origines

Avec la naissance de Vardhamāna (vie siècle av. J.-C.) se réalise, selon la tradition, l'incarnation du vingt-quatrième et dernier Tīrthaṃkara ou prophète « frayeur de voie ». Car le jinisme semble avoir pris sa source dans un passé lointain, mais si légendaire qu'il ne saurait remonter historiquement au-delà du vingt-deuxième Tīrthaṃkara, Neminātha, appelé aussi Ariṣṭanemi, peut-être apparenté à Kṛṣṇa. Au Gujarāt, la montagne de Girnār, où Neminātha mourut après y avoir accompli toute sa mission prophétique, conserve encore son souvenir.

Cependant, le véritable précurseur de Vardhamāna, son aîné de deux cent cinquante ans, est le vingt-troisième Tīrthaṃkara, Pārśva (associé au serpent, il a pour emblème un chaperon de cobra), fils du roi de Bénarès, Aśvasena. À l'âge de trente ans, quittant sa ville natale, il se prépara par la méditation et par l'ascèse à la connaissance suprême et proclama la Loi. De nombreux disciples l'entourèrent alors : hommes et femmes, religieux et laïcs, car il était devenu l'« agréé des hommes », s'insinuant dans leurs cœurs, les inspirant. Après soixante-dix ans de dure ascèse, il gravit, dans le Magadha méridional, le mont Samet-Sikhar ; et, à la suite d'un jeûne rigoureux d'un mois, il s'y éteignit. C'est à sa descendance spirituelle, selon les textes jaina, qu'appartiennent les parents de Vardhamāna. Par son père, Siddhārtha, chef de clan, et par sa mère, Triśalā, membre de la famille régnante des Licchavi, il se rattache à la noblesse : il est donc par sa naissance de la caste des Kṣatriya. Et la tradition śvetāmbara, pour l'affirmer, sans toutefois contredire les sources selon lesquelles il s'incarne dans le sein de la brahmine Devānandā, fait intervenir le transfert de l'embryon, sur l'ordre des dieux, du sein de cette brahmine dans celui de Triśalā. L'augmentation des richesses du royaume au cours des mois précédant sa naissance incita ses parents à lui choisir le nom de Vardhamāna « Prosper », dont l'interprétation devint : « dispensateur de prospérité ».

Obéissant à ses parents, il vécut dans le monde, s'y maria à une Kṣatriyā, Yaśodā ; celle-ci lui donna une fille, Anavadyā, qui, à son tour, épousa un noble. Mais, à trente ans, à la mort de ses parents, Vardhamāna obtint de son frère aîné l'autorisation de renoncer à tout. Il distribua ses biens, s'éloigna de son pays et, pendant treize mois, mena la vie de religieux errant. C'est alors qu'adoptant les pratiques ascétiques les plus rigoureuses (ca [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle
  • : membre de l'École française d'Extrême-Orient, diplômée de l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  JINISME ou JAÏNISME  » est également traité dans :

AHIṂSĀ

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 469 mots

Le mot sanskrit ahiṃsā , qui désigne, dans les religions de l'Inde, la non-violence (ou la non-nuisance) et même l'absence de toute intention de nuire, est composé du préfixe privatif a et de HIṂS, forme désidérative abrégée de la racine HAN (« frapper », « blesser », « tuer »). Ce terme est ancien ; il apparaît dans l'une des plus anciennes Upaniṣad — la Chāndogya upaniṣad (III, 17, 4), qui da […] Lire la suite

ASCÈSE & ASCÉTISME

  • Écrit par 
  • Michel HULIN
  •  • 4 664 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ascétisme indien »  : […] Les origines de l'ascétisme en Inde sont très anciennes. Le Ṛgveda ( xv e  s. av. J.-C.) mentionne déjà diverses catégories d'ascètes : keśin (« chevelus »), yati (« disciplinés »), vrātya (« qui ont fait un vœu »), muni (« silencieux »), etc. Ces personnages ont en commun de pratiquer le tapas . Le terme évoque l'idée d'un échauffement provoqué violent. Il sert de désignation générique à tout […] Lire la suite

BHUBANEÇWAR

  • Écrit par 
  • Odette VIENNOT
  •  • 1 952 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Religions »  : […] Si le jaïnisme fut au Kaliṅga, dans les premiers siècles qui précédèrent et qui suivirent notre ère, la religion d'État, le bouddhisme, dont on ne retrouve plus de témoignage à Bhubaneçwar même, est cependant abondamment représenté un peu au nord. À Lalitagiri, Ratnagiri et Udayagiri, qui composaient l'Université de Pushpagiri, les fouilles ont exhumé de magnifiques témoignages, tant architectura […] Lire la suite

DĪVĀLĪ ou FÊTE DES LUMIÈRES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 465 mots
  •  • 1 média

La fête des lumières, Dīvalī (du sanskrit dīp a vali , « rangée de lumières »), est l’une des plus importantes dans la religion hindoue. Les jaïna et les sikhs l’ont aussi reprise à leur propre compte. La fête dure cinq jours, du treizième jour de la quinzaine sombre du mois d’ āśvina au deuxième jour de la quinzaine claire du mois de k ā rtika (habituellement vers la fin du mois d’octobre ou e […] Lire la suite

ELLORĀ

  • Écrit par 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 1 314 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les grottes brahmaniques et jaïnas, le Kailāsa »  : […] Le groupe brahmanique – seize grottes – témoigne d'une puissante vitalité et de qualités esthétiques indéniables. Les salles sont le plus souvent rectangulaires et abritent un sanctuaire sur lequel veillent des gardiens ( dvārapāla ) et les déesses fluviales Gaṅgā et Yamunā. Aux murs alternent des parties nues et des panneaux sculptés illustrant les caractères des divinités majeures, Çiva et Viṣṇu […] Lire la suite

GUJARĀTĪ LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Françoise MALLISON
  •  • 2 600 mots

Dans le chapitre « Le vieux gujarātī (XIIe-XVe siècle) »  : […] Les moines jaina, à l'apogée de leur influence culturelle sous la dynastie solaṃkī (918-1298), n'hésitèrent pas à faire usage de la langue vernaculaire contemporaine à des fins littéraires, fait unique à une époque où le savoir ne pouvait s'exprimer que dans une langue morte, savante et stylisée, fût-elle le sanskrit, le prakrit ou l'apabhraṃsá. Leur but était de rendre accessibles aux laïcs, sin […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 16 834 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La doctrine jaïna ancienne »  : […] Vardhamāna, plus connu sous les titres de Jina, « Vainqueur » (d'où la dénomination adjective de jaïna pour sa doctrine et ses adeptes), et de Mahāvīra, « Grand Héros », était un brâhmane qui, comme le prince Siddhārtha devenu le Buddha et beaucoup d'autres à cette époque ( vi e et v e  s. av. J.-C.), renonça au monde et chercha la voie du salut sans s'attacher au brahmanisme ritualiste orthodox […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les mathématiques

  • Écrit par 
  • Agathe KELLER
  •  • 5 560 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Mutations mathématiques à l’époque classique  »  : […] De manière générale, entre le iv e  siècle avant notre ère et le iv e  siècle après notre ère, la société change, et c’est ainsi que les historiens estiment que le sous-continent passe d’une époque où le védisme règne en maître à une époque – que l’on appelle « classique » (le védisme se mue en hindouisme, tandis que naissent et grandissent de nouvelles religions comme le bouddhisme et le jaïnisme […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 163 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « Iconographie jaïna »  : […] On mentionne en premier lieu les vingt-quatre Tīrthaṃkara (ou Tīrthakara, littéralement « Faiseurs de gué »), promoteurs du jaïnisme : personnages masculins, ils sont habituellement figurés « vêtus d'espace » ( digambara ), c'est-à-dire complètement nus. Lorsqu'ils sont debout, la loi de frontalité la plus stricte est observée et les bras pendent le long du corps, les mains atteignant la hauteur […] Lire la suite

KANNARA ou KANNADA LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • François GROS
  •  • 2 784 mots

Dans le chapitre « L'âge épique »  : […] Trois poètes, Pampa, Ponna et Ranna, sont les « trois gemmes » de l'âge héroïque du vieux kannara, dominé par le jaïnisme. Pampa, poète de cour et officier du prince Cālukya, Arikēsari, écrit ses deux œuvres en 941. L' Ādi purāna célèbre en seize chants les neuf vies antérieures et l'ultime vie humaine de Purudēva, le premier tīrthankara (saint jaïna). S'y entremêlent la cosmogonie et le merveil […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Colette CAILLAT, Marie-Simone RENOU, « JINISME ou JAÏNISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jinisme-jainisme/