JINISME ou JAÏNISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le chemin de la Délivrance

La vie en religion, la seule où le « dépassionnement » soit totalement possible, conduit à la Délivrance, ou plutôt, selon la terminologie jaina, à « l'Accomplissement » (siddhi), la « Perfection ». S'il est sain de corps et d'esprit, un enfant, à partir de l'âge de sept ans et demi, est admis à quitter le monde en abandonnant ses biens. Après un noviciat de quatre mois environ sous l'autorité absolue d'un maître spirituel, il peut recevoir la consécration, au cours de laquelle, les cheveux rasés (ils le seront par la suite périodiquement), il revêt la robe monastique, reçoit un nom nouveau et prononce les cinq vœux. Il est ainsi devenu moine et membre de la communauté, et il entre dans un de ses groupements, sous la direction de maîtres hiérarchisés et relevant du maître par excellence, le guide des fidèles dans la pratique de la Loi, l'Ācārya. À l'exemple du Mahāvīra, il sera itinérant, en dehors, cependant, du temps de la mousson. Engagé par le cinquième vœu à ne rien posséder, il reçoit toutefois un équipement monastique : une robe ou plutôt une pièce d'étoffe, qu'il lui est interdit de laver et de raccommoder ; une calebasse de bois ou d'argile, qui lui servira de bol à aumône ; un court balai destiné à écarter les animalcules devant ses pas, alors qu'une pièce de mousseline placée devant sa bouche les protégera de son souffle.

Ses jours et ses nuits sont divisés en quatre parties égales (pauruṣī ), dont chacune est réservée à une occupation fixe : étude, méditation, déplacement ou tournée d'aumône, sommeil. Il doit se livrer à l'étude des textes et connaître certaines formules : de confession, d'annonce de recueillement, de refus de nourriture... Il ne doit manger que le jour pour mieux contrôler les aliments et pour éviter ainsi de porter atteinte à des animalcules. Les repas journaliers sont souvent réduits par des prescriptions de jeûne. Religieux, ou même laïcs, peuvent d'ailleurs être autorisés à poursuivre le jeûne jusqu'à ce que la mort s'ensuive.

Le moine est tenu de confesser ses moindres défaillances à son supérieur et doit [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle
  • : membre de l'École française d'Extrême-Orient, diplômée de l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  JINISME ou JAÏNISME  » est également traité dans :

AHIṂSĀ

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 469 mots

Le mot sanskrit ahiṃsā , qui désigne, dans les religions de l'Inde, la non-violence (ou la non-nuisance) et même l'absence de toute intention de nuire, est composé du préfixe privatif a et de HIṂS, forme désidérative abrégée de la racine HAN (« frapper », « blesser », « tuer »). Ce terme est ancien ; il apparaît dans l'une des plus anciennes Upaniṣad — la Chāndogya upaniṣad (III, 17, 4), qui da […] Lire la suite

ASCÈSE & ASCÉTISME

  • Écrit par 
  • Michel HULIN
  •  • 4 663 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ascétisme indien »  : […] Les origines de l'ascétisme en Inde sont très anciennes. Le Ṛgveda ( xv e  s. av. J.-C.) mentionne déjà diverses catégories d'ascètes : keśin (« chevelus »), yati (« disciplinés »), vrātya (« qui ont fait un vœu »), muni (« silencieux »), etc. Ces personnages ont en commun de pratiquer le tapas . Le terme évoque l'idée d'un échauffement provoqué violent. Il sert de désignation générique à tout […] Lire la suite

BHUBANEÇWAR

  • Écrit par 
  • Odette VIENNOT
  •  • 1 952 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Religions »  : […] Si le jaïnisme fut au Kaliṅga, dans les premiers siècles qui précédèrent et qui suivirent notre ère, la religion d'État, le bouddhisme, dont on ne retrouve plus de témoignage à Bhubaneçwar même, est cependant abondamment représenté un peu au nord. À Lalitagiri, Ratnagiri et Udayagiri, qui composaient l'Université de Pushpagiri, les fouilles ont exhumé de magnifiques témoignages, tant architectura […] Lire la suite

DĪVĀLĪ ou FÊTE DES LUMIÈRES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 465 mots
  •  • 1 média

La fête des lumières, Dīvalī (du sanskrit dīp a vali , « rangée de lumières »), est l’une des plus importantes dans la religion hindoue. Les jaïna et les sikhs l’ont aussi reprise à leur propre compte. La fête dure cinq jours, du treizième jour de la quinzaine sombre du mois d’ āśvina au deuxième jour de la quinzaine claire du mois de k ā rtika (habituellement vers la fin du mois d’octobre ou e […] Lire la suite

ELLORĀ

  • Écrit par 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 1 314 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les grottes brahmaniques et jaïnas, le Kailāsa »  : […] Le groupe brahmanique – seize grottes – témoigne d'une puissante vitalité et de qualités esthétiques indéniables. Les salles sont le plus souvent rectangulaires et abritent un sanctuaire sur lequel veillent des gardiens ( dvārapāla ) et les déesses fluviales Gaṅgā et Yamunā. Aux murs alternent des parties nues et des panneaux sculptés illustrant les caractères des divinités majeures, Çiva et Viṣṇu […] Lire la suite

GUJARĀTĪ LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Françoise MALLISON
  •  • 2 600 mots

Dans le chapitre « Le vieux gujarātī (XIIe-XVe siècle) »  : […] Les moines jaina, à l'apogée de leur influence culturelle sous la dynastie solaṃkī (918-1298), n'hésitèrent pas à faire usage de la langue vernaculaire contemporaine à des fins littéraires, fait unique à une époque où le savoir ne pouvait s'exprimer que dans une langue morte, savante et stylisée, fût-elle le sanskrit, le prakrit ou l'apabhraṃsá. Leur but était de rendre accessibles aux laïcs, sin […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 16 833 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La doctrine jaïna ancienne »  : […] Vardhamāna, plus connu sous les titres de Jina, « Vainqueur » (d'où la dénomination adjective de jaïna pour sa doctrine et ses adeptes), et de Mahāvīra, « Grand Héros », était un brâhmane qui, comme le prince Siddhārtha devenu le Buddha et beaucoup d'autres à cette époque ( vi e et v e  s. av. J.-C.), renonça au monde et chercha la voie du salut sans s'attacher au brahmanisme ritualiste orthodox […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les mathématiques

  • Écrit par 
  • Agathe KELLER
  •  • 5 558 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Mutations mathématiques à l’époque classique  »  : […] De manière générale, entre le iv e  siècle avant notre ère et le iv e  siècle après notre ère, la société change, et c’est ainsi que les historiens estiment que le sous-continent passe d’une époque où le védisme règne en maître à une époque – que l’on appelle « classique » (le védisme se mue en hindouisme, tandis que naissent et grandissent de nouvelles religions comme le bouddhisme et le jaïnisme […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 132 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « Iconographie jaïna »  : […] On mentionne en premier lieu les vingt-quatre Tīrthaṃkara (ou Tīrthakara, littéralement « Faiseurs de gué »), promoteurs du jaïnisme : personnages masculins, ils sont habituellement figurés « vêtus d'espace » ( digambara ), c'est-à-dire complètement nus. Lorsqu'ils sont debout, la loi de frontalité la plus stricte est observée et les bras pendent le long du corps, les mains atteignant la hauteur […] Lire la suite

KANNARA ou KANNADA LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • François GROS
  •  • 2 784 mots

Dans le chapitre « L'âge épique »  : […] Trois poètes, Pampa, Ponna et Ranna, sont les « trois gemmes » de l'âge héroïque du vieux kannara, dominé par le jaïnisme. Pampa, poète de cour et officier du prince Cālukya, Arikēsari, écrit ses deux œuvres en 941. L' Ādi purāna célèbre en seize chants les neuf vies antérieures et l'ultime vie humaine de Purudēva, le premier tīrthankara (saint jaïna). S'y entremêlent la cosmogonie et le merveil […] Lire la suite

Pour citer l’article

Colette CAILLAT, Marie-Simone RENOU, « JINISME ou JAÏNISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jinisme-jainisme/