JEUX OLYMPIQUESLe cinéma et les Jeux

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fictions et « biopics »

Les œuvres cinématographiques ayant pour trame de fond les jeux Olympiques sont assez rares, les films de sport réussis – qu'il s'agisse de fictions ou de biopics (films biographiques) – étant essentiellement consacrés à la boxe : Gentleman Jim de Raoul Walsh (1942) ; Plus dure sera la chute de Mark Robson (1956) ; Marqué par la haine de Robert Wise (1956) ; Raging Bull de Martin Scorsese (1980) ; Cinderella Man de Ron Howard (2005) ; Million DollarBaby de Clint Eastwood (2005)... Le football est aussi la trame de quelques réussites : Coup de tête de Jean-Jacques Annaud (1981) ; À mort l'arbitre de Jean-Pierre Mocky (1983) ; Ballon d'or de Cheik Doukouré (1994) ; Hors Jeu de Jafar Panahi (2006) ; Maradona d'Emir Kusturica (2008) ; Looking for Eric de Ken Loach (2009)... Enfin, Invictus de Clint Eastwood (2009) propose un joli portrait de Nelson Mandela avec en toile de fond la Coupe du monde de rugby de 1995 organisée et remportée par l'Afrique du Sud, alors que Régis Wargnier, dans La Ligne droite (2011), pénètre le monde du handisport de haut niveau.

Pour ce qui est des jeux Olympiques, les succès ne sont pas légion. La première évocation des jeux Olympiques dans une fiction cinématographique est une comédie, Million Dollar Legs (Folies olympiques, 1932), film dans lequel W.C. Fields campe le président d'un petit pays imaginaire, Klopstokia, qui veut participer aux épreuves d'haltérophilie et de lancer du poids aux Jeux. Le premier personnage de fiction récurrent à s'inviter aux Jeux sur le grand écran est Charlie Chan, le détective américano-asiatique créé par le romancier Earl Derr Biggers, dans un curieux Charlie Chan at the Olympics de H. Bruce Humberstone (1937), où le célèbre détective se rend aux jeux Olympiques de Berlin pour dénouer une sombre histoire d'espionnage et de vol de matériel secret.

Les studios Disney s'intéressent aux Jeux dans les films d'animation The Olympic Champ (Dingo Champion Olympique, 1942) et Superstar Goofy (Donald et Dingo champions olympiques, 1972). Michael Winner, avec The Games (1970), livre une réflexion sur l'exploitation commerciale et politique de quatre athlètes de nationalités différentes qui se préparent pour le marathon des Jeux de Rome en 1960. The Jericho Mile (Comme un homme libre, 1979), de Michael Mann, raconte l'histoire d'un prisonnier condamné à la perpétuité qui s'entraîne à courir le mile dans son pénitencier et atteint un tel niveau de performance que son incorporation dans l'équipe olympique américaine est envisagée. Dans L'As des as de Gérard Oury (1982), Jean-Paul Belmondo, cabotin, interprète le rôle de l'entraîneur de l'équipe de France de boxe aux Jeux de Berlin en 1936. Luigi Comencini, avec Un ragazzo di Calabria (Un enfant de Calabre, 1987), prend le prétexte de l'histoire d'un jeune garçon qui veut participer aux jeux Olympiques de Rome en 1960 pour proposer l'un des meilleurs films sur l'enfance, dans lequel Gian Maria Volonte est un vieux conducteur d'autocar convaincant. Christian Zerbib, dans Dernier Stade (1994), dénonce, à travers le cas du dopage, les maux du monde moderne, celui de la performance à tout prix : le réalisateur a puisé l'idée de son œuvre dans un fait-divers réel, la mort en 1987 de l'athlète ouest-allemande Birgit Dressel (interprétée par Anne Richard), victime du dopage alors qu'elle se préparait pour les Jeux de Séoul.

Si les jeux Olympiques ne sont guère exploités pour des films de fiction, plusieurs biopics, selon l'anglicisme désormais à la mode, constituent de jolies réussites. L'un des plus beaux est consacré à la destinée douloureuse de Jim Thorpe, vainqueur du pentathlon et du décathlon aux jeux Olympiques de Stockholm en 1912, disqualifié pour « professionnalisme » l'année suivante : Michael Curtiz met magnifiquement son histoire en scène dans Jim Thorpe. All-American (Le Chevalier du stade, 1951), avec Burt Lancaster dans le rôle-titre. Peu après le second triomphe olympique de Bob Mathias dans le décathlon aux jeux Olympiques de 1952, un film est consacré au champion américain par Francis D. Lyon, The Bob Mathias Story (1954), dans lequel l'athlète et son épouse tiennent leur propre rôle. Dawn ! de Ken Hannam (1979) est dédié à la célèbre nageuse australienne Dawn Fraser, triple médaillée d'or sur 100 mètres aux Jeux, dont le fort caractère est mis en valeur. Rasta Rockett de Jon Turteltaub (1993) permet de revivre avec humour l'épopée de l'équipe de bobsleigh jamaïquaine aux Jeux d'hiver de Calgary en 1988.

Le drame des Jeux de Munich en 1972, où un commando palestinien prit en otages et tua onze Israéliens, est traité dans plusieurs œuvres poignantes : Les 21 Heures de Munich, docu-fiction de William A. Graham (1976), Un jour en septembre, documentaire de Kevin Macdonald (1999), et Munich, docu-fiction de Steven Spielberg (2005). Miracle de Gavin O'Connor (2004) retrace l'aventure de l'équipe américaine de hockey sur glace composée de jeunes joueurs universitaires qui domina les maîtres soviétiques aux Jeux d'hiver de Lake Placid en 1980, au plus fort de la guerre froide, un événement connu sous l'expression « miracle sur glace » ; Ken Russell tient avec bonheur le rôle du coach de l'équipe, Herb Brooks.

Par ailleurs, le pur documentaire fournit quelques pépites. Bud Greenspan, spécialiste du genre, en proposa de nombreux, le premier en 1952, dédié à l'haltérophile John Davis (The Strongest Man in the World). Il consacre en 1964 un émouvant reportage à Jesse Owens : accompagné du champion, il se rend à Berlin-Ouest et cette expérience est traduite sur la pellicule dans Jesse Owens Returns to Berlin (1966). Par la suite, il propose Olympiad, un documentaire de 22 heures découpé en séquences pour la télévision, récompensé par un Emmy Award en 1976. On lui doit également un magnifique docu-fiction consacré à Wilma Rudolph, la « Gazelle noire » des Jeux de Rome en 1960 : Wilma (1977).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Les Chariots de feu, H. Hudson

Les Chariots de feu, H. Hudson
Crédits : Courtesy of Warner Brothers, Inc.

photographie

« Buster » Crabbe dans Flash Gordon

« Buster » Crabbe dans Flash Gordon
Crédits : Universal Pictures

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « JEUX OLYMPIQUES - Le cinéma et les Jeux », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jeux-olympiques-le-cinema-et-les-jeux/