JEU, genre dramatique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Jeu de Robin et de Marion

Le Jeu de Robin et de Marion, œuvre du trouvère arrageois Adam de la Halle (1235 env.-1285 env.), traite sous forme dramatique un thème de pastourelle. La pastourelle est une chanson dans laquelle le poète raconte sa rencontre avec une bergère dans la campagne alors qu'il se promène à cheval ; il narre les épisodes de sa tentative de séduction et le succès qu'il en tire, bon ou mauvais suivant les cas ; certaines pastourelles décrivent les ébats et les danses des bergers, auxquels assiste ou participe le poète. Unissant les deux situations, le Jeu de Robin et de Marion montre, d'une part, l'entreprise de séduction d'un chevalier auprès de Marion, d'autre part, le déjeuner champêtre, les jeux et les danses de Robin et de Marion et des autres jeunes villageois. Mais, alors que dans la pastourelle le chevalier n'est autre que le poète et impose ainsi son point de vue à l'auditeur, cette subjectivité envahissante disparaît dans la pièce de théâtre ; Robin et Marion, les bergers, en sont, comme le titre l'indique, les personnages principaux, et leurs amours sont décrites avec une certaine sympathie, signe d'une évolution vers la pastorale. Cependant, les ridicules traditionnels des vilains (grossièreté, naïveté, couardise) sont soulignés comme dans les pastourelles, tandis que le portrait du chevalier n'est pas poussé au noir. Au reste, les paysans ont tous des caractères bien différenciés, rapidement et fermement esquissés, et le personnage de Marion est particulièrement nuancé. Plusieurs chansons sont insérées dans la pièce : fragments de pastourelles, refrains à danser, rondeaux, dont les mélodies confirment le talent de musicien d'Adam de la Halle. L'ensemble a une fraîcheur savoureuse accessible sans peine à un esprit moderne.

On considère généralement, sans preuve, que le Jeu de Robin et de Marion a été composé par Adam de la Halle en Italie vers la fin de sa vie. Des arguments exposés par Jean Dufournet, il ressort que l'œuvre est peut-être, au contraire, antérieure au Jeu de la feuillée, qui d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-Sorbonne

Classification

Autres références

«  JEU, genre dramatique  » est également traité dans :

ADAM DE LA HALLE (1235 env.-env. 1285)

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  •  • 1 080 mots

Dans le chapitre « Un théâtre non religieux »  : […] Dans les mêmes circonstances, sans doute, Adam composa, pour une confrérie locale, un Jeu de la Feuillée dramatique qui pourrait être l'ancêtre des « sotties » du xv e  siècle. On l'a comparé à nos « revues » modernes : ce n'est là que l'un de ses aspects. Trois éléments thématiques s'y nouent en un dialogue assez décousu, illustré de quelques refrains chantés : le motif burlesque de la folie qui […] Lire la suite

COMÉDIE

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 5 416 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'évolution des formes populaires »  : […] En effet, de l'Empire romain au Moyen Âge européen, ce sont les formes populaires du jeu comique qui fleurissent partout, avec une continuité remarquable, au détriment du théâtre écrit. Si, dans les écoles, on a continué à lire Plaute et Térence, voire à composer des comédies latines, la renaissance du théâtre comique va se faire au Moyen Âge à travers la satire, la farce et l'allégorie, c'est-à- […] Lire la suite

DÉBAT, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 350 mots

Le terme générique « débat » correspond à une série de genres poétiques dialogués que les trouvères et les troubadours cultivaient depuis le début du xii e siècle : d'abord en latin, sous le nom de disputatio , puis en langue vulgaire ; il est appelé tenson ou jocpartit en langue d'oc, parture ou jeu-parti en langue d'oïl. Le répertoire des questions débattues est relativement restreint, car […] Lire la suite

GOLIARDS

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 386 mots

Mot d'étymologie incertaine (Goliath, l'adversaire de David ?) désignant un prétendu groupe social qui, issu des milieux cléricaux, se serait signalé, au Moyen Âge, et plus particulièrement au xiii e siècle, par son attitude subversive. Et il est exact qu'à plusieurs reprises, notamment au concile de Trèves (1227) et au concile de Rouen (1241), l'Église fulmine contre l'inconduite de « clercs rib […] Lire la suite

JEU D'ADAM (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 729 mots

Composé au milieu du xii e  siècle, sans doute en milieu anglo-normand, le Jeu d'Adam (intitulé dans le manuscrit unique Ordo representationis Ade) est le premier exemple européen de texte dramatique presque entièrement écrit en français. Par son sujet, le Jeu s'inscrit sans doute dans la tradition déjà bien constituée du drame liturgique en latin, mais il s'en démarque de façon novatrice par l […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Histoire

  • Écrit par 
  • Robert PIGNARRE
  •  • 8 346 mots

Dans le chapitre « La chrétienté médiévale »  : […] En même temps que les structures politiques et sociales du monde antique, les Grandes Invasions balaient un trésor millénaire de culture. Cependant, les brassages de populations qui s'en sont suivis ont produit tôt ou tard des conditions favorables à la diffusion du message chrétien. C'est dans les régions réputées « barbares », Germanie, Pays-Bas, îles Britanniques, Gaule incomplètement romanisée […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel POIRION, « JEU, genre dramatique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jeu-genre-dramatique/