JEU, genre dramatique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On désigne par le mot « jeu » les plus anciennes pièces de théâtre de langue française sans qu'on puisse affirmer qu'il s'agit vraiment du même genre littéraire. Quoi de commun entre le Jeu d'Adam et le Jeu de Robin et Marion ? La notion même de théâtre étant un anachronisme si on l'applique aux spectacles dramatiques du Moyen Âge, l'équivalent du mot latin ludus, que semble constituer le terme « jeu », a été abusivement utilisé pour différents genres de « dialogues par personnages », c'est-à-dire interprétés par des acteurs. Mais, si l'on consulte le manuscrit latin des œuvres d'Hilarius (disciple de Pierre Abélard), on voit qu'il est bien l'auteur d'un Ludus super iconia sancti Nicolai, et Li Jus de saint Nicholas, de Jean Bodel, appartient naturellement au même genre. Par contre, la Résurrection de Lazare (Suscitatio Lazari), de ce même Hilarius, n'est intitulée ludus que par une main tardive, son Jeu de Daniel s'appelant seulement Historia de Daniele representanda. Le vrai titre du Jeu d'Adam est Ordo representationis Ade. On peut donc se demander si primitivement la notion de jeu ne s'appliquait pas plus exactement à un genre de divertissement plus proche de la tradition des mimes ou des parodies scolaires que du drame liturgique, qu'il s'agisse du Jeu du garçon et de l'aveugle ou du Jeu de la feuillée, aussi nommé Jus Adam, du nom de son auteur Adam de la Halle. Il est vrai que les sociologues comme Huizinga (Homo ludens) ou Roger Caillois (Le Masque et le vertige) verront du jeu dans toute mimèsis. Mais il est plus intéressant de suivre le développement de la création dramatique au Moyen Âge dans ses différentes directions. Le mystère en est une, à quoi appartient la représentation d'Adam et Ève. Le jeu en est peut-être une autre, dont la règle consiste à adapter à la représentation scénique un genre poétique comme la vie de saint, la chanson de geste, la pastourelle ou le congé.

Le [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  JEU, genre dramatique  » est également traité dans :

JEU D'ADAM (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 729 mots

Composé au milieu du xiie siècle, sans doute en milieu anglo-normand, le Jeu d'Adam (intitulé dans le manuscrit unique Ordo representationis Ade) est le premier exemple européen de texte dramatique presque entièrement écrit en français. Par son sujet, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeu-d-adam-anonyme/#i_2810

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Histoire

  • Écrit par 
  • Robert PIGNARRE
  •  • 8 345 mots

Dans le chapitre « La chrétienté médiévale »  : […] de cette verve satirique. Dès la fin du xiie siècle, avec l'Auto de los Reyes Magos comme avec le Jeu d'Adam et Ève, composé en français par un moine anglo-normand, le drame sacré s'émancipe du latin et se déploie sur le parvis de l'église, au grand jour de la place publique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-histoire/#i_2810

COMÉDIE

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 5 416 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'évolution des formes populaires »  : […] funambules. Composés pour servir d'intermèdes dans les miracles et les mystères, ou suscités par des confréries littéraires ou joyeuses, les premiers spectacles de cet ordre (comme le Jeu de la feuillée ou le Jeu de Robin et de Marion) apparaissent au xiiie siècle sur les tréteaux. Au xve siècle, ils sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie/#i_2810

ADAM DE LA HALLE (1235 env.-env. 1285)

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  •  • 1 080 mots

Dans le chapitre « Un théâtre non religieux »  : […] Dans les mêmes circonstances, sans doute, Adam composa, pour une confrérie locale, un Jeu de la Feuillée dramatique qui pourrait être l'ancêtre des « sotties » du xve siècle. On l'a comparé à nos « revues » modernes : ce n'est là que l'un de ses aspects. Trois éléments thématiques s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adam-de-la-halle/#i_2810

GOLIARDS

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 386 mots

Mot d'étymologie incertaine (Goliath, l'adversaire de David ?) désignant un prétendu groupe social qui, issu des milieux cléricaux, se serait signalé, au Moyen Âge, et plus particulièrement au xiiie siècle, par son attitude subversive. Et il est exact qu'à plusieurs reprises, notamment au concile de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/goliards/#i_2810

DÉBAT, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 350 mots

Le terme générique « débat » correspond à une série de genres poétiques dialogués que les trouvères et les troubadours cultivaient depuis le début du xiie siècle : d'abord en latin, sous le nom de disputatio, puis en langue vulgaire ; il est appelé tenson ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/debat-genre-litteraire/#i_2810

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel POIRION, « JEU, genre dramatique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeu-genre-dramatique/