GOLIARDS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mot d'étymologie incertaine (Goliath, l'adversaire de David ?) désignant un prétendu groupe social qui, issu des milieux cléricaux, se serait signalé, au Moyen Âge, et plus particulièrement au xiiie siècle, par son attitude subversive. Et il est exact qu'à plusieurs reprises, notamment au concile de Trèves (1227) et au concile de Rouen (1241), l'Église fulmine contre l'inconduite de « clercs ribauds, surtout ceux qu'on dit de la famille de Golias ». En fait, rien ne prouve qu'on ait eu affaire à une organisation, ni même à un groupe cohérent. Ces censures répétées, donc inopérantes, pouvaient viser des comportements éphémères, des attitudes épisodiques : les jeunes intellectuels de l'époque, clercs et « escoliers » (les deux notions sont alors inséparables), se sont livrés sans doute aux plaisanteries, aux débauches et aux provocations que connaissent toujours de tels milieux, la révolte de l'adolescence se prolongeant et s'exacerbant sous l'effet de la littérature. Dès le xiie siècle, d'éminents auteurs comme l'Archipoeta de Cologne, Hugues d'Orléans, Gautier de Châtillon ont écrit des poèmes de caractère « goliardique ». Avant de spéculer sur le milieu humain, il faut étudier cette tradition littéraire, d'une grande violence satirique, mais aussi d'une belle puissance poétique. Le personnage du débauché qui se voue aux tavernes, aux jeux et aux filles n'est nullement lié à un domaine spécifique de la littérature. Véhiculé par les chansons légères, le thème inspirera des fabliaux et des pièces dramatiques comme le Jeu de saint Nicolas. La question du mariage des prêtres, qui semble avoir apporté un aliment de circonstance à cette fièvre satirique, trouve un écho dans le Jeu de la feuillée. Il va sans dire que Villon doit beaucoup à cet héritage. Il faudrait aussi mesurer avec sérénité l'influence réelle de ces écrits goliardiques. Les audaces verbales d'une littérature vantant l'ivresse et le plaisir sexuel ont rarement menacé le sort des États. Ancêtres des « sots » des xve et xvie siècles, les Goliards opposent aux censures et aux refoulements toute l'ambiguïté du rire.

—  Daniel POIRION

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  GOLIARDS  » est également traité dans :

CHANSON À BOIRE

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 572 mots

Les manuscrits du xiii e  siècle contiennent, parmi toutes les pièces lyriques qui ne relèvent pas des grands genres courtois, un certain nombre de chansons à boire. Celles-ci sont dans une large mesure la transposition en langue vulgaire des chansons goliardiques. Elles développent cependant quelques aspects propres au lyrisme roman. Plus souvent, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson-a-boire/#i_15363

COURTOISIE

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  • , Universalis
  •  • 5 087 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Hors les sentiers battus du mysticisme »  : […] D'où provient, historiquement, cette conception de l'amour ? La question a été souvent débattue, et l'on ne peut tenir les diverses réponses pour assurées. Le problème ne se pose du reste que pour la première génération. Le seul point qui semble hors de doute, c'est l'absence de toute influence religieuse ou mystique. E. Gilson a fait justice de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/courtoisie/#i_15363

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 795 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'emprise du christianisme »  : […] Religion nouvelle née dans une province romaine et pourvue d'un code de moralité inédit, fondé sur le mode entièrement nouveau d'un dieu unique, et sur la systématisation des interdits, le christianisme primitif paraît tout d'abord ne compter pour rien dans le monde occidental lettré. Martial ou Juvénal, vers la fin du i er  siècle, exploitent sans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erotisme/#i_15363

MOYEN ÂGE - La littérature latine savante

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 3 268 mots

Dans le chapitre « Splendeur créatrice de la latinité romane (XIe-XIIe s.) »  : […] Une fois passées les angoisses du ix e et du x e siècle, voici que s'affirme la renaissance romane. Elle avait été préparée par des savants d'esprit encyclopédique, comme le pape Gerbert d'Aurillac (Sylvestre II, 950-1003). On assiste alors à un admirable effort pour l'édition et le commentaire des textes antiques. Parallèlement, l'épanouissement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-litterature-latine-savante/#i_15363

MOYEN ÂGE - La poésie lyrique

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 5 698 mots

Dans le chapitre « Styles, jeux et danses »  : […] La tradition du lyrisme médiéval s'explique-t-elle par la théorie des styles ? En se référant explicitement au style tragique pour définir la chanson d'amour, Dante rappelle les principes reconnus par les écrivains du Moyen Âge. Formés par la grammaire et la rhétorique latines, ils avaient une idée hiérarchique de leur art, conforme à l'image même […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-poesie-lyrique/#i_15363

RUIZ JUAN (1285 env.-env. 1350)

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 1 116 mots

Dans le chapitre « Les exégèses »  : […] La somme des études accumulées sur le Libro est considérable ; on doit à G. B. Gybbon-Monypenny un recensement et une brève analyse des plus importantes. Une première époque à dominante « historiciste » a voulu voir dans cet ouvrage la transcription de la vie de son auteur. La trace en subsiste dans les opinions sur la « prison » dont parle le poèt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-ruiz/#i_15363

VILLON FRANÇOIS (1431-apr. 1463)

  • Écrit par 
  • Jacqueline CERQUIGLINI-TOULET
  •  • 3 062 mots

Dans le chapitre « Un lignage littéraire »  : […] Mais si la figure que le poète construit dans son œuvre s'ancre dans son expérience, elle jaillit aussi du nom dont il se re-nomme : Villon, celui de son « plus que père » ( Le Testament , huitain 87), Guillaume de Villon. Les termes Guillaume et Villon proviennent tous deux du même mot guille qui désigne la ruse, et la langue connaît des dérivés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-villon/#i_15363

Pour citer l’article

Daniel POIRION, « GOLIARDS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/goliards/