GROTOWSKI JERZY

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'art comme véhicule

En dehors des tournées, le travail se poursuit avec intensité à Wroclaw où la troupe s'engage dans une autre forme de recherche, le parathéâtre qui suppose une « participation active des gens de l'extérieur ». Cela se déroule dans une ferme isolée en forêt. Ne sont admis que des « actuants ». Pas de « regardants », pas de critiques surtout. Différents programmes sont mis en œuvre. Le plus ambitieux, prévu pour se développer sur plusieurs années, fut le Théâtre des Sources : « Nous sommes arrivés à partir de 1979 à des processus forts et vifs, même si, pour ainsi dire, nous n'avons pas dépassé les étapes de l'essai : il nous a manqué le temps nécessaire pour continuer car le programme fut coupé (je devais m'exiler). »

Nous avons pu prendre pour une fin ce qui était pour lui une traversée, un passage vers ce que Peter Brook a nommé « l'art comme véhicule », soit l'exercice du théâtre en tant que voie d'accès à un niveau élevé de compréhension et d'expression de soi-même et du monde, sans que la représentation soit un objectif absolu. Pour cela, il a fallu effectuer le passage de « l'horizontalité » – qui s'en tient à l'expression de ce qui est naturel (ou supposé l'être) et s'exprime en art par le naturalisme – à la « verticalité », soit le « passage à un niveau énergétique plus subtil ou même vers la haute connexion ». Grotowski, qui use volontiers de la métaphore pour dire sa pensée, choisit ici celle de l'échelle de Jacob, où les anges montaient et descendaient. Mais il précise : « Pour que cette échelle fonctionne, chaque échelon doit être bien fait... Tout impeccable du point de vue du métier. »

Quand, en 1981, Grotowski décide de s'exiler, Ludwik Flaszen, avec son accord, prend la direction du Théâtre Laboratoire pour tenter d'en assurer la survie. Cela s'avère impossible dans les circonstances nouvelles. La troupe décide de s'autodissoudre à dater du 31 août 1984 : « Désormais il faut que chacun relève à sa manière le défi que lui jettent sa biographie et les signes du temps. » Les acteurs se consacreront à des stages pratiques et théoriques. Ryszard Cieslak se révélera de nouveau un grand acteur dans le Mahābhārata mis en scène par Peter Brook en 1985.

De 1982 à 1985 Grotowski enseigne à Irvine, université de Californie. Thomas Richards (né à New York en 1962) y est son étudiant. Il l'emmène en tant qu'assistant en Italie lorsque, en 1986, à l'invitation de Roberto Bacci, directeur du Centro per la Sperimentazione e la Ricerca Teatrale de Pontedera, il vient y créer son Workcenter of Jerzy Grotowski. Pendant douze ans, se poursuivent là les « recherches sur le jeu de l'acteur » dans le cadre de « l'art comme véhicule ». Elles se déroulent d'abord dans un complet isolement, à l'écart de la ville, avec quelques participants sévèrement sélectionnés, répartis en deux groupes (par la suite la pénurie des moyens n'en laissera subsister qu'un, réduit à cinq « actuants »). Ils s'entraînent huit heures par jour, six jours par semaine. Outre l'entraînement permanent, les exercices plastiques et physiques, le travail essentiel s'exerce sur les chants rituels des traditions les plus anciennes, spécialement d'Afrique noire et des Caraïbes, dont Grotowski apprécie les qualités vibratoires. Les impulsions du corps sont contrôlées ; la sonorité profondément enracinée dans le corps conduit vers « quelque chose de subtil, délicat, translucide ».

Au bout de quelques années, on a admis quelques témoins, puis invité de jeunes groupes de théâtre, sélectionnés de façon informelle et discrète, en vue d'une confrontation de travail. Le Workcenter présentait le sien puis eux le leur, cela sans aucune présence extérieure. Ainsi, une relation vivante a pu se maintenir avec le théâtre, sans la moindre publicité. Plus d'une centaine de groupes de différents pays sont passés par Pontedera et ont acquis une connaissance pratique, concrète, de « l'art comme véhicule ». La durée de la rencontre était trop limitée dans le temps pour qu'il soit question d'influence exercée. Mais, dit Grotowski, « il doit être possible que quelques choses passent, les découvertes techniques, la conscience artisanale ».

Grotowski a établi avec Thomas Richards, son « collaborateur essentiel » devenu le teacher du groupe, une relation de transmission, celle qui existe de maître à élève. Désormais Pontedera abrite le Workcenter of Jerzy Grotowski et Thomas Richards. Grotowski attend de Thomas Richard qu'il pou [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses, critique dramatique de Regards et des revues Europe, Théâtre/Public, auteur d'essais sur le théâtre

Classification

Autres références

«  GROTOWSKI JERZY (1933-1999)  » est également traité dans :

GROTOWSKI JERZY - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 494 mots

1933 Naissance de Jerzy Grotowski à Rzeszów au sud de la Pologne.1955-1957 Grotowski suit une formation de metteur en scène à l'Institut du théâtre de Moscou et à l'École supérieure d'art dramatique de Cracovie. Il signe sa première mise en scène, […] Lire la suite

FONDATION DU THÉÂTRE LABORATOIRE

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 261 mots

Jerzy Grotowski (1933-1999) prend en 1959 la direction artistique du Théâtre des Treize Rangs (13 Rzédów) à Opole (Silésie), au côté de Ludwik Flaszen. Passionné par Stanislavski, il engage un travail de recherche peu compatible avec les contraintes de la programmation théâtrale. Toujours avec Flaszen, le […] Lire la suite

ACTEUR

  • Écrit par 
  • Dominique PAQUET
  •  • 6 798 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'athlète et le porte-parole »  : […] Si, pour Antonin Artaud, l'acteur est un « athlète affectif », il doit nécessairement rompre avec les conventions qui faisaient encore les beaux jours d'un certain théâtre. Par le souffle, on entre dans le corps du personnage théâtral : « À chaque sentiment, à chaque mouvement de l'esprit, à chaque bondissement de l'affectivité humaine correspond un souffle qui lui appartient. » Le geste s'en tro […] Lire la suite

BARBA EUGENIO (1939- )

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 1 929 mots

Parmi les hommes de théâtre de renommée internationale, Eugenio Barba est une figure à part, irrécupérable par l'establishment, inclassable dans son activité protéiforme, et toujours prêt à rencontrer d'autres cultures et à faire en sorte qu'elles se fécondent mutuellement. Depuis qu'il a établi à Holstebro (Danemark) son Odin Teatret, cette petite ville du Jutland est devenue un pôle rayonnant d […] Lire la suite

POLOGNE

  • Écrit par 
  • Jean BOURRILLY, 
  • Georges LANGROD, 
  • Michel LARAN, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Georges MOND, 
  • Jean-Yves POTEL, 
  • Hélène WLODARCZYK
  •  • 44 246 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « La littérature face aux totalitarismes (1939-1989) »  : […] Le 1 er  septembre 1939, Hitler franchit les frontières occidentales de la Pologne. Quelques jours plus tard, l'écrivain visionnaire S. I. Witkiewicz se suicide lors de l'invasion des territoires orientaux de la Pologne par l'Union soviétique. L'occupation nazie dura six ans. Quand aux troupes soviétiques, elles ne quittèrent la Pologne qu'après la chute du Mur de Berlin en 1989. Pendant toute cet […] Lire la suite

SOCIALISTES ART DANS LES PAYS

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED, 
  • Louis MARCORELLES, 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 12 584 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Hommes et styles »  : […] Si l'observateur ne pouvait manquer d'être frappé par le haut niveau technique des théâtres socialistes et par la grande qualité professionnelle de leurs comédiens, il constatait aussi qu'ils n'avaient pas assez d'éléments en commun pour former un tout unique et cohérent. Car il existait autant de styles que de metteurs en scène notoires dans les démocraties populaires : force était de remarquer q […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Le nouveau théâtre

  • Écrit par 
  • Bernard DORT
  •  • 5 456 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une nouvelle pratique »  : […] De plus, ce n'est pas seulement au niveau de l'œuvre écrite que le théâtre a exercé sa contestation (qui est aussi, souvent, une autocontestation). Là encore Brecht et Artaud ont trouvé sinon des disciples du moins un écho. Pour différents, voire opposés qu'ils soient, l'un et l'autre avaient mis l'accent sur la nécessité de transformer radicalement la pratique même du théâtre ou, pour parler en l […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Théâtre et sociétés

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PRADIER
  •  • 9 668 mots

Dans le chapitre « Le théâtre dans l'univers »  : […] Dans bon nombre de cultures, les pratiques performatives appartiennent au champ du bien-être et du soin. L'aspect thérapeutique était déjà présent au niveau musical dans la tragédie grecque. Il n'est pas anodin que l'ensemble des danses exécutées dans l'enceinte des temples bouddhiques à l'occasion des fêtes, au Japon, ait été appelé Ennen au xiv e   siècle, soit littéralement : « prolongation de […] Lire la suite

Pour citer l’article

Raymonde TEMKINE, « GROTOWSKI JERZY », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jerzy-grotowski/